person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Comment Anna vit-elle son divorce après 5 ans de mariage non consommé ? (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Comment Anna vit-elle son divorce après 5 ans de mariage non consommé ? (La chronique d’Alima)

Chronique

Elle m’a donné beaucoup de conseils à ce propos. Mais vous croyez vraiment que je vais suivre ces conseils là moi ! J’ai perdu assez de temps comme ça !

Publié le 25 février 2020, Alima

STOP… revenons un peu en arrière, faut que je comprenne aussi.
On est marié depuis combien de temps déjà ?

Cinq ans… cinq années, cinq années… où je suis restée à l’attendre, où j’ai sacrifié une partie de ma vie.

J’AI TOUNEE LE DOS A L’AMOUR DE MA VIE ! J’ai essayé tant bien, que mal d’être une bonne épouse, je l’ai attendu pendant toutes ces années. Dieu seul sait combien il est difficile de vivre loin de son époux, de juste se contenter de quelques appels. Et c’est pire quand on n'en reçoit même plus, ces appels là. Sidy… bien sûr qu’avec les années j’avais appris à l’aimer. Mais à quoi ça m’a servi… il me traite aujourd’hui de sale pute ! C’est lui qui me trompe et c’est moi qui suis la pute !

Cinq ans à l’attendre, je sais, j’insiste sur ce chiffre mais c’est que ça me choque. Toutes ces années sans voir mon mari, aucune caresse, aucun baiser, rien de rien. !

Je me disais que j’attendrais parce que ça sera extra quand Sidy sera là, alors ce sera le temps qu’il faudra. J’étais dans la chambre je n’arrivais pas à dormir. J’étais comme étrangère dans cette pièce, ma propre chambre. Je voulais casser tout ces meubles qu’il m’avait offerts. Je ne voulais plus rester dans cette chambre, et le pire est que je venais de comprendre, tous ces regards toujours braqués sur moi.

J’étais la dernière au courant, hé bien… de pire en pire ! Comment je vais faire maintenant pour soutenir tous ces regards ? Il va le falloir parce que je refuse de faiblir devant eux.

Je vivais ma vie très bien, du moins de l’extérieur….

Mes nuits étaient infernales, Sidy, je n’ai même pas essayé de le contacter. Quand c’est fini, c’est fini. Ma tante, sa mère qui parait être outrée. « C’est à moi qu’il a foutue la honte ! Il te répudie et il est en concubinage !!! »

- MOI : …. (Parler ! Je m’en fous, J'ai tout compris !)

Tout le monde est au courant, la terre entière, mon Dieu quelle humiliation !
Les copines « Anna je suis désolée, c’est vraiment dégueulasse ce qui t’arrive »... « bam ! » plus de nouvelles.

J’ai fait l’objet de sujet de commérages, pendant des semaines. Je ne restais même pas à la maison, toujours au boulot. Et je faisais des heures sup... puis direct dans ma chambre. Tout les moyens étaient bons pour m’occuper l’esprit. Pendant des semaines je n’avais que pour amie ma chambre, ma télé et papa... J’oubliais ma honte aussi

Deux ou trois semaines plus tard, une visite d’ALIMA. Je l’entends dehors avec les salamalecs habituels !

J’espère qu’elle va ignorer ma chambre... je n’ai pas envie de la voir, je n’ai envie de parler à personne, voir son sourire là non !

- ALIMA : Et Anna elle n’est pas là.
…. : Sisi dans sa chambre, elle dit qu’elle est malade.

Je n’ai pas compris le dédain avec lequel elle en parlait mais bon ! La chambre est toute sombre, j’entre, Anna est couchée. Je vois à ses cotés un paquet de kleenex. Pourquoi je suis là ? Hier nuit ma mère m’a dit qu’elle s’était séparé de Sidy. Presque un mois et je ne suis au courant que maintenant… Oui c’est bien moi ça ! Je rentre trop tard à la maison, je mange et direct dodo. En plus chez nous on ne parle jamais de blêmes d’autrui, « kouné am nga lou la doy mboub ak toubay » #ALIMA


- ALIMA : Anna ça va ? (je sais que ça ne va pas… mais bon !)
- ANNA : Ali ça va, lou bess ?
- ALIMA : qu’est ce que t’as, paraît que t’es malade ?

Pff... ALI fous moi la paix, t’es juste venue me regarder me morfondre, je faisais des efforts surhumains pour paraitre normale… Elle vient s’assoir à mes cotés.

- ALIMA : t’es vraiment malade ?
- MOI : j’ai juste mal à la tête… sinon ça va ton boulot ?

Je ne supportais pas de la voir comme ça c’était une autre Anna que j’avais en face. Une Anna malheureuse qui tentait de faire croire le contraire. #ALIMA


- ALIMA : Anna lan la ?
- MOI : rien pourquoi cette question ?
- ALIMA : tu sais je viens d’apprendre la nouvelle, c’est maman qui m’en a parlé.

Quoi, elle est sérieuse ?!

Ce qui a fait le tour du monde… Ha j’oubliais, j’ai affaire à Alima, toujours la dernière au courant. Toujours dans son monde à elle.

Nous en avons ensuite discuté, je lui ai dis que je savais que ma belle mère était derrière tout ça, que de ma chambre j’entendais tout. Je lui avoue que je n’ai rien, que je ne suis pas du tout malade.

- MOI : tu ne peux pas imaginer combien j’ai mal, et honte aussi. J’ai honte parce que je reconnais qu’en réalité tout est de ma faute. Si j’avais fait taire toutes ces rumeurs dés le début peut être que je n’en serais pas là. Peut être aussi que Dieu me puni tout simplement.

C’était la première fois que j’en parlais… Waaw... Alima qui pleure, pourquoi elle pleure ? C’est ma douleur, pas la sienne.

- ALIMA : sais tu que tu as énormément de chance ?!

« Ki nak ligni wakh si dofam bi » c’est vrai ! (je savais qu’elle était folle). Mon mari me fait un sale coup elle me dit que j’ai de la chance ?!

- MOI : quoi ?
- ALIMA : T’es vierge ?
- MOI : Hé damlay n*** (je te casse la gueule... deh)
- ALIMA : Lol... imagine qu’il soit venu… t’ait dé-viergée puis t’ait ensuite abandonnée, rien ne pourrais plus sauver ton honneur. Même si tu te remariais, les rumeurs auraient continué d’aller bon train. Ce que tu devrais faire… redoubler d’efforts, te conserver, leur fermer le clapet à tous.

Elle m’a donné beaucoup de conseils à ce propos. Mais vous croyez vraiment que je vais suivre ces conseils là moi ! J’ai perdu assez de temps comme ça ! J’étais heureuse à l’idée d’offrir à Sidy, ce qu’il me restait de ma dignité, ma virginité. Mais au diable cette virginité ! Cinq ans sans vie, sans quelqu’un qui soit toujours auprès de mois, sans caresses, pas une minute de plus. Je vais la vivre à fond ma vie !

Je veux vivre, tout simplement vivre.


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.