person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
« On ne tolérera plus aucune construction sur le littoral, sans quitus environnemental » - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

« On ne tolérera plus aucune construction sur le littoral, sans quitus environnemental »

Actualités

La réserve fournit 21 services éco-systémiques et un espace vital où se côtoient 600 acteurs à savoir les maraichers, les pêcheurs, les récolteurs de fourrage, etc.

Publié le 07 juin 2020, Sud Quotidien
« On ne tolérera plus aucune construction sur le littoral, sans quitus environnemental »

Abdou Karim Sall, ministre de l’Environnement et du Développement durable, est formel : l’agression du littoral du Sénégal ne saurait être tolérée par ses services. Selon le ministre, il n’y aura donc point de construction si le promoteur ne présente un quitus pour l’étude d’impact environnemental.

«Vous avez tous vu ce qui se passe sur notre littoral. Le Sénégal dispose d’au moins 700 km de côte, nous avons l’obligation de protéger la côte. Il est important de rappeler que ceux qui veulent s’installer sur le littoral, veulent y ériger des bâtiments, quel que soit le type de construction, d’installation qu’ils veulent à proximité de la mer, doivent d’abord, en dehors des obligations vis-à-vis des services du ministère de l’Economie et des Finances, satisfaire les obligations liées à l’environnement», a précisé le ministre.

Dans la foulée, il poursuit : «Toute installation doit faire l’objet d’une étude d’impact environnementale et sociale. Désormais, nous prendrons toutes les dispositions et n’accepterons plus que des gens viennent s’installer le long du littoral, sans que les installations qu’ils envisagent de faire ou qu’ils érigent ne fassent l’objet d’étude d’impact environnemental et sociale parce que c’est une recommandation du Code de l’environnement», a-t-il souligné.

Abdou Karim Sall indique les services de la Directions de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) délivreront les quitus, après une étude menée car cela va aussi impliquer les populations concernées pour mieux préserver les intérêts de ces dernières. Le ministre présidait la célébration de la 48e édition de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, instituée lors de la conférence des Nations Unis sur l’environnement en 1972 à Stockolm, hier, vendredi 5 juin 2020, au Technopole de Pikine. Le thème de cette année est «Biodiversité et Urgence Climatique», avec comme slogan «C’est le temps de la nature». Revenant sur le choix du Technopole et les effets de dégradation lié au changement climatique, Abdou Karim Sall dira : «la grande réserve naturelle urbaine de la grande Niayes de Pikine est entre trois départements et met en jeu la question de l’approche intercommunale dans la gestion des infrastructures naturelles d'intérêt commun», a fait savoir le ministre.

Grande Niayes de Pikine : fonctions, services éco-systémiques et opportunités de la technopole

La zone humide de Technopole fait près de 645 hectares et est le seul vestige de l’écosystème des Niayes, au regard de son étendue. «Cette zone humide est un lieu de reproduction et d’étape migratoire pour plus de 233 espèces d’oiseaux. Elle participe à l’atténuation des inondations, à l’amélioration de la qualité des eaux par le recyclage de matières organique et chimique, a l’éradication, à l’interception de matières en suspens, mais au stockage du carbone atmosphérique, a la production d’oxygène et à la production de l’air», a soutenu le ministre sur les opportunités de la réserve.

La réserve fournit 21 services éco-systémiques et un espace vital où se côtoient 600 acteurs à savoir les maraichers, les pêcheurs, les récolteurs de fourrage, etc. «Ce site est un endroit idéal pour célébrer la nature et lui redonner la place méritée dans le développement urbain et dans notre marche vers le développement durable. Protéger la nature, c’est protéger les supports de la vie sur terre dont des êtres humains que nous sommes. J’en appelle à la mobilisation de tous pour conserver nos écosystèmes naturels, qu’ils soient ruraux ou urbains, au profit des générations actuelles et futures», a lancé Abdou Karim Sall.


Du même contributeur, Sud Quotidien


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.