person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : quand Aziz s´y met, par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : quand Aziz s´y met

Chronique

Je suis sorti sans bruit de la chambre, j’ai pris mon bain, fait ma prière. Ensuite je suis allé à la boulangerie, acheter du pain, et lui acheter quelque petit four. Je me suis décidé à faire ce que je devais faire le jour de notre lune de miel.

Publié le 04 juin 2020, Alima

Si tu veux on peut sortir faire un tour après avoir dîner…
« Do yegali dé » (vaut mieux te taire) je ne sais pas ce que tu mijotes mais, je ne tomberais pas dans ton piège.

-MOI : ton bain est prêt.

Quand il est parti prendre son bain, je me suis dirigée vers la cuisine pour préparer le dîner, et je me sentais quelque peu nerveuse. C’était la première fois qu’il dinait à la maison et tout le monde l’avais remarqué. Et que même Bana s’y est mis « Aziz ba diam » (tout va bien) « t’es malade ? »
Parce que Mayna leur avaient dit que cela faisait un mois maintenant que nous étions mariés. Tout le monde nous taquinait, beau père se payait la tête d’Aziz ; et lui qui se limitait à des « hmm » ou des sourires. « Sa pap souy wakh yaw yaw doko fallé sofff » (quand ton père te parle pourquoi tu ne réponds pas, pfff)

-MON ONCLE : donc c’est pour ça que ta femme a passé la journée dans la cuisine.
-AZIZ : ah oui ?!

Il me regardait bizarrement. Ne te méprend pas, je suis juste entrain de jouer au même jeu que toi.
Superbe acteur !
Après le dîner, Mayna était un court moment en aparté avec son frère.

-MON ONCLE : vous auriez pu dîner dehors.
-MOI : pourquoi faire on est mieux en famille.

Nous n’étions maintenant que trois Aziz, sa mère et moi, dans le salon, je les ai alors laissés là bas pour regagner ma chambre. Je me demandais comment m’y prendre pour lui offrir son cadeau. Le poser sur le lit, juste lui donner… shii ah non ! Je vais mettre ça dans l’armoire, il n’aura qu’à l’utiliser ou le jeter à la poubelle, m’en fiche !
Sur le pas de la porte, c’est sa sonnerie. A cette heure ? Ce n’est qu’une seule et unique personne !

« Dara lako diokhoul ! » Je ne lui donnerai rien du tout !

J’ai défait le lit, je lui ai préparé sa couchette, il n’avait toujours pas terminé, je sors me rafraichir il n’a toujours pas terminé. Je faisais tout avec une telle rage !
« Wa » je suis jalouse « ma tey ! »(Et alors !)
Je me suis couchée, enveloppée de la couverture. Quelque minutes après il est revenu je l’ai entendu s’affairer, faire quelque pas. Ensuite il s’est assis, de l’autre côté du lit.

-AZIZ : Aicha…

Ya quoi tu ne peux pas laisser mon nom ! tchiip tchip tchipp

-AZIZ : Aissatou…

J’ai retiré ma couverture, pour lui répondre. Et je suis tombée, sur une boîte blanche, je la reconnaitrai partout. Il a fait ce que je comptais faire il y a un moment, entre nous sur le lit, il y avait mon parfum préféré, une autre petite boite bleu, et une peluche, de couleur blanche ni trop petite ni trop grande de la taille d’un petit bébé. C’était tellement mignon !!!
Je ne suis pas un bébé, mais j’ai toujours aimé ça. Ce n’est pas le moment de faiblir il parlait il y a un instant à sa chérie. Je suis sûre que ce n’est que l’œuvre de Mayna Tout comme elle m’a poussé à lui faire un cadeau, elle l’a forcé à le faire, Parce que sinon, je pourrais dire sans me tromper qu’on a échangé mon époux.

-AZIZ : c’est pour toi…

Avec un sourire à tomber…mais à quoi il joue !

-MOI : Merci. Mais fallait pas te tracasser pour si peu. D’autant plus que « yegoul sa khol » (tu ne le fais pas de bon cœur.
-AZIZ : Non ; tu n’a spas le droit de dire ça ! C’est surtout une occasion pour m’excuser…

Je n’ai pas le droit lol c’est la meilleur ! Là je lui ai coupé la parole.

-MOI : c’est bon je t’avais surtout demandé de ne pas t’excuser. Tu n’as fais que ce que tu voulais faire. Et c’est une réaction tout à fait normale…quand on n’aime pas une personne. Merci pour le cadeau, les cadeaux devrais-je dire. Je suis un peu fatiguée.

J’ai tout pris, fourré dans l’armoire pour retourner me coucher. Et là à ma grande surprise, « wadji di gnokali si kaw lale bi »(le gars s’apprête à s’allonger sur le lit)

-MOI : hé qu’est ce que tu fais ?
-AZIZ : écoute j’en peux plus de dormir par terre c’est très inconfortable. J’ai mal partout à force.

J’ai failli rire, faut commencer une chose qu’on peut mener à terme. cthip

-MOI : ah parce que je ne te répugne plus autant…
-AZIZ : arrête ! Aicha... J’essaie d’être correct mais tu ne me donnes aucune chance.
-MOI : une chance pour quoi ? Pourquoi si soudainement ? Non laisse tomber je ne veux même pas savoir.

J’ai alors pris un drap que j’ai mis entre nous en guise de barrière. Je sais c’est assez enfantin.
« Ki dafa soff » (il m’énerve)

-AZIZ : ce n’est pas la peine tu sais... Je ne te toucherai pas.

Justement c’est ce que je voudrais, que tu me touches, que tu me prennes dans tes bras, que je dorme collée à toi, que je me réveille ainsi…
Parce que je t’aime espèce d’idiot !

***
Wa et mon cadeau à moi ? Mayna m’a bien dit qu’elle m’avait acheté un cadeau… Pourquoi elle se comporte de la sorte. Ou bien l’a-t-elle acheté, pour tromper Mayna. Donc elle ne me donnera rien de rien ! C’est qu’elle m’en veut vraiment…
Je sais que je me suis comporté de façon odieuse, mais « nit dafay ballé », (le pardon existe) quand je tiens à demander pardon au moins, écoute moi, laisse moi une chance…

J’ai vu ses yeux briller à la vue des cadeaux, j’ai très bien vu. Et ça m’a fait plaisir, de lui faire plaisir. Je m’inquiète de plus en plus à mon sujet. Comment puis-je aimer Nafi et ressentir un quelconque sentiment pour une autre ?! Qu’est ce qui m’arrive ! Il y a quelque minutes je parlais avec Nafi, et j’étais toujours aussi bien… Quand je suis avec Aicha aussi, c’est pareil, je me sens moi. Elle me fait rire à jouer à la petite fille, avec ce drap qu’’elle a mis entre nous mdrr. Tu crois vraiment que ce drap peut quoi que ce soit contre moi, si je veux vraiment t’approcher.
Elle est encore plus belle quand elle boude. Je la regardais, je regardais plutôt son dos…plus précisément son épaule dénudée. J’ai envie de poser un doux baiser dessus. Mais qu’est ce qui m’arrive !!!

Après tout il n’y a aucun mal, c’est ma femme. J’essaie de me convaincre que c’est l’absence de Nafi qui me fait cet effet, mais je sais que je me leurre.
J’étais tellement hypnotisé par son épaule, que j’ai par moment, cru qu’elle tremblait. Elle doit sûrement être endormie en ce moment…
Pourtant je n’arrêtais pas d’avoir cette image devant moi, cette épaule qui bouge par moment… Ah non j’en suis sûr c’est un sanglot étouffé ça ?

-MOI : Aicha ?!

Rien silence…

-MOI : Aicha tu pleures ?

***
Comment en suis-je arrivé là, pourquoi m’a tu fais ça mon Dieu !
Pourquoi ?
Tu ne peux pas, tu ne dois pas !
Je ne peux pas être amoureuse de ce monstre !

Je ne veux pas tout simplement ! Je l’aime je le sais, j’en suis certaine maintenant, mais cela ne doit pas se faire, c’est la pire chose qui pourrait m’arriver.
N’en as tu pas fini avec moi ! Depuis ma naissance tu m’infliges épreuve sur épreuve souffrance sur souffrance.

Pourquoi en rajoutes-tu ?
Tu veux ma mort ? C’est ça !
Mais prends-moi !
Je n’en peux plus de toute ses épreuves,
Tu m’as faite orpheline,
Tu m’as fourré dans un mariage arrangé.
Tu m’as uni à un monstre !
Comment peux-tu maintenant lui donner une place dans cette chose si fragile qui me sert de cœur ?

Oui toi ! Toujours toi ! Ne me rajoute pas une épreuve de plus !

Parce que je sais que je ne supporterais une telle épreuve, devoir me séparer de lui après ça ! Une séparation qui prends du temps mais qui est tellement évidente !
Je ne veux pas, je ne veux pas t’aimer. A quoi bon aimer quelqu’un qui n’en a que faire quelqu’un qui n’a d’yeux que pour une seule !
Je ne pouvais m’empêcher de pleurer, j’ai alors fourré la couverture dans ma bouche pour étouffer mes pleures.
C’est là que j’ai senti une main, sa main me toucher. Je suis restée pétrifiée sur le champ. Je ne bougeais plus je me disais comme ça, qu’il s’éloignerait. Ce qu’il a fait. Mais pour se retrouver agenouillé face à moi.

-AZIZ : tu pleures ? S’il te plaît dis-moi ce que tu as ? Je sais que je t’ai fais beaucoup de mal…et je m’en veux.

Je me suis détachée de manière brusque, pour lui tourner le dos.

-MOI : tout ce que je veux, c’est que tu te décides, que tu prennes tes responsabilités !
-AZIZ : …Aicha je tiens énormément à toi…Je regrette…

Là c’était la phrase de trop. Je me suis retournée et me suis assise en face de lui.

-MOI : Ne t’avise même plus de me redire ça ! Tu as le mérite d’avoir était franc jusque là continue de l’être, mais pas de ça s’il te plait !

Je me suis recouchée, cette fois même si je ne faisais aucun bruit, sur mes joues ruisselaient des larmes. J’ai pleuré jusqu’à m’endormir.
Quand je me suis réveillé, il n’était pas sur le lit. Il n’était même pas dans la chambre. Où pouvait-il bien être ?

J’ai fait un rêve bizarre, un rêve beau, un rêve doux, ça ne pouvait être qu’un rêve. Et j’espère que ce n’était qu’un rêve d’ailleurs non c’est un rêve heureusement merci mon Dieu. "Wayé ma meune rever nak" ( je suis quand même forte pour faire de tels rêves)

***
Je lui ai vraiment fait du mal, je la savais timide, mais pas aussi sensible. Sensible et forte à la fois quand il l faut. Le comble est que je sois autant attiré par elle. Même avec ses joues ruisselantes de larmes. Je n’ai pas bougé du pied du lit jusqu’à ce que je sois sûr qu’elle se soit endormie. Là je me suis dirigé de l’autre côté du lit adossé à l’armoire, je la regardais dormir paisiblement. Elle était adorable comme ça…j’étais inexorablement attiré par ces joues, blanchis par des larmes, attiré par cette fine bouche, un peu boudeuse.
De là où je suis-je n’ai envie que d’une chose, goûter à ses lèvres.

Je suis hypnotisé par ces lèvres.

Je me surprends à fuir son visage mais j’y reviens toujours. Comme poussé par une force incontrôlable.
Comment je me suis retrouvé au bord du lit ?
Comment je me suis surpris à goûter ses lèvres ?
Je ne saurais le dire… ça m’a tellement surpris, d’avoir eu pareille audace, la douceur de ses lèvres m’a surpris.
Mais ce que j’ai ensuite entendu ; c’était presque comme un souffle, j’ai halluciné dirait-on…

« Je t’aime »

C’est pour qui ce je t’aime ?

Serais ce pour moi ?
Ma femme serait-elle amoureuse de moi, j’espère que non me suis-je dit, mais je pensais tout le contraire.

Elle, m’aimer ?
Ça m’a tellement surpris je me suis vite éloigné, comme si quelque chose m’avait brulé.
Je n’ai pas dormi de la nuit comment dormir après tout ça, je suis resté à même le sol à la regarder jusqu’à l’aube.
D’habitude elle se lève la première, me prépare mon bain, un petit déjeuné auquel je ne touche même pas. Cette fois j’ai décidé que ce serais l’inverse, je suis mue par une force irrésistible, une chose je ne sais quoi, qui me pousse à tomber dans ses bonnes grâces.

Je suis sorti sans bruit de la chambre, j’ai pris mon bain, fait ma prière. Ensuite je suis allé à la boulangerie, acheter du pain, et lui acheter quelque petit four. Je me suis décidé à faire ce que je devais faire le jour de notre lune de miel. J’ai préparé un plateau, je tenais à le déposer dans la chambre avant d’aller travailler sans pour autan t qu’elle se réveille.
Mais trop tard, je l’ai trouvé assise. Elle avait l’air vraiment étonné. Est-elle toujours aussi belle, où suis-je vraiment amoureux…

-MOI : bonjour… je voulais te faire la surprise, repose toi encore un peu, moi j’y vais au boulot. Bonne journée. Et prépare-toi à sortir ce soir.
-AICHA : Aziz « yow » tu me cherches ?

Je ne le fais plus exprès je vous le garantie, c’est plus fort que moi.

-MOI : et j’espère te trouver lol

Et « bim » l’oreiller sur ma face, je suis sorti en fermant la porte derrière moi tout en pouffant.
Je l’entendais dire « fen la démoul » (je n’irai nulle part)

On verra bien…


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.