person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Débbo (8), par Ladyba - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Débbo (8)

Chronique

Une grande amitié venait de naître entre Coura et Lala. Même si elles venaient de millieux complétement différents , ces deux jeunes femmes avaient beaucoup de caractères en commun.

Publié le 12 octobre 2020, Ladyba

Vincent lui avait glissé une enveloppe remplie de billets. Jusque-là rien n'était officiel entre eux , même si Vincent ne lui cachait pas qu'il l'aimait bien. Pour l'instant ils étaient "amis". Elle prit l'enveloppe, en se disant que ses parents allaient être contents, ce we au moins la dépense quotidienne sera assurée ( petit déjeuner, déjeuner et dîner ) nakk parce que trés souvent ils arrivaient à peine avoir les trois repas quotidiens.

Aïda trouva sa maman dans sa chambre et lui remis l’enveloppe (qui contenait 50mille francs) elle lui avait d'abord demandé comme toujours d’où ça provenait. Et encore une fois, elle lui avait menti lui disant que son chef, était trop content d'elle et lui avait donc octroyé une prime. Elle la félicita, l’encouragea et pria pour elle. Il était tard donc elle promit de faire des poulets rotis demain pour le déjeuner. Le poulet est un aliment de luxe au sénégal et les gens qui se disent pauvres, dés qu'ils ont une rentrée d'argent, pour la pluspart, achetaient des poulets par ci, par là en se disant, demain on verra, puis demain arrive et on regrette d'avoir dilapidé l'argent.

Le lendemain, c’était la fête chez Aïda et il y avait des poulets rotis avec des frites en accompagnement, il y avait même des grandes bouteilles de boisson gazeuse aussi. Toute la famille remercia Aïda et pria pour elle.

Elle retourna à Saly le mardi comme d'habitude, Vincent et elle se parlèrent au téléphone et par sms. Et ils se revirent le jeudi après midi, parce que les meubles commandés étaient livrés et "mme "venait superviser leur installation. Elle commençait à s'y plaire à ce rôle de femme de maison, de donner des ordres aux ouvriers et même à la domestique que Vincent avait embauchée. C'était son rêve quoi et surtout surtout toute cette espace???? ces marbres brillants? TOUT Ce luxe, elle se croyait dans un film.

C'est vrai, qu'elle n'a jamais pensé sortir avec un de ces blancs qui venaient se la pêter avec leurs revenus, qui convertis en Cfa, faisaient d’eux des milionnaires au Sénégal alors qu'ils étaient des pauvres en France. Vincent ne parlait pas trop de sa famille restée en France, mais il semblait être quelqu'un de raffiné , déjà il avait une particule dans son nom. Il avait un nom de bourr ( de rois ) Vincent De Montmirail.

Non ce français c’était un ‘bon’ , étant dans le milieu hôtelier, elle savait bien que tous les gens avec une particule dans leurs noms avaient du sang bourgeois. Elle se disait, si jamais Aida de la Médina devenait Aïda De Montmirail noooon toute sa vie et celle de sa famille changerait.

Les filles et leurs rêves hein, on te drague juste pas de promesse ni rien juste drague, puis on te demande des conseils pour la déco d’une maison et toi tu te vois déjà en femme de…. Quelques jours plus tard, Melle avait déjà pensé à tout, même aux voyage qu’ils feraient ensemble et elle a même poussé le bouton assez loin en se demandant, à qui elle confierait leur fils métisse quand ils iront en voyage. Hors de questions, que son petit ‘Mamadou De Montmirail ‘ aille traïner à Senzala ah mais non elle etait bête , elle allait déjà sortir ses parents de senzala et leur offrir une grande maison loin de toute cette misère.

Vincent sentait bien qu’Aïda était déjà conquise et un soir qu’elle était venue chez lui voulant lui préparer un Yassa au poulet , ils échangèrent leur 1er baiser. Et c’était parti pour une nouvelle idylle avec de l’amour ou pas ? c’était encore trop tôt pour le dire mais ils s’aimaient bien .

En parlant d’amour, amour amour quand tu nous tiens…

Lala savait très bien que la maman d’Ibou ne voulait pas d’elle parce qu’elle était castée mais elle insista quand même auprés de sa maman . Cette dernière refusait au début, mais sa princesse qu’elle aimait tellement. déprimait de jour en jour et elle ne voulait que son bonheur.Si bien, que quelques semaines plus tard, lala avait finalement convaincu sa mère pour le mariage. Sa mère lui avait juste dit qu'une fille, qui n'est pas aimée, par sa belle famille, ne sera jamais complètement heureuse, mais elle connaissait bien ibou et elle savait qu'il aimait vraiment lala et prendrait soin d'elle.

La famille d'ibou vint demander la main de lala, le papa la leur accorda de suite le jour même sans qu'il y ait eu de khoumbaï ni de moumbaï. Elle passa une lune de miel d'une semaine dans un coin paradisiaque du sine saloum. Et dés son retour, elle se prépara pour aller seyyi , ibou avait beaucoup insisté pour que ça se fasse le plus tôt possible .

Lala arriva chez ibou, quelques jours après leur retour de lune de miel, avec une grande délégation. Elle trouva toute sa belle famille, sa belle maman était très souriante et lala fut soulagée de savoir qu'elle l'acceptait enfin, une nouvelle page commençait pour elle .

Le lendemain de son arrivée, son mari était parti tôt au travail et elle avait pris 3 semaines de congés donc elle se prélassait sur son nouveau lit. Elle fut réveillée par des coups tapés sur la porte de sa chambre et alla ouvrir :
Coura: bonjour lala, tu as bien dormi?
Lala connaissait Coura vu qu'elle venait souvent ici : ça va coura ? dama ssone tellement ( je suis fatiguée )
Coura: je comprend, mais fallait que je vienne te réveiller il est 12h et adji penda commence à rouspéter. Vas te laver et descends lui dire bonjour au moins, même si après tu reviendras te coucher .
Lala : ah ok merci beaucoup vraiment, si tu m'avais laissé, ici je me serais réveillée que dans l'aprem. Mais ok j'arrive.
Coura: tu veux que je tapporte un café ? ou quelque chose ?
Lela: bah non je viendrai m'en faire un toute seule
Coura: ok.

Coura était allée prévenir lala, parce que adji penda parlait déjà au téléphone avec une de ses sœurs et quand cette dernière lui avait demandé où est la nouvelle arrivée , la « Sette »elle lui avait répondu " nelaw rekk deh " ( elle ne fait que dormir ) . Elle avait eu un petit pincement pour cette fille qui en plus avait, à peu prés le même âge qu’elle, et de plus elle était tellement gentille, innocente.

Coura passa par sa chambre pour charger son téléphone, elle ne put s’empêcher de prendre dans son sac son PASSEPORT, elle l’avait enfin. Tonton Babacar avait tenu sa promesse et deux mois apres elle avait enfin son passeport, elle savait bien qu’il y avait encore des démarches à faire mais elle était confiante. Elle se rendait compte que tonton Babacar connaissait vraiment beaucoup de monde et se dit que le fait d’avoir été engagée dans cette maison n’était pas due au hasard. C’était son destin. Longtemps , elle s’était demandée pourquoi ne pas quitter ce travail tellement adji penda la fatiguait parfois mais une force imaginaire l’empêchait de partir.
Pour elle, c’était la main de Dieu, et donc elle ira en France trés bientôt. Son rendez vous a l’ambassade était prévu pour dans 3 mois , donc si tout tout se passait bien dans 6 mois maximum elle serait enfin en France. Son chéri voulait toujours l’épouser , et le plus rapidement possible . Il était prévu que les familles se rencontrent dans quelques jours .

Elle chargea son téléphone et retourna dans la cuisine.
Lala l’y retrouva quelques minutes plus tard :

Lala : Coura, je ne retrouve pas tata penda ? je pense qu’elle est dans sa chambre mais je n’ose pas aller frapper
Coura : looool guisngua sso bayiwoull ssa toyye bi ( si tu n’arrétes pas de faire ta poltronne), mère bi elle va te bouffer . Qu’est ce qui t’empeches d’aller frapper et de lui dire bonjour ?
Lala : mais dama rousnakk toi aussi Coura ( j’ai honte )
Coura : mais c’est chez toi ici maintenant, en plus quand tu venais ici, avant, tu parlais bien avec elle non ?
Lala : oui mais ce n’est pas pareil, je sais qu’elle ne voulait pas du mariage . Du coup en fait, j’ai peur de me retrouver seule avec elle
Coura : hahahhaha non dama la yeureumm ( j’ai pitié de toi ) , wa viens je t’accompagne
Lala : wa kharal ma déffarr café ba paré ? ( attends je me fais un café )
Coura : lannnnne, il est déjà 13h yow nitt ngua ( tu n’es pas normale ) ? viens lui dire bonjour d’abord, sinon elle va croire que tu dors encore, ou si elle te trouve ici à me parler sans lui avoir dit bonjour, elle ne va pas te rater
Lala : cheu ok ok . Allons y

Elles arrivèrent devant la porte de la chambre de Adji Penda, et Lala avait à la limite la tremblote :

Coura : adji ? c’est lala qui voulait te dire bonjour
Adji Penda : legui lo lenne di djittlé ? (pourquoi vous venez ensemble ?) ,
Lala : bonjour tata
Adji penda : ahhh lala yow mome patrone ngua dé, nélaw ba 13h ( lala tu es une patronne, tu dors jusqu’à 13 h ? )
Lala : pardon tata, j’étais un peu fatiguée
Adji penda se tut et elles sortirent comme elles étaient venues.
Elles retournèrent dans la cuisine, et lala en faisant son cafe, se mit à pleurer .
Coura : hey Mme Kane, lanne la ?
Lala sanglota et se jetta dans les bras de Coura
Coura : chuutttt, noppill, mère legui mou gneuw dé,( arrêtes de pleurer, mère sera bientôt la ) il faut pas quelle te trouve comme ça. Elle serait contente
Lala en sanglotant : ma famille me manque, et je ne suis pas la bienvenue ici en plus
Coura : ne t’inquietes pas, tout se passera bien parce qu’ibou t’aime et c’est le plus important. Ca va être dur le début mais après ça va passer. Et je suis là pour toi, on est ensemble
Lala : ok merci beucoup

Une grande amitié venait de naître entre Coura et Lala. Même si elles venaient de millieux complétement différents , ces deux jeunes femmes avaient beaucoup de caractères en commun.


Du même contributeur, Ladyba

La
Ladyba

La
Ladyba

La
Ladyba

La
Ladyba

La
Ladyba


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.