person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : déboires par ci, espoir par là, par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : déboires par ci, espoir par là

Chronique

« Quand on aime on est prêt à tout pour cette personne. On fait tout pour être présent dans les pensées de cette personne. Merci à Dieu de m’avoir permis de te retrouver. Tu es tout ce que je veux. Je t’aime princesse »

Publié le 18 juin 2020, Alima

C’est elle qui ne veut plus de moi ? C’est bien ça ?

-MOI : qu’est ce que tu racontes ? Ça va chez toi ?!
-NAFI : je n’ai jamais été aussi bien, j’aurais du faire ça depuis bien longtemps. Je m’en veux de m’être autant accroché à cette relation, si relation il y avait.
-MOI : Nafi tu veux bien arrêter !
-NAFI : et toi tu veux bien te taire et écouter.

Elle parlait si calmement, j’avais en face de moi une autre Nafi pondérée, calme, mûre.

-NAFI : je t’aime et je t’aimerai toujours, si j’avais pu me départir de ce sentiment je l’aurais fait depuis longtemps. Quand tu as décidé d’en épouser une autre à mon détriment, que ça été de ton plein grès ou pas.
-MOI : Nafi…
-NAFI : Aziz s’il te plaît c’est assez difficile pour moi.
(Justement parce que je le sais, je veux que tu te taises.)
-NAFI : je n’aurais pas du revenir avec toi, parce que même si je refuse de l’admettre je connais assez mon père pour savoir qu’il n’acceptera pas notre union… par fierté.

J’étais prête à commettre la bêtise de braver son autorité, si jamais tu te décidais à m’épouser. Et pourquoi ? « lane moka fi diare. »Quand tu as été avec Aicha j’étais celle qui était entre vous…maintenant qu’elle est partie que nous sommes touts les deux, c’est elle qui est entre nous.
Tu es tout le temps absent, je te vois faire des efforts, mais tu n’y peux rien. Tu es tout le temps distrait. Et j’ai compris depuis longtemps qu’elle en est la cause ou…qui.
J’ai honte parce que tout ce qu’elle dit est vrai.

-NAFI : tu aimes Aicha comme tu ne m’as jamais aimé.

Son regard est embué de larmes et je ne supporte pas ça ! Je ne remets pas en cause ton amour pour moi, mais ce n’est plus pareil. Elle a pris ma place dans ton cour, place qu’elle mérite parce que je n’ai jamais rencontré une personne avec un aussi grand cœur.
Là elle a encore éclaté en sanglot, j’ai voulu la prendre dans mes bras mais elle me fuyait comme la peste.

-NAFI : je n’aurais pas du l’écouter, « loutakh ma top ko »
On aurait dit qu’elle se parlait à elle-même puis elle m’a sourit.
-NAFI : je n’avais plus l’intention de revenir avec toi après vous avoir vu ensemble… si amoureux. Mais elle m’a parlé, m’a convaincu de te pardonner. J’ai vu à quel point elle t’aimait elle a fait une chose que je n’aurais jamais été capable de faire, s’effacer au profit d’une autre.
-MOI : Aicha ?!
-NAFI : oui elle. Elle ne t’a quitté que pour nous permettre d’être heureux sauf que c’était pire, mais grâce à ça aussi je me suis rendue compte d’une chose… « lifi nekone nékatoufi »(les sentiments ne sont plus les mêmes) Pour toi mais aussi pour moi. Je ne t’aime plus comme avant, parce que tu es devenu quelqu’un de bien meilleur. Mais un homme qui ne pense qu’à une seule personne. Je sais maintenant ce qu’elle a pu endurer en étant avec un homme qu’on aime pendant qu’il pense à une autre.

Je serais tentée de te détester, mais à quoi bon. Tu n’as pas cherché tout ceci. Je sais que tu as toujours été un homme de parole. Je sais aussi que si tu tiens à rester avec moi c’est pour tenir ta parole.
Je te libère et par là même occasion je me libère.

Sais-tu ce qui risquerait de nous arriver ? Finir par être malheureux, tu m’aurais peut être épousé avec toujours Aicha en tête, une partie de ta famille qui m’en aurait voulu…
(Elle essuya rageusement ses larmes pour reprendre.)

En fait si je m’accrochais autant à toi. C’est que j’estimais qu’une personne qui venait de nulle part n’avait pas le droit de prendre ma place à tes cotés. C’ ÉTAIT TROP FACILE !

Elle parlait avec une telle rage.

-NAFI : Ce dont je ne me rendais pas compte c’est que je me ridiculisai de jour en jour avec ce semblant « mbeuguel bouko diaroul » (de sentiment qui n’avait plus de raison d’être). Oui parce que tu ne m’aimes plus, c’est un fait et tout comme Aicha a capitulé parce que croyant que tu ne l’aimais pas. Moi je m’efface parce que c’est elle que tu aimes. « Mom dof beu dé » (fofolle qu’elle est) elle ne se rend même pas compte à quel point tu es fou d’elle lol

Bon « sone na si wakh bi lol » (je suis fatiguée) Parler et pleurer ça donne soif lol. Sur ce je vous souhaite tout le bonheur du monde.

C’est là qu’elle m’a tournée le dos.

J’ai pleuré, toutes ces paroles étaient pires que des coups. Je n’ai peu être pas versé de larmes mais mon cœur si, il a saigné. Je n’ai jamais été qu’un égoïste, égoïste parce que je ne me rendais pas compte combien je l’ai blessé. Ça fait mal de se rendre compte par soi même que vous perdez chaque jour un peu plus la personne que vous aimez et malgré tout qu’on se refuse à cette évidence. Comment j’ai pu lui faire subir tout ça. Je lui tins alors le bras.

-MOI : Nafi

Elle s’est arrêtée pour se tenir face à moi.

-MOI : Nafi « yaw la beug » (c’est toi que je veux)
-NAFI : lol mais je n’ai jamais dit le contraire, mais c’est elle que tu aimes
-MOI : arrête tu sais bien ce que je veux dire
-NAFI : toi aussi tu le sais. Mais si tu veux… ok tu m’aimes mais tu l’aimes encore plus. Le cœur a ses raisons que la raison ignore dit on n’est ce pas ? J’ai perdu assez de temps, j’estime avoir le droit d’être heureuse… toi aussi tu dois l’être, « démal dieuli sa diabar » (vas y chercher ta femme)
-MOI : Nafi je ne manquerai pas à ma promesse, c’est toi que je choisi comme épouse.
-NAFI : lol « wa legui » je ne veux pas me marier avec toi. Aziz « nak » ne me fatigue pas. Nous aurions fini par nous détester à force.
-MOI : je te demande pardon, pardon pour tout.
-NAFI : pardon pourquoi ? C’est vrai que je t’en veux…un tout petit peu rek.lol Parce que j’ai la rage, parce que tu me préfère à une autre. Mais je ne t’en veux pas non plus parce que je sais que « so sanione may nek sa diabar. » Mais nous aurions risqué de le regretter. C’est mieux ainsi et tu le sais.

Et s’il te plaît du moins pour le moment ne m’appelle plus, ne m’envois plus de message, respecte moi s’il te plaît. Tout ce temps que tu risques de perdre profite en pour aller chercher ta femme.
***
C’est bien moi qui ai pris l’initiative de l’embrasser. Pour lui dire que j’étais prête, lui dire que je voulais de lui. Il avait l’air très surpris, était je donc si distante.

-BACHIR : et que dois je comprendre ?

Je lui donne un autre baiser.

-MOI : comprends ce que tu veux.
-BACHIR : hmm « lolou worneu ? » (Est ce sûr) je ne tiens pas à me faire d’illusions.

Il était plus sérieux qu’il n’en donnait l’air. Je lui ai alors fait un autre bisou.

-BACHIR : S’il te plaît « del kheum malay evaduer rek »(évanouie toi plus souvent et je prendrais un malin plaisir à toujours te réanimer.
-MOI : mdrrr « wero »(t’es fou)
-BACHIR : de toi oui.
-MOI : pourquoi.
-BACHIR : lol aucune idée, c’est ce que je ressens c’est tout.
Chaque jour je crois que je l’aime un peu plus.
-BACHIR : parlons plus sérieusement, sais tu pourquoi tu t’es évanouie ?
-MOI : honteuse : oui
-BACHIR : ah ! Et dis-moi ?!
-MOI :…
-BACHIR : qu’est ce que tu as ? Que me caches-tu ? Pourquoi tu ne manges plus ?
-MOI : non j’étais un peu stressée, mais bayi…
-BACHIR : mais stressé par quoi ?
-MOI : lol par toi
-BACHIR : par moi ? « lou ma def bou ma titeul » (qu’est ce que j’ai fait tu me fais peur)
-MOI : lol ta demande…j’ai envie de dire oui...mais c’est trop tôt.
-BACHIR : mais ce n’était pas pour avoir une réponse dar dar. Je t’ai juste fait par de mon désir.
-MOI : je sais mais…
-BACHIR : mais rien du tout, puisque je suis sûre d’avoir une chance ça me va. « Boul ma fi indil problème boy » (tu m’as fait peur) mais quand même c’est flatteur, ça trahi tes sentiments à mon égard mdrr
-MOI : tchip ! « wa » quand est ce que je sors ?
-BACHIR : Bientôt d’ici quelques heures, le tant que la bouteille qu’on t’a perfusé se termine. Mais je t’interdis de travailler pendant une bonne semaine.
-MOI : et c’est légal ça ?
-BACHIR : lol c’est ça ou une semaine ici.
-MOI : c’est un abus de pouvoir !
-BACHIR : quand tu seras madame Diop tu sauras ce qu’est un abus de pouvoir.
-MOI : une menace ?
-BACHIR : on dirait bien.

Mdrrr il est celui qu’il me faut.

J’ai quitté l’hôpital vers 20h passé avec Bachir. Il prenait soin de moi, comme d’un bébé, j’étais un peu étourdit sinon, rien de mal. J’ai pris une bonne soupe bien chaude, Bachir a souligné à mes parents qu’en aucun cas je ne devais aller travailler que je devais reprendre des forces parce que j’en avais qu’en même réellement besoin.

Seule dans mon lit je repensais à ce qui c était passé, à comment cet homme merveilleux a pris soin de moi, à combien il m’aime. Je pensais aussi à Aziz, qui était absent comme toujours quand j’ai vraiment besoin de lui.

Bachir de jour en jour tu gagnes mon cœur, ne vous en déplaise…
Je lui ai alors envoyé un texto.

« Merci de faire partie de ma vie »
Et lui de me répondre.

« Quand on aime on est prêt à tout pour cette personne. On fait tout pour être présent dans les pensées de cette personne. Merci à Dieu de m’avoir permis de te retrouver. Tu es tout ce que je veux. Je t’aime princesse »

Wouuuu que demander d’autre ?! Un homme pareil le laisserait vous partir ? Je pari que non.

-MOI : « seu lettre bi nak » (on dirait une si longue lettre)
-BACHIR : lol je t’aime. Ça suffit maintenant va dodo, ou si tu veux je passe te dorloter.
-MOI : viens si tu oses.
- BACHIR : ne me cherche pas.
-MOI: sinon ?

(parieuses faites vos jeux ;)


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.