person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : le début de la fin, par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : le début de la fin

Chronique

« Comme tu as transformé ma propre mère en geôlier je n’ai même pas le droit de sortir de ma chambre »

Publié le 19 juin 2020, Alima

Je n’aurais jamais imaginé un scenario pareil, Nafi partir ?! Nafi m’abandonner ? Me quitter elle ?!
Je ne l’aurais jamais cru capable de ça. Elle m’a asséné de ces vérités mais surtout elle m’a faite de ces révélations ?

Donc si Nafi m ’a pardonné c’est un peu grâce à elle… Aicha ?! Elle est partie pour que Nafi et moi soyons heureux. « Ki bane façon nit leu ? » (Qu’elle genre de personne est capable de ça ?)

Je n’aurais jamais du la laisser partir, mais peut être qu’il le fallait pour que je me rende compte de tout cet amour.
Je veux ma femme et je ferais tout pour qu’elle revienne, nous nous aimons et rien ne pourra nous empêcher d’être ensemble.

J’ai encore besoin du seul qui sache me sortir de ces situations inexplicable.

-MOI : boy t’es chez toi ?
-IBOULAYE : Sheut boy je sens que tu vas me faire rater ma soirée.
-MOI : si t’as prévu quelque chose on remet à plus tard ce n’est pas si urgent
-IBOULAYE : passe faire ta confession je sais que je suis ton père.
-MOI : bon on laisse tomber.
-IBOULAYE : hmm tu n’es pas d’humeur c’est que c’est grave, je ne suis pas loin de chez toi je passe te prendre.
-MOI : non je ne suis pas chez moi, je te retrouve chez toi.

Chez lui…

-IBOULAYE : t’as l’air plus sérieux que d’habitude… que se passe t-il cette fois, « wala li lep Aicha moka waral » (ou c’est parce que ta femme te manque)
-MOI : Nafi a rompu
-IBOULAYE : lol la Nafi qui ne respire que pour toi ? Le contraire est plus probable.
-MOI : pourtant c’est le cas. Même à moi ça me fait un choc. Je ne l’en croyais pas capable, je lui ai alors exposé les faits.
-IBOULAYE : désolé de te le dire mais c’est ta faute. Ne t’avais je pas prévenu. Mais « da nga deugeur bop » (tu es têtu) tu pensais être capable de gérer tout ceci ben voilà !
Tu as reconnu depuis longtemps que ce n’était plus pareil avec Nafi. Tu as reconnu aimer ta femme. A quoi t’attendais-tu ? Tu devais bien savoir que tu les blesserais, t’as perdu ta femme parce que tu lui as menti mais aussi parce que tu l’a plusieurs fois humilié je ne fais que répéter tes mots. Tu n’as pas su lui monter que tu l’aimais. Nafi… tôt ou tard ça aurait fini comme ça, parce qu’elle n’est pas idiote.
-MOI : mais « lou ma ssi khamone » je ne pouvais pas prévoir que je tomberais amoureux de ma femme.
-IBOULAYE : « mo takhit » (ben voilà le résultat) Tu as perdu Nafi et tu lui as fait perdre son temps. Tu l’aimes je n’en doute pas. Mais tu restais avec elle surtout pou prouver à ton père qu’il avait tord.

Il avait un peu raison.

-IBOULAYE : il est certains cette fois qu’elle ne reviendra pas. Et ce dont je suis sûr aussi c’est que dans ton fort intérieur c’est ce que tu voulais.

Je restais toujours silencieux.

-IBOULAYE : lol « do wakh kay » (tu ne peux que rester muet) Aicha « mo ay dé » (elle est trop forte Aiche
-MOI : boy « da nga con » (t’es qu’un idiot) Tu ne sais pas tout Rokhaya la copine de Mayna…son frère a des vues sur elle.
-IBOULAYE : de mieux en mieux ainsi donc tu as un rival.
-MOI : pff mais il ne fait pas le poids, parce que je viens d’apprendre que c’est moi qu’elle aime.
-IBOULAYE : hmmm ne soit pas aussi confiant.
-MOI : ce n’est pas un souci ça, le souci c’est qu’elle parvienne à croire en mon amour.
-IBOULAYE : alors prouve-le-lui.
***
Je fermais les yeux avec un sourire aux lèvres il m’a souhaité bonne nuit avant de raccrocher. Et aussitôt après mon téléphone a encore sonné. J’ai cru que c’était lui qui appelait mais c’était Alaham.

-MOI : allo
-AZIZ : comment tu vas ?
-MOI : très bien et toi ?
-AZIZ : tu vas mieux maintenant ?
-MOI : je ne comprends pas ?
-AZIZ : par rapport à ce qui t’es arrivé cet après midi…

Comment il a su ? Et puis quelle importance, ceux pour qui je compte vraiment été à mes cotés lui qu’il me fiche un peu la paix.

-MOI : je vais très bien merci. Merci de t’en inquiété. Mais comment tu as su d’ailleurs ?
-AZIZ : C’est… Mimi, c’est que tu m’as vraiment fait peur. Mais c’est sûr c’est rien de grave ?
-MOI : oui oui j’ai juste besoin de dormir.
-AZIZ : ah oui excuse moi c’est vrai j’essaierai de te rappeler ou de passer demain.
-MOI : non merci ça va beaucoup mieux, j’irais sûrement au travail demain.
-AZIZ : Hmmm Aicha s’il te plaît « do Nopalou » (repose-toi)
-MOI : sisi bon je te laisse bonne nuit.

Ça me déboussole toujours autant d’entendre sa voix mais ça va passer.
Un autre message, « gni lougnoumelni gnou ma complot » (il se sont passé le mot ou quoi ?)

« Coucou ma chérie, j‘ai appris que t’étais un peu souffrante, Boula dara diot chérie » (rétablie toi vite) Et dépêche toi de prendre soin de ton homme, il n’aime que toi je te renvoie la menace, prends soin de lui sinon gars à toi »

Français, wolof, franglof quoi que ça puisse être j’y pige rien on dirait du chinois. J’ai rien compris et je n’ai même pas envie de comprendre. Prendre soin de mon homme ? Lequel ? Nafi connaitrais elle Bachir ? Me parle t’elle d’Aziz ? Que je prenne soin de lui et elle dans tout ça ?
Bon moi on m’a intimé l’ordre de me reposer, et c’est ce que je vais faire.
Ça m’a taraudé l’esprit et après j’ai vite fait de penser à autre chose pour réussir à m’endormir.
Le lendemain onze heures Bachir m’appelle.

« Princesse… j’ose espérer que tu t’es permise une grâce matinée »

« Comme tu as transformé ma propre mère en geôlier je n’ai même pas le droit de sortir de ma chambre »

-BACHIR : il le fallait bien

Nous avons un peu discuté puis il a promis de passer dans la soirée me tenait compagnie.
Mon patron m’a appelé dans la journée de même que l’autre là « faté na touram sakh » (désolée je sais plus comment il s’appelle) ah oui Alaham.

-AZIZ : pourquoi tu m’as dit que t’irais au boulot ? Ça veut dire que t’es toujours malade.
-MOI : et c’est encore l’agent spécial Mimi qui t’as donné cette info ?
-AZIZ : lol si tu veux. Et pourquoi ne veux-tu pas me voir ? Parce que je te manque ?

Quoi que viens faire ça là dedans ? On dirait qu’il me taquine, mais moi je ne suis pas sa camarade je ne blague pas avec lui !

-MOI : faut demander à ton agent spécial elle aura sûrement une réponse pour ça aussi.
-AZIZ : lol « yaw dé wer ngeu ak sa lamign bou reuy bi » (tu vas bien mieux on dirait parce que tu reprends du poil de la bête)

Est-ce que c’est bien Aziz qui parle… je me posais cette question quand je l’entends encore.

-AZIZ : Aicha ?
-MOI : dis ce que tu veux.
-AZIZ : « So fébaré guiss na noy def lo » (j’ai déjà vu comme tu sais être sage quand t’es malade)
-MOI : je n’étais pas malade, je n’avais tous simplement pas envie de te parler.
-AZIZ : lol et là si ?
-MOI : bon Aziz que veux-tu au juste, pourquoi appelles tu ?
-AZIZ : toi.
-MOI : pardon ?!
-AZIZ : je veux que ma femme revienne.

Et là je lui ai dit la seule chose qui me passait par la tête.

-MOI : Lol tu sais être drôle « ndéké »hé bien mon cher au cas où tu serais sérieux…si tu parles de moi apprends que je serais bientôt la femme d’autrui, t’es le premier au courant.

Et là bim j’ai raccroché dans sa face !

« Bou ma kene sonal nak, il va dem takhawalou ba mou nekh ko » pour revenir me dire que c’est moi qu’il veut ! » (Il s’est bien amusé, a bien pris son temps maintenant il croit que je vais lui revenir pourquoi ? Mon cœur appartient à un autre.


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


▼  Rejoignez la discussion
Na
Naby
21 juin
Yes ! Ça s'est bien terminé là. Please ma belle, ne lâche pas Bachir pour... Alaham ????

1
Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
Vidéos
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.