person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
« Jalousie, quand tu nous tiens… » Ne laissez pas la jalousie vous emporter ! - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

« Jalousie, quand tu nous tiens… » Ne laissez pas la jalousie vous emporter !

Amour, couple et famille

Quand on est amoureux, dur d’ignorer la jalousie… Elle nous semble si naturelle ! Mais les femmes et les hommes l’expriment-ils vraiment de la même façon ?

Mis à jour le 25 novembre 2020, Seytoo
« Jalousie, quand tu nous tiens… » Ne laissez pas la jalousie vous emporter !

Elle se manifeste différemment selon les caractères, le sexe et le passé de chacun. Pour mieux l’affronter, il faut la comprendre. A la base, la jalousie est une émotion humaine comme une autre, L’homme vit dans un univers socialisé, hiérarchisé, dans lequel l’autre est perçu soit comme un partenaire, soit comme un adversaire.

Aimer, c’est désirer que l’être aimé reste à vos côtés et non dans les bras d’un autre. La jalousie, c’est l’attachement à ceux qui nous tiennent à cœur.

Une valse à trois temps

Au premier temps de la jalousie, on sourit encore, elle s’affiche «normale», tel un piment doux qui chatouille le couple. Mais après quelques mois, obsédante, envahissante, elle devient maladive. La raison? La projection sur l’autre de son manque d’assurance. Le jaloux pense être indigne d’amour ou d’intérêt. Il se sent dévalorisé. Il peut aussi projeter son propre sentiment de culpabilité. Au troisième temps, la danse est fébrile. C’est le stade le plus sérieux de la jalousie-maladie qui se fait «délirante» et fait feu de tout bois. Le passé de l’autre, les collègues, la boulangère, le pompiste,... deviennent objets de haine. Le besoin de se sentir unique pour l’autre est fondamental, et la conscience de ne pas l’être est un tourment. S’y ajoute la possessivité extrême, où l’être aimé n’a plus de libre-arbitre. Parfois jusqu’au meurtre. En effet, la jalousie représente l’exercice de la possession et du pouvoir. Inconsciemment, ce n’est pas l’être cher qui importe, mais c’est la comparaison - insoutenable - avec quelqu’un d’autre qui nourrit l’obsession.

Au-delà des frontières, où va se nicher la jalousie…

Les causes de la jalousie et les réactions qu’elle provoque varient selon la culture de chacun et, surtout, selon la place qu’occupe la sexualité dans la société où l’on vit. Une étude a montré que les arabes et les américains étaient plus affectés par l’infidélité que leurs homologues européens et chinois. Dans les pays scandinaves, la jalousie n’est pas liée au rapport sexuel : un mari sera jaloux parce que sa femme fait la cuisine pour un autre homme ! Les Néerlandais, eux, redoutent les rivaux qui ont le sens de l’humour ! Ces motifs de se montrer jaloux n’ont rien à voir avec ceux des pays latins, où les époux surveillent les épouses car une infidélité ferait du tort à leur image publique.

En Sicile, en Sardaigne, la jalousie est une institution ! Cette jalousie «préventive» est également l’une des raisons pour lesquelles, dans certains pays d’Afrique, les petites filles sont encore soumises au contrôle de la virginité et aux mutilations sexuelles.

Pourquoi moi ?

Certes, il y a des familles où la jalousie semble passer d’une génération à l’autre, mais la génétique n’y est pour rien. C’est le résultat d’une éducation baignée dans un milieu où la jalousie tient bonne place, associée au caractère propice à la suspicion, au contrôle, voire à la paranoïa - de la personne. Au final, l’enfant se construit en apprenant à se méfier, par exemple. Lorsque jalousie rime avec souffrance, il importe de se faire aider. La thérapie comportementale et cognitive permet de travailler concrètement pour admettre sa jalousie, apprendre à la dire et mettre à jour ce qui la déclenche.

On l’imaginait immuable. Mais la jalousie dans le couple n’est plus ce qu’elle était. Elle a évolué en même temps que la société. Aujourd’hui, les femmes bossent et ont une vie sociale indépendante de celle de leur conjoint. Conscientes de leur séduction, elles savent aussi comment rester belles et désirables. Les hommes, eux, découvrent de nouvelles situations : certains se retrouvent à la maison, par choix ou à cause du chômage ; d’autres se sentent frustrés dans un boulot qui les ennuie. Pourtant, si la donne a changé, la jalousie demeure. Sommes-nous nombreux à être jaloux ? Difficile de le savoir, car c’est un sentiment perçu comme négatif, donc difficile à avouer. Une personne sur quatre serait pourtant concernée.

Quand on est amoureux, dur d’ignorer la jalousie… Elle nous semble si naturelle ! Mais les femmes et les hommes l’expriment-ils vraiment de la même façon ?

Homme, femme : qui est le plus jaloux ? Selon les études, la jalousie est un sentiment qui s’accorde aussi bien au féminin qu’au masculin. Quant à la fréquence et à l’intensité de la jalousie, là encore, hommes et femmes sont à égalité. Les deux sexes se distinguent, en revanche, dans leur manière de réagir : Les hommes se fâchent, les femmes dépriment.

Aussi chez les femmes, la jalousie révèle un comportement hystérique et dépressif tandis que, chez les hommes, elle a un caractère paranoïaque et obsessionnel, ce qui la rend plus difficilement guérissable. La psychanalyse considère la jalousie comme un reflet du désir inconscient de tromper l’autre. Parce que ce désir d’infidélité est insupportable, le jaloux s’en défend en l’attribuant à l’autre. Ce mécanisme, dit de projection, est difficile à accepter. Pour le jaloux, d’abord, qui n’admettra pas que ce sont ses propres désirs qu’il projette sur l’autre. Pour le conjoint, ensuite, qui risque de conclure : « C’est donc à moi d’être jaloux, puisque tu désires me tromper. » Les deux doivent alors admettre que ces désirs sont inconscients, donc sans lien avec la réalité.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.