menu
search
EN
Life
Réussite
Africa
Vidéos
Chroniques
News

Chronique

Déchirure (4)

Publié le 11 février 2020, venusse

Ce fut d’abord un simple baiser. Mais encouragé par ma réactivité, Pape osa des câlins et des caresses beaucoup plus hardies, et ce qui arriva par la suite…


-Oui mais à condition d’être mariés, ce qui est loin d’être le cas pour nous, ripostai-je désespérée.
- Ne sois pas collet monté, répliqua-t-il agacé. Allez lève- toi s’il te plait, on rentre maintenant avant que tes parents ne viennent nous chercher, poursuivit-t-il sur un ton beaucoup plus conciliant.

L’évocation de mes géniteurs créa une panique incontrôlable chez moi. Je m’attrapai la bouche en pensant à leur réaction, car dans ma tête, ils devineraient tout de suite la perte de ma pureté, de ma virginité. Et ainsi, bonjour les représailles !

Pauvre de moi ! J’allais passer les moments les plus pénibles de mon existence, me disais-je. Que nenni ! Je n’avais qu’une petite idée de ce qui m’attendait.

Zut ! Je n’en pouvais plus d’attendre. Je saisis fébrilement mon téléphone portable et mes doigts volèrent sur les touches. La sonnerie retentit au bout de quelques instants : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7…7 sonneries, et toujours le silence, au bout du fil.

Ce mutisme n’augurait rien de rassurant. Je sentais mon adrénaline monter, et des sueurs froides me saisir brutalement.

Je lâchai l’appareil qui, en tombant, fit un bruit sourd sur l’épaisse moquette avant de me précipiter vers la salle de bains pour y faire… quoi en fait ? Me soulager ? Non, impossible, je n’éprouvais aucun besoin de ce côté.

Je fixais mon image sur le miroir suspendu au-dessus du lavabo. Mon regard était hagard, perdu.

- Du calme Moctar, tu ne t’affoles peut-être pour rien, me rassurai-je intérieurement.

Après tout, n-t-on pas l’habitude de dire sans nouvelle, bonne nouvelle ? Alors, je me devais de me calmer et d’essayer de la rappeler, car il y’avait une forte probabilité qu’elle fut encore avec e médecin. Tiens, pourquoi ne pas rappeler ? Mais oui, c’est ça ! Je devais rappeler.

Je retournai dans le bureau et cette fois –ci, j’essayai de la joindre à partir de la ligne de mon bureau. Là aussi, je n’eus pas non plus de succès. Je reposai doucement le combiné sur le socle et je me résolus à patienter encore.

Je n’arrive as jusqu’à présent à me souvenir par quel miracle j’ai réussi à rentrer tranquillement à la maison.

Je fis part de mes craintes à mon copain, mais il se moqua de moi :

-T’es vraiment naïve. A moins que tu ne parles, personne ne sera au courant de ce qui vient de se passer, me répondit-il sur un ton moqueur. Ecoute, tu dois garder ça pour toi. Tu imagines, si tes parents viennent à l’apprendre, ce sera indéniablement la fin de ma carrière de militaire.

Effarée par temps de cynisme et d’égoïsme, je choisis néanmoins de me taire. Je venais de découvrir une facette de ce garçon qui ne me plaisait pas du tout. Dans de telles circonstances, qu’il était de con devoir de mon consoler et de me réconforter. Mais non, il avait obtenu ce qu’il voulait, et il se disait qu’il n’avait pas à gérer mes états d’âme. Je décidai en ce moment-là de mettre fin à ma relation amoureuse avec lui.
Je n’osais pas regarder mes parents dans les yeux. Alors, une fois arrivée à la maison, voulu filer tout droit me terrer dabs ma chambre de jeune fille.

Jeune fille, devrais-je désormais continuer à m’appeler ainsi ? Je ne savais pas, je ne savais plus, tout était si confus, si brumeux dans ma tête. On aurait dit brouillard épais qui m’enveloppait.
Je pleurai mon innocence perdue sur l’autel de la naïveté. Je me faisais des reproches. Oui, si j’avais manifesté expressément mon refus plus tôt, peut être que… et puis, à quoi bon maintenant ?
Avec des si on mettrait Paris en bouteille.

Que vais-je devenir ?





Vous allez apprécier ceci !


▼ Lisez plus sur Chronique

Alima

Baisers, encore des baisers... c’est reparti entre Alima et Alph. Le cri d’une célibataire endurcie (24)

Alima

Alima perd encore le contrôle devant son Alph…Le cri d’une célibataire endurcie (23)

Qtions

« C’est un menteur... Que faire de cet amour ? » (1)

Alima

Encore du jeu de pouvoir entre Alima et son Alph... Le cri d’une célibataire endurcie (22)

Alima

Colère, humiliation, tristesse… Le cri d’une célibataire endurcie (21)

▼ Nous vous recommandons


▼ S'instruire et S'épanour par Email.





À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.



Facebook

LinkedIn

Twitter

WhatsApp

Pinterest

Email

×