ERROR: Could not able to execute .
person_outline Me connecter close
Fermer
Shop Life Réussite Africa Vidéos News Chroniques Publier mon article
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English

video_libraryAbonnez-vous


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Entre Anna, Madou et le mystérieux Assane (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent

save

Enregis.
share
@


Partager

Entre Anna, Madou et le mystérieux Assane (La chronique d’Alima)

Chronique

Dans la soirée Madou m’appelle, il voulait qu’on aille au Sweet Coffee, vers Ngor. Je ne voulais pas, j’étais toujours de mauvaise humeur.

Publié le 06 mars 2020, Alima

Mais il est sérieux ce gars quand il ne me calcule même pas ! C’est vrai qu’il est mignon, mais quand même. Tapha bavardait tranquille avec moi et tout. Nous discutions tous. Mais il suffisait que j’en place une pour que le mec se taise. Ça me mettait en rogne, je ne supportais plus de rester une seconde de plus dans la voiture.

Tapha ramenait Assane parce que ce dernier avait sa voiture au garage. Pendant un moment nos regards se sont « entrechoqués» via le rétroviseur, il me fixait effrontément en plus croyant surement m’intimider. J’aurais très bien su soutenir son regard mais j’étais tellement en rogne que je lui ai fait un de ces "xelou" (œillades). J’étais tellement frustrée, c’était la première fois qu’un homme se comportait de la sorte avec moi. Tapha me ramène jusque pas trop loin de chez moi.

- MOI : Tapha merci beaucoup surement qu’on se reverra ces temps ci.
- Tapha : ok chérie un de ces quatre.
- SALI : à demain « yow »
- MOI : sisi, zoubi.(à cet idiot) Au revoir.

Rien que ça ! Je ne supportais même pas de prononcer son prénom. Et comme qui dirait pour encore plus m’énerver.

- ASSANE : Au revoir zoubi !!

Avec une soupire super moqueuse en plus. Je déteste ce type, heureusement que je ne vais plus le revoir.

Dans la soirée Madou m’appelle, il voulait qu’on aille au Sweet Coffee, vers Ngor. Je ne voulais pas, j’étais toujours de mauvaise humeur. Cet Assane m’avait fait une chose qu’aucun homme ne m’avait jamais fait, IGNORER. Moi, Anna, qu’un homme soit indifférent avec moi, même pas un regard ? Peut-être qu’il est marié aussi. Mais ce n’est pas une raison non plus. Il pouvait au moins être plus correcte non ? Et mon pauvre Madou c’est lui qui en pâtit. Le lendemain en cours Sali qui me taquinait.

- SALI :il t’a tapé dans l’œil avoue !
- MOI : quoi, qui ?
- SALI : Moh ! Assane bien sûr.
- MOI : Pff... "sa kou soff kokou" (ce prétentieux là) non du tout.
- SALI : Lol... c’est qu’il parait très compliqué quand tu ne le connais pas. Il est assez réservé. Mais même Tapha lui a signalé qu’il s’est assez mal comporté.
- MOI : Je m’en fiche… Et qu’à t’il dit ?
- SALI : Mdrr et tu t’en fiches... Il n’a rien dit, même moi, je n’ai pas très bien compris.
- MOI : De toute façon c’est son problème, quand ils sont super mignons "rek", ils se croient tout permis
- SALI : Mdrrr "ya ngui mere dé" (tu t’énerve non ?). Ça ne serait pas le fait qu’il t’ai ignoré qui t’énerve ?
- MOI : pfff
- SALI : tu ne veux pas que je vous branche ?
- MOI : Lol... si Madou t’entend.
- SALI : Moh... parce que Madou t’intéresse maintenant ? Par contre Assane… mdrr
- MOI : m’intéresser à ce goujat, jamais ! (mais j’ai bien envie de lui montrer que personne ne peut m’échapper… on verra bien).

Madou doit passer me chercher pour qu’on aille en boite. Vous-mêmes vous savez que je suis trop fêtarde. Mais j’hésite un peu parce que papa est malade ces temps ci… Nous sommes allé au Casino du Cap Vert. Nous étions à une table. Le carré VIP était comme d’habitude réservé cette fois ci par certains mannequins. Pourtant l’une d’elle n’avait d’yeux que pour mon Madou. Faut croire qu’elles sont toutes là pour cibler, voir qui sera la prochaine victime.

Un moment je suis allé aux toilettes, je reviens et je trouve l’une d’elles bien installé. Elle est trés populaire d’ailleurs d’abord de part sa beauté, puis par ces frasques. Elle est assise à ma place putain c’est qu’elle a gros problème celle là !!! ok !

- MOI :huum hum !!

La garce qui a l’audace de me fixé du regard.

- MADOU : Ha bébé t’es là, elle…

Je me suis tourné vers la fille.

MOI : Hey, tu dégages (elle se permet à regarder Madou croyant qu’il allait peut être prendre sa partie, parce que c’est une célébrité ou du genre).
MOI : Si je me répète di na ***** (je te ****)

Elle s’est relevée avec des mimiques et je ne sais quoi d’autre. Ce qui est sûr c’est que si elle avait essayé d’ouvrir la bouche je l’aurais cassé en deux. Je n’étais pas jalouse du tout, mais mon mec on ne l’approche pas, je me suis alors assise bien en face de MADOU.

- MOI : Toi la prochaine fois que tu me refais ce coup là je *****
- MADOU : Elle s’est assise sans que je ne l’invite et je ne pouvais pas lui dire de se lever.
- MOI : En tout cas je t’aurais prévenu.

Puis comme par hasard mes yeux se sont posés juste au fond, il avait un verre à la main, et il me fixait avec son regard que je déteste.

On devrait l’emprisonner. Personne ne devrait avoir le droit d’être aussi beau ! Condamnation, avoir des égratignures sur tout le visage, tchiip. Beau et arrogant ça le fait pas 'way' ! Il me fixait, mais c’était pire que me déshabiller du regard ce qu’il faisait. Je suis sure que parce qu’il savait que ça me dérangeait, il continuait. J’ai pris mon verre plus pour me donner une contenance et là je souriais à Madou. Le pauvre qui me regardait comme pour dire t’as un problème, lol. Oui j’ai un bleme, et il est tout juste derrière toi. Ça m’a fait sourire.

- MADOU : est ce à dire que je suis pardonné ?

Lol pardonné mon œil ! Je joue juste la comédie pour emmerder quelqu’un plutôt.

- MOI : pardon mon chérie d’être si jalouse juste que je tiens énormément à toi alors normale que je sois aussi jalouse (tout sourire en plus).

Madou était aux anges !!! Je sais que c’est cruel de faire subir tant de chose à une personne alors qu’on sait combien il nous aime. J’essaie de l’éviter autant que je peux, mais j’y arrive pas. parce qu’aussi "gni lou gnoulene def rek bakhneu si gnom" (ils le méritent amplement dans le fond). Ils sont toujours là à nous briser le cœur. Ils attendent que l’ont s’attachent énormément à eux, que l’ont tombe éperdument amoureuse pour nous faire un sale coup. Hé bien moi Aanna, j’ai décidé de changer la donne, si ce n’est moi qui leur brise le cœur ça ne sera pas le contraire.

Madou racontait des bêtises je ne savais presque pas de quoi il parlait mais j’en rigolais. Et cet idiot continuait à me fixer avec un sourire moqueur. C’est officiel, je le déteste ! Son regard me fait flipper. Ça me fait trop d’effet, "ki khana dou khef" (il peut pas détourner son regard un moment )...tchip ! Y a-t-il vraiment eu une fille qui n’ait jamais résisté à ce regard là ! Je l’ai aperçût remuer les lèvres, il parlait à quelqu’un apparemment. Ho ! Il est accompagné, "makhalaa" je n’avais d’yeux que pour lui et je ne me suis même pas aperçut de la fille qui est de dos, avec son rire que j’entends depuis ma table. Qu’elle se taise, elle me perce les tympans !!!

Lol... je suis jalouse oui !! Ne vous moquez pas je le fait pas exprès, je ne sais pas pourquoi, j’ai juste envie d’être à sa place et d’entendre ces paroles qui lui ont fait autant rire... grrrr ! Je me disais dans ma tête « je le déteste je le déteste ». J’essayais tant bien que mal de ne pas le calculer. Mais peut être que s’il me regarde autant c’est parce que mon visage est bizarre, non ça ne risque pas, mais pourquoi alors. ish. Fallait vraiment que je bouge, je ne sais pas… n’importe quoi, juste histoire de me défaire de son emprise !!!

- MOI : tu ne trouves pas qu’il fait chaud, on va prendre l’air ou juste rentrer tout simplement !!
- MADOU : déjà ! Qu’est ce que t’as ? T’es un peu bizarre, ça va ?
- MOI : Lol... oui ça va j’ai un peu chaud c’est tout.
- MADOU : Essaie de te rafraichir alors, pourquoi pas ?
- MOI : pour que je te retrouve avec cette dévergondée, ou que t’en profite pour prendre son numéro ?
- MADOU : Mdrrr non... t’inquiète je te jure que ça ne risque pas ! Allez vas y.

Ça m’arrangeait oui je ne supportais plus le poids de ce regard. Je suis parti me mettre de l’eau sur le visage, il faisait quand même chaud "nak". Je me suis repoudrée, ai mis du Gloss, je me trouvais mieux comme ça d’ailleurs plus de fond de teint rien. Je suis ressortie. Et devant la porte des toilettes adossées au mur...

.... quelques minutes après.


ASSANE, même pas un regard tchipp. Je tente de le dépasser, il me retient par le bras. J’essaie de soutenir son regard mais je n’y arrive pas. Wouyyyy yi beut !!! (Quels yeux)

- ASSANE : Tu es mieux sans maquillage…. bien fraiche !

Tchiip on dirait un carnivore !

- MOI : Heu… tu veux bien me lâcher, je suis accompagnée.
- ASSANE : et… (sans pour autant se départir de ce sourire)

Au secours ! Aidez-moi !

J’ai voulu me séparer de lui assez brusquement, il m’a retenu et m’a plaqué contre le mur, il s’était rapproché de moi…

- ASSANE : j’attends tu es accompagnée et alors ?
- MOI : hey toi lâche moi avant que je ne me mette à crier ici.

Mdrrr... je bégayais comme une adolescente c’est fou ! Nos visages étaient à quelque centimètre.
J’avais envie qu’il m’embrasse, gouter à ses lèvres, qui étaient là, à presque frôler les miennes. Ceci me rendait encore plus nerveuse, je le voulais et je ne le voulais pas en même temps. Je ne tenais pas à succomber à la tentation.

- ASSANE : Vas y, lol. Cela me plairais énormément !

Wouy que quelqu’un fasse cesser ce supplice, son souffle tout chaud contre ma bouche ! Je me disais dans ma tête embrasse moi Assane, une bonne fois pour toi s'il te plait...
NOOOON je ne m’y attendais pas du tout, il s’est subitement détaché de moi…

- ASSANE : va ! lol

J’étais interloquée j’avais les lèvres entre ouverte, parce que dans ma tête le baiser était imminent. J’ai alors reçue comme une douche froide. Je lui en voulais !!!

- MOI : espèce d’idiot va !

Je le bouscule et me précipite vers la salle. A notre table il n’y a plus personne. Madou ? Je regarde autour de moi, pas de Madou, "dédét kay khana", il n’est pas parti avec cette garce ? "Ki dé yabou ma" (il est pas fou quand même !). Je l’appelle à la première sonnerie, il décroche.

- Madou : qu’est ce que tu veux toi ?

WA il s’est passé quoi ?

- MOI : Hey qu’est ce qui…

- MADOU : écoutes ne m’emmerde pas ok, tu crois quoi que je ne t’ai pas vu faire la pute avec ce gars, rentre avec lui.

Tint tint tint il a raccroché...



Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


Seytoo par eMail
Améliorez votre vie par Email.

Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English




SEYTOO.SHOP - Shopping for love.

À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.