person_outline Me connecter close
Fermer
Shop Life Réussite Africa Vidéos News Chroniques Publier mon article
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English

video_libraryAbonnez-vous


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : demain est un autre jour, par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent

save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : demain est un autre jour

Chronique

J’étais réticente à ce mariage, mais plus maintenant. Toute cette joie autour de moi est tellement contagieuse. Le « Yéla » associé au « Ndaga », tout le monde s’y met, ma future belle mère, elle est tellement belle, elle a un sourire d’ange.

Publié le 21 mai 2020, Alima

Mdrrrr dans d’autre circonstance j’en aurai ri, il est trop fort mon vieux !

Je dois le reconnaître quand même, il avait tout préparé minutieusement. Il m’a fait faire tout ce qu’il voulait. Et il les a tous mené à la baguette sans qu’ils ne s’aperçoivent de quoi que ce soit.

-TONTON ISMAEL : Aziz, prends bien soin de ma fille, si j’ai accepté ta demande, c’est parce que je sais que tu es un jeune homme responsable, respectueux. Elle n’a jamais manqué de rien ici et je n’ai jamais levé la main sur elle, tache d’en faire autant. Je le dis uniquement parce que cela se doit mais je sais que tu feras bien mieux que tout ce à quoi je m’attends de toi. « Yalla na lene yalla yirr » (que Dieu vous garde)

Je ressens une certaine culpabilité par rapport à toutes ses choses que je n’ai même pas encore faite. Mais y suis-je pour quelque chose finalement. S’il y a un coupable ici, c’est ce vieux avec son gros bidon !
Les choses sérieuses commencent. Je suis vraiment désolée pour toi Aicha, mais je ne permettrai à personne de me priver de mon bonheur avec la femme que j’aime.

La mère d’Aicha tout comme la principale concerné, était finalement dépassée par les événements.

-TA KADIA : ha non hein ma fille va avoir droit à sa fête comme toute jeune marié. Et tous les préparatifs en cour alors ?
-TONTON ISMAEL : ce n’est plus de mon ressort… en tout cas un mois c’est largement suffisant.
-TA KADIA : AZIZ « wakhal bok ! »(Parle)
-MOI: faites comme vous voulez tata.
-TA KADIA : c’est mieux ainsi.

Ils on l’air heureux à la maison, je vois même mes parents enthousiaste, à l’idée que leur fils aîné va se marier, ça en vaut la peine on dirait pour maman, je faisais semblant d’être un peu emballé par tout ça finalement, mais si tu savais ce qui t’attendais Aicha tu aurais refusé, cette proposition. A ce que je constate les préparatifs allaient bon train. Le vieux c’est occupé quasiment de presque tout, cadeau de mariage dit-il. Tout ça je l’avais prévu pour Nafi, je l’ai appelé ce fameux soir, lorsque la date du mariage a été fixée, c’était très dur. Elle passait tout le temps, à pleurer.

« Aziz ya ma def li ? »(C’est la pire chose que tu aurais pu me faire)
Comme si j’ai eu le choix.

« Aziz je te comprends, et je sais que ce n’est pas de ta faute, mais je ne peux m’empêcher de t’en vouloir .Je suis devenue la risée de tout le monde »

Je sais merde, je sais tout ça ! Tout le monde savait pour nous, notre mariage, tout le monde l’attendait, ses amis, les miens. L’entendre pleurer me fendait le cœur.

« Aziz yaw rek lagn mala khamalone » (Tu es le seul homme que ma famille, mon entourage connaisse ! »

Ça fait mal de faire du mal. C’est pire que tout, je ne supporte pas d’être le coupable de cette tristesse dans les yeux de Nafi.

Dans moins d’un mois ma « chère épouse », devrait regagner le domicile conjugal.

Ma mère était tellement heureuse des « va et viens » à n’en plus finir. « Tu verras tant que je vivrais tu seras heureux » me dit-elle. Comment, puisque je suis contre ce que je fais !

Mayna, qui elle se comportait comme si elle était la mariée, elle rentrait toujours avec de petites emplettes. Il n’y a qu’une chose que je ne supportais pas, AICHA par ci, Aicha par là, Mayna, qu’en est ce qu’elle a changé de camp elle ?! « Traître leu rek boy bi » (traîtresse) Et puis elle se permet de me dire « elle est gentille tu sais Aicha » Elle n’a qu’à être mère Theresa !

Je réfléchissais à plein de choses à la fois, quand je senti de petites mains m’étrangler par derrière lol. Véritable furie ce bout d’homme.

C’était Khalil mon petit cousin, non lui il est plusieurs choses à la fois pour moi, mon petit frère et des fois mon fils. J’aimerai bien avoir un fils, comme lui… avec Nafi bien sûr. Il ne sait pas que sa mère est morte, on lui a dit qu’elle était en voyage. Pareil pour son père et cette fois c’est la vérité. Et de toute façon lui a refait sa vie. On oublie des fois que son père lui, est en vie. Nous nous sommes un peu bagarré, il n’a que quatre ans, presque cinq mais un véritable bagarreur ce gars.

-KHALIL : tu vas te marier ? C’est pourquoi ? Tu ne m’as rien dit ! Je vais plus dormir avec toi ?!

« Shiiii boy bi » (ce garnement) C’était bien évident, qu’il me poserait cette question trop en avance pour son âge ce petit.

-MOI : qui t’as parlé de ça ? D’où tu sais tous ça toi ?
-KHALIL : mo ! C’est Mayna, elle a dit, que je vais avoir une autre grande sœur. Elle dit que c’est parce que « da na ko nope »(t’es amoureux)
-MOI : hé !
-KHALIL : Elle dit que c’est un secret mais je sais qui c’est !!!
-MOI : lol « khamngue chaque jour meu wakhleu Mayna dafa dof » (elle est folle ne l’écoute pas)
-KHALIL : Pourquoi tu ne m’as rien dit. (Les bras croisés dans le dos comme s’il s’agissait d’une chose cruciale)Je veux pas dormir avec Mayna !!!

Lol c’est le seul capable d’abaisser ma colère.

-MOI : excuse moi, c’est vrai que c’est à toi que j’aurais dû en parler en premier.

Et il hochait la tête, en signe d’approbation toujours les mains dans le dos. C’est mon meilleur pote, depuis qu’il est né lol

-KHALIL : Nafi elle va habiter ici alors ? Pourquoi elle veut prendre ma place ?

Vous voyez quand je vous disais que même lui la connaissait. Aussi c’est que Nafi passait beaucoup de temps avec lui, ils s’entendaient à merveille d’ailleurs eux deux.

-MOI : non… ce n‘est pas Nafi Khalil…

Il avait froncé les sourcils, toujours avec les mains dans le dos, dans d’autre circonstance j’aurais pouffé, il est grave ce gosse.

-KHALIL : c’est qui ? Et Nafi alors ? Elle est jolie ? Est ce qu’elle est gentille ?
-MOI : sheuut boy (tu recommences) avec tes questions ?

IL clopinait un pied sur l’autre.

-KHALIL : elle s’appelle comment ?
-MOI : lol Aicha.

Il prit l’air de réfléchir, comme si c’était quelque chose de très important.

-KHALIL : en tout cas moi je préfère, Nafi ! Et je ne vais pas lui laisser ma place !

Hé bien j’espère bien, hein ! C’est assez gamin, mais je ne veux surtout pas qu’il s’attache à elle, puis qu’elle ne va pas durer dans cette maison.
********
« Mane ma eupeul » j’étais tellement effrayée tellement nerveuse, que j’entendais tout le contraire de ce qu’il en était vraiment. Je suis revenu de mes émotions quand j’ai entendu maman dire.

-MAMAN : Un mois c’est trop court !

Un mois ? Bon Aicha, tu veux bien te ressaisir, et écouter ce qui se dit !
Papa avait juste dit qu’il préférait que tout ce fasse maintenant mais comme les femmes ont leur part dans tout ça, et comme j’étais l’unique fille de ma mère. Il a été retenu que dans un mois franc. Je serais sa femme et que je ne passerai pas une minute de plus dans sa demeure. « Sama papa mom, dama ko fi khatal ? »(Je commence à encombrer ou quoi ?)

Voilà c’était décidé, en début de fév. Je serais madame kane. Alors que je ne suis plus du tout sûre, de ce que je veux vraiment. Il a l’air timide, ou bien y aurait il autre chose en dessous…
Je m’en suis ouverte à Mimi qui m’a rassuré, pour me dire qu’il était surement gênée face à moi, parce que c’est le début parce que je doit convenir qu’il n’a jamais été du genre expressif, assez réservé… en tout cas moi je ferai de mon mieux bien que je sois très timide, puis que lui me veut je ferais en sorte de mériter tout ça.

Et hop pour une journée shoping, je ne suis pas très, très accro mais faut vraiment que je m’occupe du strict nécessaire. Ce n’est pas le fait d’être l’épouse d’Aziz qui m’emballe, mais je crois surtout que c’est le fait d’être une future dame, un tout autre statut. J’envie tout le temps Mimi, quand elle me parle de sa vie de couple, c’est différent certes parce quelle elle s’est marié par amour. Moi aussi on m’aurait laissé faire la même chose, si seulement j’en avais un d’un amour, lol.

Je n’ai jamais trouvé le bon, peut être est ce parce que c’est finalement Aziz…en tout cas, c’est ce que m’a dit le vieux , qu’il me rendra heureux, que l’homme sur qui portera mon choix me rendra heureuse donc c’est lui non ?

J’étais avec mimi, ma cousine et Mayna aussi ma cousine et futur belle sœur. C’est Mimi qui m’a dit que je devrais l’appeler pour qu’elle prenne part aux préparatifs parce que d’abord c’est normal parce que c’est une cousine et aussi parce que je dois avoir encore plus d’affinité avec elle vu que nous allons nous côtoyer tous les jours maintenant.

J’ai bien senti qu’elle était un peu hésitante au début, je ne sais même pas pourquoi d’ailleurs. Mais après sûrement prise par l’euphorie, de notre journée shoping, elle s’est vraiment lâché, et me disait même ce qui pouvait bien faire flancher son frère, ses couleurs préférés etc.
C’est bon d’avoir comme allié sa belle sœur.

Les filles ont décidé que ce serait direction le marché des hlm d’abords, pour m’acheter quelques pagnes.D’après Mimi il faut savoir diversifié « les saveurs » elle les appelle lol. Il est prévu d’aller après en centre ville, pour choisir les nuisettes les plus sexy.

J’écarquillais les yeux, à chaque pagne ou tenue, que les filles, dépliaient devant moi.
Il y en avait une que Mayna avait choisie disant « à coup sur dafay kheum » (il va s’évanouir)
C’est sûr même moi je suis sur le point de m’évanouir. Je pouvais cacher le chiffon dans mes mains tellement elle était petite. C’était du noir avec de petite touche de rouge par ci par là telle de petites flammes.

-MOI : « yene danguen dof khana » mdrrr jamais je ne pourrais mettre ça devant qui que ce soit !
-MIMI : devant ton époux si lol
-MOI : mais on ne se connait pas assez, pour que je puisse me permettre de me pavaner devant lui avec de pareilles tenues.
-MAYNA : MO héy ce sera ton mari, et c’est mon frère aussi. Pas un étranger alors épargne nous tes fausses pudeurs.
-MOI : mais je ne fais pas semblant d’être pudique vous le savez très bien.(j’avais catégoriquement refusé d’acheter cette tenu là)
-MIMI : ça suffit le bavardage.

Nous avons alors continué à faire nos emplettes, sous le signe de la bonne humeur, ça fait du bien d’être avec elle, elles sont extra !
Je vous aime les filles !;)
Mes journées de limitaient à des courses, des essayages, Mimi, encore elle, a décidé que je ne louerais pas de robe mais que je m’en ferais une sur mesure. C’est une styliste qui a sa petite boutique mais elle est douée !
Quand je suis parti pour l’essayage de ma robe j’étais bouche bée !

-MIMI : je veux me remarier !!!
-MAYNA : mdrrr attend que j’y passe d’abords.

Même moi qui aurait préféré la simplicité, j’ai flanché sur ma robe nous avons choisi le modèle dans un des catalogues qu’elle nous avait présenté, une robe avec un corset, le bas assez bouffant, plié par des endroits. Véritable robe de marié !!!
Tout était fin prêt, les vielles avaient vraiment l’intention de faire du grandiose. Ma future belle mère Ta Ouly était aussi contente que ma mère. Elle son ami en dehors des liens de parenté et tout comme nos pères.
Un seul hic… où est mon futur époux ? Pendant toute la durée des préparatifs je n’ai eu aucune nouvelle de lui je dis bien aucune, ni appel ni texto, « khana nak dou mane makay wo ? » (Je ne vais quand même pas l’appeler moi !)
Mayna m’a dit qu’il joue au discret avec moi, mais que j’en aurais bientôt marre de toutes ses attentions futures.

Hmmm je l’espère. Peut être suis-je parano tellement je suis nerveuse.

Nous voici à la veille du jour J La maison est emplie de gens, qui viennent de partout. L’ambiance est au summum je me demande comment ce sera demain, mes badiennes mes cousines ma mame boye !!! Ma famille c’est un véritable melting pot, toucouleur, sérère, wolof tout dedans plus moi qui ne sais pas réellement ce que je suis.
Mais je suis heureuse !

Je comprends ce que les gens peuvent ressentir maintenant quand c’est notre jour. On devient la reine ! Demain sera mon jour !

J’espère être la plus heureuse des mariés !

« Sa yaye dou yayou badolo, dou yayou thiomo » « shii traduction bi « nak mom » pardon… (ta mère elle ne peut avoir qu’une valeureuse comme fille)
Elle dansait et chantait pour moi, ça faisait plaisir.
« Sou gnou dom dji newougnou nakhé mbaye »

C’est pour moi tout ça ! Moi qui, que je l’accepte ou pas est une invitée dans cette famille. Elles se trompent « ma ne ma amoul yayou thiomo » (c’est elle ma mère qui est valeureuse) Une mère digne de ce nom, une mère comme tout le monde en rêve. Ma vraie mère…que dis-je, elle est là ma vrai mère. Ma génitrice dirais-je. Aurait-elle pu faire tout ceci pour moi ? Je me demande où est ce qu’elle est ?
Est-elle toujours en vie ? Que devient-elle ? A t’elle d’autre enfants les a-t-elle abandonné, comme moi. Ma tête est pleine de questions sans réponses. La principale celle qui revenait le plus souvent, c’était un mot…pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Et le pire c’est que je ne suis pas la seule à l’avoir vécu certains ne savent même pas.
Que vous arrive-il chère mère ?
Serait-ce notre faute à nous ?
Avons-nous demandé à naître ?
Est-ce de notre faute si vous avez écarté vos jambes ?!
J’ai la rage quelque fois !

Pourquoi ne pas avoir pensé à toutes ses conséquences ?!

Une erreur tout le monde en commet un jour. Mais la grandeur d’une personne se mesure en sa capacité à assumer ses erreurs. Quand bien même elle aurait été violé, ok, ok, je suis peut être un mauvais souvenir. Je risquais de lui rappeler sans cesse, qu’elle a été violentée. Mais est ce ma faute pour autant ?
Peu importe que je sois le fruit d’une erreur, d’un viol, ce n’est toujours pas ma faute. Elle aurait du m’accepter, m’aimer, c’était son devoir !

Mais au moins elle a une once de conscience. Conscience qui l’a empêché d’avorter. Elle ne m’a pas privé de ma chance d’être un jour heureuse.

Elle laisse un vide en moi, que je le veuille ou pas. Elle est la seule chose qui terni vraiment ce tableau aussi plaisant qu’est ma vie.

Oui dans l’ensemble je suis heureuse, j’ai une famille qui ne m’a jamais fait me sentir comme une intruse. Si ce n’avait été ma curiosité, ma ténacité je n’aurais peut être jamais su…

Ce que je suis aujourd’hui, je le dois à ces gens autour de moi.
Tout le monde dansait autour de moi, j’avais les yeux embués de larmes, avec un sourire béat mais combien j’étais ailleurs.

J’étais réticente à ce mariage, mais plus maintenant. Toute cette joie autour de moi est tellement contagieuse. Le « Yéla » associé au « Ndaga », tout le monde s’y met, ma future belle mère, elle est tellement belle, elle a un sourire d’ange. Elle ne peut avoir qu’un ange comme fils…
Je me prêtais volontiers au jeu de future mariée.



Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


Seytoo par eMail
Améliorez votre vie par Email.

Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English




SEYTOO.SHOP - Shopping for love.

À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.