person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Coronavirus : vers la mort des taxis ? - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Coronavirus : vers la mort des taxis ?

Actualités

Covid-19 : Les taxis sont (presque) au point mort.

Publié le 16 avril 2020, Ipreunion
Coronavirus : vers la mort des taxis ?

Parmi les secteurs grandement impactés par le confinement, les chauffeurs de taxi accusent le coup. " Il n'y a presque plus d'appel, entre cinq et dix par jour, alors qu'en temps normal, c'est le nombre d'appel que l'on peut enregistrer par heure" nous explique Jean-Louis.

L'avenir semble s'assombrir pour les chauffeurs de taxi. Avec la mise en place du confinement, les Réunionnais réduisent les sorties, les touristes restent chez eux, et les aéroports se vident. Les chauffeurs se retrouvent donc à attendre toute la journée. "Si j’ai une ou deux courses dans une journée, j’ai beaucoup de chance ! Je vais me faire 50 euros ! Je ne sais pas quoi faire avec une recette comme ça" soupire-t-il. Le chiffre d'affaires étant déjà fortement impacté, le coronavirus pourrait avoir des conséquences terribles sur les mois à venir. "Sur les deux derniers mois, j’ai perdu plus de 70% de mon chiffre d’affaire" confie Olivier.

C’est un coup d’arrêt net : plus de réservations, tout a été reporté. Ils ne reste que les rendez-vous médicaux indispensables tels que la radiothérapie, les urgences, ou la chimiothérapie. "Depuis l'arrêt des activités, les chauffeurs qui s'occupaient du système scolaire ne travaillent plus, il ne nous reste que les sorties hospitalières. Mais malheureusement, nous avons tous peur du risque de contamination" précise le chauffeur.

Mesures de précaution

Pour s’assurer une sécurité sanitaire, Jean-Louis et Olivier font avec les moyens du bord. En effet, même si les personnes qu’ils transportent ne sont pas forcément porteuses du covid-19, le risque zéro n’existe pas. Ils ont réussi à se procurer quelques masques, mais aussi des paires de gants, et 3-4 bouteilles de solution hydroalcoolique. Ils prennent également soin de désinfecter leur taxi entre chaque course.

Rassurant, même s’ils le savent bien, cela n'est peut-être pas suffisant. "Je porte constamment un masque et j’oblige tous mes clients à se désinfecter les mains avant d’entrer dans le véhicule. Je fais très attention… je ne veux pas prendre de risques inutilement" nous explique Jean-Louis.

Des mesures sanitaires ont été mises en place par l’ARS, l'agence régional de santé : aucun client ne monte à l’avant du véhicule, le conducteur peut refuser une course à une personne présentant des symptômes, le véhicule doit être désinfecté, et il faut limiter au maximum les manipulations d’argent. "Dans un véhicule il y’a peu d’espace, nous sommes en contact direct avec les personnes. Nous avons mis en place un appareil de pointage, les clients arrivent avec leurs tickets ou leur carte déjà payés. Ce système permet de limiter la propagation du virus", nous énonce Olivier.

Au-delà de l'aspect sanitaire et malgré le report des traites de voitures, et des cotisations du mois de mars, la crise se fait particulièrement ressentir pour les chauffeurs de taxi.

*Les prénoms ont été modifiés à la demande des personnes interrogées


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.