person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Coronavirus au Sénégal : des taximen brûlent Tamba pour exiger la fin des restrictions - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Coronavirus au Sénégal : des taximen brûlent Tamba pour exiger la fin des restrictions

Actualités

Pour la levée de la mesure d’interdiction de transporter, des conducteurs de moto-taxis mettent le feu à Tambacounda

Publié le 20 mai 2020, Sud Quotidien
Coronavirus au Sénégal : des taximen brûlent Tamba pour exiger la fin des restrictions

De violentes échauffourées entre limiers et conducteurs de moto-taxis ont éclaté hier mardi 19 mai à Tambacounda. Les jeunes diront vouloir reprendre du service car «la famine a fini de s’installer dans leurs foyers», et c’est ce que les forces de l’ordre de voulaient guère entendre.

Malgré l’accalmie notée sur le front du coronavirus, le mercure est monté dans le thermomètre hier, mardi 19 mai à Tambacounda, avec les échauffourées entre les conducteurs de mototaxis et les limiers. Pour le président de l’union des mototaxis de Tambacounda, «il n’est plus question pour nous de continuer à tourner les pouces durant de longues semaines avec comme conséquence la famine qui a fini de s’installer dans nos foyers».

Hamady Bâ de poursuivre en laissant entendre «ne pas comprendre que 5 milliards de nos francs soient dégagés par la tutelle et que personne ne songe à nous alors que nous nous sommes évertués à respecter les dispositions prises par les pouvoirs publics centraux». En outre, «pourquoi dans les nouvelles mesures d’assouplissement paraphés par Aly Ngouille Ndiaye (ministre de l’intérieur, Ndlr), l’on ne parle que de conducteurs de taxis et de Ndiaga Ndiaye», s’est-il interrogé. C’est pourquoi, soutiendra-t-il, «nous sommes sortis par centaines ce mardi (hier, Ndlr) pour aller travailler et avoir de quoi soulager nos familles avec l’Aïd El Fitr qui arrive».

Les limiers n’ont pas voulu entendre cela, et il y a eu une véritable intifada. Les jeunes se sont organisés en groupes très mobiles, investissant les avenues Léopold Sédar Senghor, Kandioura Noba, le rond-point du garage Kothiary brûlant des pneus et par moments, ils sont dispersés à coups de grenade lacrymogène. Cette situation a longuement perturbé la circulation, obligé certaines boutiques à baisser les stores.

Les rues étaient bondées de monde, comme si le coronavirus était vaincu car peu d’entre eux portaient des masques, avec partout des pneus brûlés et des barricades érigées pour freiner la progression des limiers à qui les jeunes ont donné du fil à retordre toute la matinée. Les manifestants n’ont pu atteindre le centre-ville savamment quadrillé par les forces de l’ordre. Il y a eu au moins deux blessés du côté des manifestants évacués par les pompiers au centre hospitalier régional de Tambacounda.
La tension est retombée vers 13 heures.

Dans l’après-midi, les jeunes ont été reçus par le préfet du département, et ils lui ont remis une correspondance dans la laquelle ils sollicitent une dérogation, prenant l’engagement de ne guère sortir du périmètre communal et de respecter les gestes barrières avec le port de masque et l’utilisation de solution hydro alcoolique. Une bonne prise en main pour Ousmane Diédhiou, le tout nouveau commissaire urbain de Tambacounda installé dans l’après midi.


Du même contributeur, Sud Quotidien


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.