person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Comment vont Anna et sa famille ? (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Comment vont Anna et sa famille ? (La chronique d’Alima)

Chronique

Mais cette fois je vais résister, ce n’est pas moi qui vais l’appeler, je n’ai pas aimé du tout son attitude. Ce matin papa m’a dit que Cheikh l’avais appelé pour s’enquérir de sa santé.

Publié le 17 mars 2020, Alima

« Ey way » il est tellement mignon, que deviendrais-je sans lui. Il est toujours là pour moi, toujours prêt, à me protéger. Je lui souhaite le meilleur dans la vie. Et je priais Dieu pour que cette amitié s’éternise.

- MOI : lol, oui papa, je lui dirais papa !!!
- CHEIKH : ça ne tourne vraiment pas rond chez toi, « yambar ba dé » (tu pleures comme un bébé) si je savais j’allais te filmer, lol.
- MOI : cthip c’est bon, me fatigue pas.
- CHEIKH : Anna… si tu avais un problème tu me le dirais ?
- MOI : Mais ouiii papa je te promets que oui, lol.

Finalement on en riait. Il m’a raccompagné à la maison, puis est reparti. Papa allait bien mieux, le lendemain je l’entendais taquiner grand mère. J’avais décidé de ne pas aller au boulot, j’avais appelé ma patronne et lui avait fait état des faits. La veille Sali m’avait appelé, pour s’enquérir de mon comportement. Je lui ai expliqué et je lui ai aussi parlé de l’attitude d’Assane. Elle me disait ne rien comprendre du tout parce que ce n’était pas du tout le Assane qu’elle connait. Il ne m’a pas appelé de la nuit, il me manque je sais « awma diom » (vergogne zéro). Mais cette fois je vais résister, ce n’est pas moi qui vais l’appeler, je n’ai pas aimé du tout son attitude. Ce matin papa m’a dit que Cheikh l’avais appelé pour s’enquérir de sa santé.

- PAPA : Cheikh m’a appelé tout à l’heure.

Pourquoi il ne m’a pas appelé moi cette fois « wané beu dé ».

- MOI : Ah…c’est bien
- PAPA : Il a dit qu’il passerait ce soir.

Ouiii... c’est vrai je ressens une pointe de jalousie. Je suis le lien entre eux deux non, ish. Normalement c’est moi que Cheikh doit appeler. Je sais c’est trop bête, en plus j’aime trop les détails, un de mes défauts.

D’habitude quand je ne suis pas dehors je m’enferme dans ma chambre, mais aujourd’hui ma journée appartient à Papa. Nous étions tous les deux dans le salon en haut à regarder la télé et à nous clacher, lol.
Ta Coura venait de temps en temps participer à la discute mais papa et moi avions saisi son manège de toute façon. Elle voulait juste être sure que tout allait pour le mieux pour son mari. Elle aurait fait une très bonne infirmière, lol.

- PAPA : on a compris tu sais je vais très bien, lol, pas la peine de faire autant de va et viens.
- MOI : en plus on dirait que tu n’as pas confiance en moi. T’inquiète je l’ai à l’œil ! lol...

Madame qui se met à rouspéter, lol.

- TA COURA : Te surveiller pourquoi… de toute façon j’ai compris que t’aime jouer avec nos nerfs.
- MOI : toi aussi papa faudrait que t’arrêtes de jouer de nous.
- PAPA : Ok, vous vous liez de mèches hun ! « Gawal si agn bi la wakh » (quand est ce qu’on mange).
- TA COURA : « rouy ngay nane » (je te donnerais de la bouillie plutôt).
- PAPA : Hun « kone di ngeu gnibi », lol. (Alors je risque de te renvoyer chez tes parents).

Elle sortit avec son rire cristallin. Ils sont pareils que des enfants eux deux, toujours à se moquer l’un de l’autre. Elle est trop gentille Ta Coura. Toute fille rêve d’être comme sa mère. Ta Coura, c’est ma deuxième mère. Elle est simple généreuse, toujours prêtes à accomplir les moindres désirs de Papa. Je souhaite être une épouse aussi dévouée aussi attentionnée qu’elle.

Vers 14h, tiens donc, il daigne appeler, lui ? Je suis tentée d’ignorer l’appel. Le fait de voir son nom s’afficher à raviver ma colère. Bon c’est vrai, depuis ce matin j’attends un appel et maintenait que j’en ai je boude, c’est tout moi ça !

- MOI : allo (point rien d’autre ,il ne mérite rien de plus, cthip)
- ASSANE : ça va, t’es en pause ?
- MOI : non
- ASSANE : il fait 14h là bas non.
- MOI : oui
- ASSANE : …bébé…. j’ai compris que tu m’en veux…

Je préfère garder le silence cette fois.

- ASSANE : bébé… je te demande pardon.

Là je me suis levé du salon pour aller dans ma chambre, je sentais que j’allais bientôt exploser. Pas question de le faire devant papa.

- MOI : mais demander pardon… pourquoi ? Tu es dans ton droit d’agir comme tu le souhaites.

J’étais en rogne tout simplement.

- ASSANE : bébé je suis désolé pour mon comportement… mais je n’aime pas entendre parler d’hôpitaux… ça me rappelle trop de choses.
- MOI : trop de choses ?
- ASSANE : de mauvais souvenirs mais je t‘en parlerais de vive voix.

De mauvais souvenirs, par rapport à quoi ? Justement je ne sais pas grand-chose de sa vie personnelle.

- ASSANE : sache juste une chose, que je m’inquiète de tout ce qui peut t’arriver à toi ou aux gens qui te sont proches… je t’aime Anna.

Comment ne pas lui pardonner vous ne saurez imaginer ce que fait mon cœur à chaque fois que j’entends ces maux de sa bouche. Je me disais bien qu’il y avait une raison à tout ça. Mais je ne serais pas Alima si je ne faisais pas un peu la capricieuse.

- MOI : t’es sûr ?
- ASSANE : lol, tu recommences. Qu’est ce que t’en pense ? Tu me pardonnes dis ?
- MOI : demander aussi gentiment je ne peux pas faire autrement….

Et il a éclaté d’un grand rire, j’aime ce rire. Je l’aime tout simplement…


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Regardez
Seytoo.Africa
Actualités
Vous



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.