person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Coronavirus : détresse totale dans les prisons en République Démocratique du Congo - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Coronavirus : détresse totale dans les prisons en République Démocratique du Congo

Actualités

RDC: à Kinshasa, la détresse des détenus de la prison de Makala

Publié le 05 mai 2020, RFI
Coronavirus : détresse totale dans les prisons en République Démocratique du Congo

En République démocratique du Congo, l’inquiétude va croissant chez les détenus de la plus grande prison du pays, la prison centrale de Makala, qui aussi la plus surpeuplée. Celle réservé aux militaires, la prison de Ndolo, a déjà enregistré une centaine de cas de COVID – 19. Makala construite depuis l’époque coloniale dans la capitale Kinshasa, compte plus de 8000 détenus. C’est quatre fois plus que sa capacité d’accueil. Les prisonniers redoutent que l’épidémie se déclare entre ses murs... C’est un véritable cri d’alarme.

Les pensionnaires sont entassés par centaines en cellules collectives et sans lits. Sur des images parvenues à RFI, on les voit entassés, certains dormant tête-bêche. Dans le pavillon 5 par exemple, la plupart des détenus n’ont pas de place où s’allonger. « Nous dormons à tour de rôle, dans un environnement indescriptible et la distanciation sociale est quasi impossible », témoigne l’un d’eux. Certains de ses co – détenus souffrent des maladies chroniques. Or dans cette cellule, il n’y a qu’un endroit pour se soulager. Et 200 détenus qui s’y rendent chaque jour.

De même l’eau « coule rarement : trois fois ou 4 fois par semaine et cela pendant une heure », raconte un prisonnier qui vit pourtant dans une cellule, réservée à la classe moyenne. Comme toutes les prisons du Congo, Makala comptent moins de condamnés que des détenus préventifs, il y a même des personnes acquittées, parfois depuis même plus de deux ans.

De maigres repas

Dans cet environnement, chaque détenu vit selon ses moyens. Certains survivent de la solidarité entre prisonniers mais aussi des repas fournis par leurs familles. « Même sans le coronavirus, la mort est bien planifiée à Makala », s’inquiète l’un des prisonniers. Cela fait dix ans que ce prisonnier -qui n'a pas encore été condamné - ne prenait plus les repas fournis par le gouvernement : un petit gobelet de maïs mélangé à des haricots (156 graines de maïs et 127 graines de haricots). Mais faute de pouvoir recevoir la visite de sa famille depuis deux semaines, il doit désormais se contenter de cette maigre ration.

Ceux qui consomment ces repas se plaignent souvent de maux de ventre, nous confie un membre du personnel soignant de la prison. Il affirme qu'au moins 90 % des détenus sont immuno-déficients.

De nouveaux détenus malgré la surpopulation

Contacté, le vice-Premier ministre en charge de la Justice, Célestin Tunda, dit avoir hérité de ce système carcéral. Pour ce qui est du manque de nourriture et de médicaments, il évoque « la santé financière » de l’Etat qui n’est pas bonne. Mais cela n'a pas empêché les autorités d'envoyer de nouveaux détenus en prison. Depuis environ un mois, près 600 détenus ont été envoyés à Makala, selon une source pénitentiaire.

Human Right Watch (HRW) demande aux autorités congolaises de faire preuve de leur bonne foi en réduisant rapidement la population carcérale et de débloquer les fonds pour la nourriture et améliorer l’hygiène. L’ONG de défense des droits l’homme note que la prison de Makala est classée parmi les plus surpeuplées du monde.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.