menu
search
EN
Life
Réussite
Africa
Vidéos
Chroniques
News

Chronique

Impossible de l’oublier ! Le cri d’une célibataire endurcie (10)

Publié le 18 janvier 2021, Alima

Mais non, je ne pouvais pas, j’étais rien, j’étais personne je n’avais pas ce droit là.

… ALPH : J’ai rencontré une connaissance à toi et je lui ai dis que t’étais ma fiancée pour ne pas qu’il t’approche.

Qu’est ce qu’il a celui là !

MOI : Depuis quand tu es mon fiancée ?
ALPH : Depuis toujours, parce que je suis celui que tu aimes…pour le moment. Désolée... Je ne sais pas mentir !
- MOI : Oui pour le moment et ne t’inquiète pas je te promets que ça va changer. Moi je suis déterminé à t’oublier.
- ALPH : Tu sais je n’arrive pas à t’oublier.

DIEU, tout puissant que me fais-tu ? Déjà je commence à trembler….mais je ne me laisserai pas faire, pas question !

- MOI : Ne t’inquiètes pas ça va passer, parce qu’il le faut.
- ALPH : Tu sais… j’essaie de tourner la page, mais à chaque fois que j’en ouvre une autre, c’est toujours toi que je vois. Je suis désolée. Je dis toujours ce que je pense, ce que je ressens. D’ailleurs on me reproche tout le temps d’avoir « des vérités toutes crues ».
- MOI : C’est pareil pour moi aussi… Mais ne t’inquiètes pas, nous réussirons. Ça va être difficile mais il faut qu’on y arrive.
- ALPH : LOL ! (rires)
- MOI : Pourquoi tu ris ?
- ALPH : Pour rien.
- MOI : Bah si dis « rek » !
- ALPH : Je ne sais même pas pourquoi peut être que je suis fou.
- MOI : Certainement oui, Lol ! (rires)
- ALPH : Et toi tu es ma princesse fofolle, parce que tu es toujours follement amoureuse de moi.
- MOI : Je ne le nie pas, mais comme je t’ai dis t’inquiètes… ça va passer, ça je te le promets.
- ALPH : Ouiii… tu es ma folle !
- MOI : C’est bon, un jour ton enfant te dira « Papa tu es vraiment un fou »
- ALPH : S’il me le dit je bastonnerais sa mère, parce que ce sera notre enfant à nous.

Hum…danger ! J’ai alors changé de discussion. Nous bavardions d’autres choses, parce que de nous, je ne voulais plus en parler. A cette période de la chronique j’étais certaine que je pouvais l’oublier, et d’ailleurs ça commençait à être vraiment le cas. Je me sentais bien ! ALPHA K me relançait tout le temps je me sentais super mal à l’aise. C’était devenu super gênant, parce qu’il me suppliait tout le temps de revenir avec lui. Mais je refusais et j’avais très mal, je m’en voulais de ne pas pouvoir l’aimer. Mais ce que je voulais à ce moment c’était être seule toute seule, mais pas pour longtemps…

Oui… je devais faire un voyage d’à peu prés une semaine, quand le jour de mon départ j’apprends qu’ALPH était très malade. Grrrrrr ! Il a fallu que je sois au courant de cela, pour moi-même en arrivé à être malade. Je tremblais, j’étais super inquiète. Je ne tenais pas à l’appeler parce que je voulais garder le plus possible certaine distance. Je lui envois un message pour lui demander ce qu’il avait.

- MOI : Salut qu’est ce que tu as.
- ALPH : Je suis malade.
- MOI : je sais, mais tu as quoi exactement !

J’étais tellement inquiète que j’en étais nerveuse.

- ALPH : Je ne sais pas trop, j’ai de la fièvre et j’ai des mots de tête.

Je commençais à trembler et j’étais super inquiète, mes larmes étaient prêtes à couler.

- MOI : T’es allé à l’hôpital, qu’est ce qu’il t’on prescrit ?
- ALPH : Non je n’ai pas d’argent.

Je me suis dit qu’il devait être vraiment malade, au point de ne pas pouvoir récupérer de l’argent..., aller à l’hôpital. Je voulais quitter mon boulot et aller le voir l’emmener à l’hôpital. Mais non, je ne pouvais pas, j’étais rien, j’étais personne je n’avais pas ce droit là.

- MOI : ALPH « li ngay def bakhoul » (ce que tu fais ce n’est pas bien), t’as des voisins, ou bien appelle un ami, je ne sais pas moi !
- ALPH : LOL ! Ne t’inquiètes pas je suis déjà allé à l’hôpital. J’ai pris des médocs… ça va mieux

« Ki »… c’est un idiot, pourquoi il est là, à me faire peur comme ça !

- MOI : Tu es vraiment idiot ! Lol ! Mais reposes- toi prends tes médocs et prends soin de toi, bisous.
- ALPH : Ok merci.

Vraiment j’étais énervée, inquiète... Il devait être tout seul chez lui, j’étais inquiète et je ne pouvais pas lui montrer à quel point. Chose normale si vous me connaissiez parce qu’il suffit que je rencontre un personne couchée dans la rue ou paraitre faible pour me mettre à pleurer. C’est comme si la douleur devenait la mienne. Durant mon séjour à l’extérieur de Dakar, j’étais tout le temps tentée de l’appeler mais je résistais. Puis je me suis décidé à lui envoyer un message lui souhaitant un prompt rétablissement, point. Quand je suis rentrée, je me suis décidée à m’enquérir de sa santé.

- ALPH : « Ha toi dal » ! Même un ami viendrait me voir savoir comment j’allais et tout.

Parce qu’il me demandait tout le temps, quand est ce que je viendrais le voir qu’on discute juste comme des amis si vraiment je crois en ce que je disais. Et je lui répondais que pour le moment pas possible. Mais là je m’étais dis que c’était le moment. Peut être aussi j’avais envie tout au fond de moi d’être encore dans ces bras… franchement je ne sais pas. Surtout je voulais vérifier si en réalité ce que je me disais dans ma tête était réel que je l’avais oublié, enfin ! Mais c’était ne pas savoir ce qu’était vraiment l’amour, j’allais découvrir qu’il avait plus d’emprise sur moi que je ne le pensais… Je décide d’aller le voir, de toute façon j’avais des courses à faire du coté de chez lui. Je l’appelle pour le prévenir que je passerais le voir. Devant chez lui je commençais à avoir des maux de têtes …. Mdrrr je regrettais déjà d’être là. Je frappe, il ouvre m’invite à entrer. Mon cœur fait boummmm ! « Hey way »… pourquoi je suis venue ! Son regard, son sourire…… je veux partir !!!!!!

- MOI : « Yaw ya meune tapalé » (tu faisais semblant), t’as pas l’air malade.

Il éclate de rire.

- ALPH : Je t’assure que j’étais malade !
- MOI : Pfff ! Et qu’est ce que tu avais.
- ALPH : Mdrrr ! J’étais enrhumé.
MOI : « Yow ya yabaté » (tu te fiches de qui)… juste enrhumé, on aurait dis que t’allais mourir !

Après on discutait politique, actualité tout et tout .D’un coup il se lève et brusquement viens à mes cotés et passe son bras autour mes reins….micro ouufff !

Vous allez apprécier ceci !


commentRejoignez le Débat

▼ Lisez plus sur Chronique

Alima

Pourquoi Alima a-t-il refusé de se marier, malgré tout ? Le cri d’une célibataire endurcie (19)

Alima

Diallo a-t-il pu profité d'Alima ? Le cri d’une célibataire endurcie (18)

Alima

Qu’a voulu faire Diallo d’Alima ? Le cri d’une célibataire endurcie (17)

Alima

Pourquoi cet homme tient-il tant à aider Alima ? Le cri d’une célibataire endurcie (16)

Alima

Et Alima échappa au viol... Le cri d’une célibataire endurcie (15)

▼ Nous vous recommandons



▼ S'instruire & S'épanour, par email !





À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.



Facebook

LinkedIn

Twitter

WhatsApp

Pinterest

Email

×