person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Jusqu'où ira Assane contre Anna ? (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Jusqu'où ira Assane contre Anna ? (La chronique d’Alima)

Chronique

Le choc quand même, la honte, apparemment elle a décidé de ne pas me lâcher de sitôt. Sokhna me jetait un coup d’œil malicieux, tout en jouant la carte de celle qui dit innocemment les choses.

Publié le 01 avril 2020, Alima

Assane est vraiment fou il passe des excuses aux menaces ! Mais où m’a-t-il vu au juste ? Il n’irait pas jusqu’à me surveiller quand même ! Et où est-il allé chercher qu’il y avait quelque chose entre Cheikh et moi. Que veut-il dire, par il nous détruira. Je ne sais pas vraiment qui est Assane dans le fond, je ne sais pas ce dont il est capable. Une chose est sûre il peut faire ce qu’il veut de moi, mais qu’il laisse cheikh en dehors de tout ça !

« Laisse moi en paix, Cheikh n’a rien à voir avec tout ça. Si tu continues j’irais à la police »

« Damay soop rek » (je n’en ferais rien) tout simplement, je voulais le forcer à me laisser tranquille.

« Je te détruirais, je ferais écrire sur toi, je ferais de toi une vedette et la pire qui soit. Le monde te connaîtra et te détestera, même ton Cheikh ne voudra plus de toi. »

Là il m’a fait flipper…en est-il vraiment capable ?
Comme il est dans l’événementiel, il connait bon nombre de gens au niveau de la presse, il pourrait effectivement raconter tout ce qu’il veut sur moi et on le croirait. Qu’ai-je fais pour mériter de toujours tomber sur les mauvaises personnes.

« Ne m’as tu pas fais assez mal, laisse moi avoir un semblant de vie. »

« Tu es à moi, je ne veux plus te voir avec lui. »

Il a vraiment un souci celui là, j’ai éteint mon portable, pour avoir la paix. Je n’ai pu trouver le sommeil pour autant. Au petit matin encore, je repensais aux paroles d’Assane. Mon Dieu, dans quel pétrin me suis-je mis. Je ne sais pas vraiment de quoi il est capable. Mais peut être aussi qu’il veut me faire peur. Une chose est sûre tout cela me stresse à mort. J’étais tentée de changer de numéro.
Pendant les jours qui ont suivis, je ne perdais même plus mon temps à lire les messages.
Un Jour alors que j’étais dans ma chambre à regarder la télé,

« Anna Anna » C’est la voix de sokhna , qu’est ce qu’elle veut encore.

Elle entre en catastrophe dans ma chambre, s’étale sur le lit.

-SOKHNA : t’es pas au courant on dirait.
-MOI : de quoi ?
-SOKHNA : ton père ne t’as rien dit ?
-MOI : mais me dire quoi ?
-SOKH NA :Sidy s’est marié avec sa concubine !

Le choc quand même, la honte, apparemment elle a décidé de ne pas me lâcher de sitôt. Sokhna me jetait un coup d’œil malicieux, tout en jouant la carte de celle qui dit innocemment les choses. Elle s’attendait sûrement à une petite réaction de ma part. Mais Dieu merci, j’ai eu assez de présence d’esprit pour rester neutre .Aucune émotion ne paraissait sur mon visage.

-MOI : ah mais il était tant, entre eux quand même.
-SOKHNA : ah « mane dé ki daf ma rousslo » (il me fait trop honte)

Tout en disant cela elle épiait la moindre de mes réactions, mais Dieu merci rien ne trahissait mon visage.

Mais je ne comprends toujours pas, pourquoi les gens se réjouissent du malheur des autres.

-MOI : Mais pourquoi, nul ne peu rien contre son destin.
-SOKHNA : si tu le dis…bon je te laisse.

Bien évidemment puisque tu viens de tout chambouler en moi. Ça m’a fait un de ces chocs.

C’est tellement facile pour vous les hommes. Vous pouvez divorcer, en épouser une autre, encore et encore. Ce ne sera jamais de votre faute, mais nous, alors là ! C’est toujours notre faute à nous, quand il y’ a divorce. Les ragots vont reprendre de plus belles .Lui au moins il s’est finalement marié avec celle avec qui il me trompait. Mais et moi alors, toujours au même stade, célibataire. Les regards moqueurs vont recommencer, de plus belle, j’en ai assez de tout ça !

J’aimerais ne pas m’en préoccuper mais je n’y arrive pas, c’est trop dure. Tout ce qui se dit a une trop forte influence sur moi, et plus négative que positive. De là Anna du passé, je ne veux garder qu’une seule chose la joie de vivre.
Il me faut avoir un tout autre style de vie. Mais comment pourrais-je y arriver, avec Assane qui ne me lâche pas. Pour être honnête j’ai quand même pleuré, pleuré à cause de Sidy, tout ce que j’ai subi dans mon mariage. Toutes les saletés qu’il m’a déballé, alors que c’était lui l’infidèle. Ça je ne lui pardonnerais jamais.

Mais dans un sens, il vaut mieux que ce lâche d’ASSANE, qui a osé lever la main sur moi.

Ce lâche qui a voulu me violer.

Ce lâche qui ne cesse de me persécuter.

Au moins je n’ai pas peur de Sidy. Alors qu’Assane je suis quasi certaine que le jour où je le rencontre je fuis à toute jambe.

« Sone na, sone na torop !! »(Je suis fatiguée, épuisée)

Ça ne me ferait pas de mal que ce cœur, si faible, cesse de battre une bonne fois pour toute, Je n’en peux plus je me sens éprouvée. Je ne tenais pas à sortir de ma chambre, pour sûr ça jasait .En plus j’avais mal à la tête, à cause de toutes ces nuits blanches.

Dans la soirée vers 17h, sur le pas de ma porte,

-ALIMA : Anna « lou bess » (comment tu vas ?)
-MOI : Ali ça va, tu t’es faite rare ces temps ci.
-ALIMA : trop occupée, j’ai profité du fait que j’ai terminé plutôt pour venir voir le vieux. J’y vais.

Ça fait longtemps que je n’étais pas venu le voir, c’est à cette période que mes soucis avec Alph avaient commencé, aussi cette conversation Anna la découvrira en même temps que vous… #ALI


-ALIMA : bonsoir tonton.
-TOTON EL HADJ : ma fille, tu m’as laissé tombé on dirait.
-ALIMA : jamais, j’étais un peu malade en plus avec le boulot et tout.
-TONTONEL HADJ : hé et mon bisou ?
-ALIMA :sheut ton’s j’ai grandi « nak ! »(N’empêche je lui ai donné son bisou sur la joue)
-TONTON EL HADJ : ça vaut mieux pour toi ! Et tu vas mieux maintenant, tu as maigris, et ma femme (madrecita)
-ALIMA :si papa t’attrape on verra si tu va le répéter lol
-TONTON EL HADJ :ha ton père n’y peut rien, lol tu as vu Anna ?
-ALIMA : oui oui, je suis passée la saluer avant de venir te voir.
-TONTON EL HADJ :…j’ai remarqué que vous n’êtes pas aussi amis que je le voudrais.

J’étais vraiment gênée quand il a dit ça quand même. #ALI


-ALIMA :… pourtant si…
-TONTON EL HADJ : tu sais Anna devrait être comme une grande sœur .J’aimerais tellement que vous soyez encore plus proches.
-ALIMA : c’est à cause, du manque de temps, rien d’autre.
-TONTON EL HADJ : fait le pour moi s’il te plaît. Si ce n’est parce que je suis ton oncle, fais le au nom de mon amitié pour ta mère. J’aimerais que tu échanges beaucoup plus avec elle.

Là j’ai eu envie de dire, mais tonton, c’est qu’Anna personne n’arrive à la comprendre... # ALI


-ALIMA : d’accord je ferais mon possible. Mais toi comment tu te sens ?
-TONTON EL HADJ : je suis là, je m’en remets à Dieu.
(Bon c’est l’essentiel de la discussion, à Anna de reprendre son récit, quand je l’ai retrouvé dans sa chambre).

-MOI : j’ai cru que tu étais partie ?
-ALIMA : non j’étais avec ton père.
-MOI : tout ce temps… vous parliez de quoi ?
-ALIMA : secret d’état lol
-MOI : c’est votre problème ish !
-ALIMA : mais tu as grossis non ?
-MOI : toi tu as maigri.

Quand j’avais perdu mes cinq kg ndeyssane


-ALIMA : c’est le travail, j’étais surmenée, malade, mais maintenant ça va.
-MOI : évites ça, les gens vont te voir, se dirent que tu as des problèmes,
-ALIMA : moi peu m’importe ce que les gens pensent.
-MOI : faut les calculer aussi, tu vois moi, personne ne pourrait dire que j’ai des problèmes, je refuse de le faire paraître.
-ALIMA : en tout cas t’es magnifique.
-MOI :boff, c’est juste une apparence.
-ALIMA : tu as des problèmes ?
-MOI : de petits comme tout le monde « rek ». Dis tu ne voudrais pas qu’on se fasse un truc entre filles, sortir, planer.
-ALIMA : Anna tu sais moi, je ne suis pas trop boîte.
-MOI : lol j’oubliais que t’était une « hibadou ».
-ALIMA : lol même pas, ça ne fait pas partie de mes hobbies c’est tout.

Nous n’avons pas grand chose en commun, je me disais et si je lui parlais à elle, juste pour me libérer. Nous étions toutes les deux silencieuses et fixions le petit écran.

-MOI : Alima « dal », j’ai une copine, elle sortait avec un gars maintenant elle veut rompre mais le gars la lâche pas. Il l’a menace même de calomnier sur la presse si elle refuse de retourner avec elle.
-ALIMA : hmmm… et tu lui as dit quoi ?
-MOI : que « dafa gnak faida » (elle ne se respecte pas) je lui ai dis que tout est de sa faute !
-ALIMA :lol « yaw méré nga ko dé »(tu lui en veux vraiment).C’est vrai qu’il faut en être arrivé à un certain stade avec une personne pour qu’elle ose te menacer.
-MOI : oui, mais aussi l’amour nous fait faire des idioties, mais comment tu pourrais savoir, tu n’as jamais été amoureuse.

Hun j’étais en pleine rupture avec Alph je perdais du poids, et elle qui se dit que je ne connais rien en l’amour


-ALIMA : aimer « bassi lane »(aimer et alors) si le gars n’avait pas de preuve sur elle il n’oserait pas.
-MOI : mais justement il n’y a rien eu !!!

J’ai parlé avec beaucoup trop de véhémence, même moi je m’en rendais compte

-ALIMA : lol… « yaw mane dama la nirou kou wereudi ? »(Tu me prends pour ton idiote ?)
-MOI : mdrrr de quoi tu parles, je la connais cette fille, et je sais qu’elle n’est pas idiote au point de se compromettre.
-ALIMA : mais puisqu’elle n’a rien à se reprocher, où est le problème ?
-MOI : le gars, la persécute, la menace, il l’a même frappé !
Je n’arrivais plus à me taire, je voulais en parler une bonne fois pour toute.

-ALIMA : quoi « ki kou gnak faideu leu » (elle est malade) comment peut elle autant se laisser faire.
-MOI : mais comment ça se laisser faire, tu crois qu’une gifle, ça prévient quand elle arrive ?!!!
(Anna me prend vraiment pour son idiote.)

Alima et moi étions côte à côte sur le lit, mais ça ne lui suffisait plus. Elle avait l’air furieuse, prête à me sauter dessus.

-ALIMA :Anna ,ton copain t’a frappé.

Mes larmes commençaient à couler

-MOI :sidy s’est marié « yaw » avec cette fille.
-ALIMA : c’est qui lui (je l’avais vraiment oublié, celui là). Anna tu as commencé, tu continues ! Pourquoi te harcèles t-il dit moi tout, parce que si tu ne le fais pas, j’appelle de suite ton père !

Je sais qu’elle en est capable, je lui ai tout raconté, tout, tout.

-ALIMA : Anna « yaw sa bop bi ndokh mo ssi nek wala lane »(t’as de quoi réfléchir ?)Porte plainte !
-MOI : je ne peux pas, ça va se savoir, je ne veux pas que les gens soient au courant.
-ALIMA : Anna ce gars te frappe, tente de te violer, te harcèle ,te menace, et tu veux toujours garder le silence. Tu comptes retourner avec lui alors ?
-MOI : Ali « dewma » police ! (je n’irais pas !)
-ALIMA : « soula rayé kay do tal police » (s’il te tue, tu sauras peut être quoi faire dans l’au-delà)

Parce qu’elle croit que je n’ai pas pensé à tout ceci.

Moi dans ma tête je me disais donc alph c’est un saint !parce que ce gars est un danger public... #ALI


-ALIMA : utilise les messages pour le menacer au moins .Tu les as j’espère ?
-MOI : je les ai presque tous effacés, mais j’en ai quelques uns.
-ALIMA : ce qu’on va faire… on l’appelle, tu lui parles juste une seconde, puis tu le laisses se défouler, on va tout enregistrer,
-MOI : pas question, JE NE PEUX PAS, JE NE VEUX PAS lui parler ! Je ne supporte pas d’entendre sa voix, il me fait peur !
-ALIMA : si tu ne le fais pas je te jure que je raconte tout à ton père, « ki doula ray doula fésse » (il ne va rien te faire, on est loin de lui)
Je me décide à le faire…

-ASSANE : Tu te décides à m’appeler (avec un ricanement)
-MOI : Assane, « bayima nguir yalla »(laisses moi en paix je t’en supplie)
(Ali me fait signe de me taire)
-ASSANE : je ne peux pas, je t’aime, tu m’aimes, nous ne pouvons vivre l’un sans l’autre. Tu ferais mieux d’accepter ce que je te propose. Je suis très sérieux, quand je te dis que je suis capable de ternir ta réputation. Même ton père ne voudra plus de toi.
-ALIMA : « Khawma assane khawma, »si tu te crois dangereux…
-ASSANE : « kokanleu » (c’est qui ?)
-ALIMA : tu te tais et tu écoutes

Il est clair, que le gars n’est pas en face de moi, faire des menaces derrière un téléphone, facile !


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
Vidéos
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.