person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Évaluation des politiques et institutions en Afrique : Le Sénégal recule à la 3ème place en 2019 - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Évaluation des politiques et institutions en Afrique : Le Sénégal recule à la 3ème place en 2019

Actualités

2ème en 2018 dans le classement de la Banque mondiale sur l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique, le Sénégal cède sa place au Cap-Vert en 2019. Avec une note de 3,7/6, le pays partage même sa 3ème place avec le Kenya et l’Ouganda.

Publié le 14 août 2020, le Quotidien
Évaluation des politiques et institutions en Afrique : Le Sénégal recule à la 3ème place en 2019

2ème en 2018 dans le classement de la Banque mondiale sur l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique, le Sénégal cède sa place au Cap-Vert en 2019. Avec une note de 3,7/6, le pays partage même sa 3ème place avec le Kenya et l’Ouganda.

La Banque mondiale a rendu public son rapport 2019 concernant l’évaluation des politiques et des institutions en Afrique (Cpia). De 3,8/6 en 2018, le Sénégal passe à 3,7, cédant sa deuxième place obtenue en 2018 au Cap-Vert dans ce classement, outil de diagnostic annuel destiné aux pays d’Afrique subsaharienne qui peuvent bénéficier des financements de l’Asso¬ciation internationale de développement (Ida). Le Sénégal (exæquo avec le Kenya et l’Ouganda) est à la 3ème place derrière le Rwanda (4/6) et le Cap-Vert (3,8/6) dans ce rapport qui a évalué 39 pays en Afrique.


Etabli sur une période allant de janvier à décembre, ce rapport jauge la qualité des structures politiques et institutionnelles nationales et leur capacité à soutenir une croissance durable et à réduire la pauvreté. Les pays sont notés sur une échelle de 1 (note la plus faible) à 6 (note la plus élevée) pour 16?indicateurs regroupés dans quatre catégories?: gestion économique?; politiques structurelles?; politiques d’inclusion sociale et d’équité?; gestion et institutions du secteur public.

L’objectif est de renseigner les pouvoirs publics sur l’impact des efforts déployés pour soutenir la croissance et lutter contre la pauvreté. Les notes obtenues servent aussi à déterminer le volume des prêts concessionnels et des dons que la Banque mondiale accorde aux pays à faible revenu d’Afrique subsa¬harien¬ne.? «Le Rwanda demeure en tête du classement tandis que la note moyenne de la région reste inchangée depuis trois ans», souligne le rapport.


Par ailleurs, la Banque mondiale souligne la nécessité de renforcer les systèmes de santé. En effet, les pays Ida d’Afrique subsaharienne ont dû faire face à la pandémie du Covid-19 «alors qu’ils étaient mal préparés à la gestion d’une telle crise sanitaire, du fait d’une faible couverture sanitaire, de l’insuffisance des dépenses publiques dans la santé et du niveau élevé des coûts supportés par les patients».

Selon le rapport, ces pays «présentent dans l’ensemble des failles importantes dans leur capacité à prévenir, détecter et répondre à une situation d’urgence sanitaire. Leurs systèmes de santé accusent globalement de graves lacunes en matière de capacités de soins dans les dispensaires et les hôpitaux, de déploiement des personnels soignants, d’accès aux soins et de pratiques de lutte contre les infections».


«La fermeture des établissements d’enseignement a concerné environ 252?millions de jeunes»
Dans la lutte contre le Covid-19, la Banque mondiale estime qu’il est important de protéger le capital humain car l’interruption des services de santé maternelle et infantile, en particulier, risque de se traduire par une hausse des décès chez les enfants de moins de cinq ans, alerte le rapport.


«Les estimations indiquent que la fermeture des établissements d’enseignement a concerné environ 252 millions de jeunes dans l’ensemble de la région, ce qui devrait détériorer encore davantage le niveau des apprentissages. Les perturbations infligées à des services de santé et d’éducation essentiels mettent en péril la capacité des pays IDA d’Afrique subsaharienne à se doter du capital humain indispensable à leur développement», insiste-t-il.


En revanche, la Banque mondiale note des «avancées positives sur les politiques budgétaires et la gestion de la dette, sur fond de hausse des risques de surendettement».


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.