Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Que faut-il comprendre des mariages mixtes au Sénégal.
×
menu
EN
shopping_cart

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Club

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Amour et famille

Que faut-il comprendre des mariages mixtes au Sénégal ?

14 octobre 2021, Seytoo
Que faut-il comprendre des mariages mixtes au Sénégal ?

A Mbour, Saly, Ngaparou, en passant par la Somone, les mariages mixtes sont de saison. Mariage d’amour, de raison ou d’intérêt, les avis sont aussi nombreux que divers.

Haute saison touristique sur la petite côte : Le rush des mariages mixtes à Mbour
Trois à quatre mariages mixtes sont enregistrés par mois aux services de l'Etat civil de Mbour, depuis le début de la haute saison touristique. Ces statistiques ne concernent que les mariages célébrés de manière officielle, car il en existe beaucoup d'autres qui sont célébrés dans la clandestinité. En fait, à Mbour, Saly, Ngaparou, en passant par la Somone, les mariages mixtes sont de saison.

Il est 18 h et le hall de la mairie de Mbour grouille de monde. Dada Diop, 21 ans, a le sourire aux lèvres. Drapée dans une belle robe de couleur jaune, elle s'apprête à entrer dans les liens du mariage avec son copain, un touriste français, en présence de ses parents, proches et amis. Dans la salle où se déroule la cérémonie, l'ambiance est aux séances de photos entre la mariée et les invités. En cette période de haute saison touristique, c'est le rush des mariages mixtes sur la Petite Côte. Les services de l’Etat civil de la mairie de Mbour enregistrent ainsi entre trois à quatre mariages mixtes par mois, selon son responsable Pape Diatta. Ces statistiques ne concernent que les mariages célébrés de manière officielle, car il en existe qui sont célébrés dans la clandestinité.

A Mbour, Saly, Ngaparou, en passant par la Somone, les mariages mixtes sont de saison. Mariage d’amour, de raison ou d’intérêt, les avis sont aussi nombreux que divers. Si, pour certains, le facteur amour peut justifier la célébration de tels mariages, d’autres jurent la main sur le cœur que ces mariages ne sont basés que sur le facteur matériel et financier. Un avis qui a le don de fâcher Mariama Badji. Mariée à un Français de 49 ans, cette Sénégalaise d’origine thiessoise trouve inadmissible l'explication selon laquelle les mariages mixtes soient basés sur l’intérêt. «Qu’est-ce que les gens font de l’amour ?», fulmine-t-elle.

Bien que n'ayant que 19 ans, Bineta Bâ ne se pose pas la question. Instruite par une de ses cousines qui est parvenue à mettre le grappin sur le touriste italien et qui paraît vivre à l'aise depuis lors, elle n'a plus qu'un rêve : se faire épouser par un touriste européen plein aux as. Certes, elle n’en a pas encore trouvé, mais elle ne désespère pas. Babacar S. est dans les mêmes dispositions d'esprit. Mais lui cherche Européenne pour se faire de l’argent et «sortir ma famille de la pauvreté». Issu d’une famille nombreuse, il a quitté son village depuis septembre pour s'installer à Saly. Ainsi, chaque jour, il part à la "chasse", mais n'a pour l'instant rien pris de consistant dans ses filets.

La trentaine bien sonnée, Diariétou a, quant à elle, quitté son village natal situé sur la route de Tivaouane pour rallier la station de Saly sur les conseils de deux de ses copines qui habitent le même village. Elle raconte que celles-ci revenaient souvent au village les bras chargés de cadeaux et le sac à main bourré d’argent, suscitant la convoitise des jeunes filles restées au village. Décidée à tenter sa chance, Diariétou a débarqué à Saly. Mais l’y attendait une surprise de taille. Sur place, cette jeune fille découvre que ses deux copines se prostituaient. Passée la surprise, Diariétou a commencé à prendre goût aux délices dans la station, instruite par ses amies qui lui ont appris comment repérer un client, l’aborder et le ferrer.

«Je connais maintenant bien la station, mon ambition est de me marier avec mon copain français avec qui je sors depuis 7 mois», nous dira-t-elle. Grâce à son copain français, Diariétou espère pouvoir enfin quitter la grisaille du pays, pour s'installer en France. Diariétou, Bineta Bâ et Babacar S. ignorent toutefois que vivre en mariage mixte n’est pas facile du fait des différences sur les plans culturel et traditionnel existant entre les deux conjoints. Ainsi, nombre de mariages mixtes finissent par des séparations.

En dehors des mariages mixtes, le phénomène du concubinage entre filles sénégalaises et touristes ou entre jeunes sénégalais et femmes touristes est aussi très en vogue sur la Petite Côte.
▼ Nous vous recommandons