Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Touba : quelles sont les conséquences du non-respect des me.
×
menu
EN
shopping_cart

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Club

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Actualités

Touba : quelles sont les conséquences du non-respect des mesures contre le Coronavirus ?

20 mars 2020, Le Quotidien
Touba : quelles sont les conséquences du non-respect des mesures contre le Coronavirus ?

Touba : non-respect des mesures de confinement. Les inquiétudes du médecin-chef de Diourbel.

Le non-respect des mesures de mise en quarantaine des cas suspects au coronavirus inquiète le médecin-chef de la région de Diourbel. Il a fait la révélation hier lors d’une rencontre avec la presse.

Le médecin-chef de la région de Diourbel, le gouverneur, le directeur de l’hôpital Heinrich Lübke et les acteurs de l’éducation sont à pied d’œuvre dans la riposte contre le Covid-19. A travers une rencontre avec la presse régionale de Diourbel, Dr Mama­dou Dieng n’a pas caché les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la gestion des personnes mises en quarantaine. «Ces personnes, d’après Dr Dieng, acceptent le confinement mais dès qu’on tourne le dos, elles retournent à leurs vieilles habitudes en vaquant à leurs occupations.» En ce sens, dit-il, «ces personnes confinées nous ont obligés à saisir l’autorité pour placer un dispositif con­traignant pour ne plus sortir de la maison. Leurs besoins sont sous contrôle».

Par ailleurs, le médecin-chef a partagé ses craintes par rapport à la gestion des émigrés, qui rallient la région par voie terrestre sans se signaler alors que l’incubation dure 14 jours. Il dit : «Même si le voyageur arrive ici sans symptômes, il faudrait se signaler. Malheureusement, ils ne le font pas et c’est déplorable. Il faut qu’ils prennent conscience de la gravité de la propagation de la maladie. Les communautés doivent adhérer à ces mesures de santé publique. Ce ne sont pas des mesures pour restreindre les libertés mais des mesures de santé publique qui doivent être prises et respectées pour endiguer cette pandémie.»

Sinon, poursuit-il, «nous serons là des mois à gérer une pandémie qui ne va non seulement pas finir mais plutôt impacter tous les secteurs. On a déjà fermé les écoles et si cela continue, les marchés, le transport et autres vont suivre. Et, cela aura des répercussions sur la qualité de vie des populations». Par rapport à la prise en charge des personnes infectées, Dr Dieng rappelle la mise en place d’un centre de traitement dédié à la prise en charge des malades testés positifs, après que le centre de santé de Darou Marnane a été érigé en centre de traitement du coronavirus.

«Parallèlement, l’Armée a réagi avec promptitude en dépêchant une autre mission avec l’implantation d’un hôpital d’une grande capacité qui va offrir des prestations de routine. Cet hôpital est placé au niveau de la résidence Khadimou Rassoul située en face du site de l’héliport», annonce-t-il. En écho, le gouverneur a invité les Sénégalais à ranger leurs vieilles habitudes afin de pouvoir vaincre cette pandémie.
▼ Nous vous recommandons