person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : retour au domicile conjugal, par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : retour au domicile conjugal

Chronique

Le lendemain même avant que nous ayons pris notre petit déjeuné. Alors que je venais tout juste de terminer de m’habiller après mon bain.

Publié le 27 mai 2020, Alima

Quand je suis retourné, dans la chambre, je l’ai trouvé allongée, tranquille, suivant la télé. En réalité je croyais qu’en retournant dans cette pièce, je l’aurais trouvé assise ou faisant les cent pas, valise, préparée, impatiente que je revienne la ramener. Mais elle était là à suivre la télé, et une voluptueuse odeur flânait dans la pièce.

Cette odeur…ce n’est pas la première fois que la remarque. On dirait qu’elle varie, c’est le même et aussi c’est différent. Quand elle le met à l’instant c’est classe, chic, ensuite plus les heures passent plus ça devient doux et frais comme cette senteur qui plane dans la pièce actuellement. C’est élégant…sensuel provocateur…assez mielleux, en gros c’est envoûtant je dois l’avouer. Ce n’est pas un compliment juste que je suis adepte de senteur agréable. Et je dois dire que je suis surpris.

Bref ce parfum fait perdre un peu la tête. Moi qui rêvais d’un « ramène-moi s’il te plaît » Me voilà qui me heurtais à un silence beaucoup trop pesant pour moi. Je me suis assis sur le pouff la tête entre les mains…

Ki nak kou niak diom leu (aucune dignité)
On e dis qu’on ne t’aime aps qu’on ne veut pas de toi, et toi tout ce que tu trouves à faire c’est de faire la sourde oreille.
Je déteste ce genre de femme ! Non mais à quoi elle s’attend en faisant ça ; que je vais finir par tomber amoureux d’elle.

-AICHA : Je t’ai apporté quelque chose à manger. Tu dois sûrement avoir faim.

Elle a quoi ? Parce que je lui ai demandé ?

-MOI : c’est bon merci je n’ai pas faim !
-AICHA : A moins que t’ai mangé dehors tu risques de tomber malade plus tu n’as toujours pas fermé l’œil.

« Lane mossi yonam » (de quoi je me mêle) qu’elle ne s’occupe surtout pas, de ma fatigue, ni de mon estomac.
Je ne lui répondais pas parce que toute cette attention m’énervait.
Je me suis levé pour me diriger vers la salle de bain. Je n’avais pas envie de l’écouter et j’étais fatigué d’erre ainsi dans la rue.
Lorsque j’en suis ressorti, il y avait un drap étalé par terre, un oreiller et un autre plié dessus.

-AICHA : je t’ai préparé ça au cas où tu décides de dormir un peu. J’imagine que tu ne vas pas vouloir te coucher sur le même lit que moi.
Là j’ai eu honte de moi, je me rendais compte que je l’avais vraiment blessé, en me comportent ainsi avec elle. Mais je ne pouvais pas faire autrement.
-AICHA : bonne nuit.

Bonne nuit ?! Bonne nuit à 16 heures ?

J’étais inexorablement attiré par ce drap blanc et cet oreiller. Je ne vais pas faire l’orgueilleux parce que j’ai vraiment besoin de repos. Quand j’aurais repris des forces, la guerre pourra continuer. J’ai finalement pris le plat posé sur la table basse. Et je ne me suis pas gêné.
Je vous jure « khiff bakhoul »ça tue de crever la dalle) ça amenuise les forces, ça nous empêche de réfléchir. Et ci qui nécessitait de fonctionner à son max en ce moment c’est mon cerveau.
On dirait qu’elle est vraiment endormie. C’est compréhensible nous sommes tous les deux fatigués. Je ferais mieux de faire comme elle. Vers une heure du mat j’appellerai Nafi pour la tranquilliser.

Quand j’ai senti quelque chose de froid me toucher le pied, j’ai un moment cru que c’était en rêve, c’était quelque chose de doux comme si un vent frais était furtivement passé au niveau de ce pied là. Quand j’ai ouvert les yeux je suis tombé sur elle, encore elle ! J’étais furieux d’avoir, trouver son toucher aussi doux.

Quand elle s’est mise à prier, j’épiais du coin de l’œil, et j’ai vraiment failli exploser de rire avec sa tenu, qu’elle s’était spécialement raccommodé pour prier mdrrr
En plus, je suis sûr qu’elle a fait exprès, de venir s’habiller là presque devant moi. J’ai compris ton jeu ma chère. Par contre j’aime bien son parfum. En toute objectivité quoi ! Ce mélange subtil de doux, et provocateur à la fois. Ça ne lui sied pas par contre. Son caractère timide, ne vas pas trop avec. Ça me surprend quand même… elle a bon goût à ce propos. J’avais toujours sommeil. Je me suis recouché pour retomber dans un sommeil profond sommeil tellement profond… C’est ce même toucher qui m’a sorti de mon sommeil.

Elle m’énerve avec cette douce petite voix de fille comme il faut. Je suis sûr qu’elle ne sait rien faire de ces mains là !

-AICHA : Aziz « Fadiar diotneu » lève toi, c’est le moment de prier.

Quand j’ai entendu le mot « Fadjar » j’ai de suite sursauté !
Nafi !! Je ne l’ai pas appelé ! Et quand j’ai jeté un coup d’œil à mon téléphone il était éteint.
Elle va commencer à se faire tout un scénario.
Je me suis précipité dans la salle de bain, ai fait mes ablutions. Après ma prière, je suis de suite sorti dehors pour l’appeler.
A peine a t’elle décroché qu’elle a commencé se plaindre.

-MOI : je suis désolée, je me suis endormi.
-NAFI : endormi ? Où ça ?

Ah oui où ça, si je lui dis dans la même chambre qu’Aicha ça risque de mal se passer.

-MOI : j’ai pris une autre chambre.
-NAFI : ay bébé excuse moi tout ça c’est de ma faute, je deviens parano à la longue, à force d’être autant suspicieuse. Mais c’est que je suis jalouse à mort !
-MOI : lol ça j’avais compris.

*************
« Hun ma fogone do lek » (fallait refuser de manger aussi !)
J’aurais dû te laisser le ventre gargouillant jusqu’à ce que tu sois dans les vapes sofff !
J’avais vraiment sommeil, mais je voulais d’abords savoir s’il allait ressortir ou pas et pour aller où ? Mais il s’est décidé à s’allonger conclusion « wadji dafa tass …niaw ! » (Il est éreinté, bien fait !)
Je ne sais même pas à quelle heure je me suis endormi non plus.
J’avais réglé mon téléphone pour me réveiller environ vers huit heures. Pour accomplir ma prière, après aller dîner pourquoi pas, et me recoucher très tôt. Après avoir fini ma prière j’ai réveillé mon cher et tendre époux.
J’ai touché son gros oreille, pour pas le faire sursauter puisque je l’abomine….ha woroule.

-MOI : Aziz, c’est l’heure de prier. Je t’attends pour diriger la prière.

Il a bourgeonné un moment avant de rétorquer.

-AZIZ : Pourquoi tu m’attends, prie si tu dois le faire.

Je m’attendais à ça lol Mais je m’en fou ce ne sont plus tes paroles qui vont m’atteindre.
J’ai encore mis mon déguisement. Le temps que je termine il s’était levé pour aller dans la salle de bain. J’ai attendu qu’il en sorte…

-MOI : je t’attends pour qu’on aille dîner, ou tu veux que je te l’apporte pour plus tard ?
-AZIZ : S’il te plaît tu veux bien faire ce que ta à faire et ne pas me calculer. Fais comme si je ne suis pas là, ok !

« Kou gued sa yayayé sou yaké may la khogne ! » (Hé ça mom je ne peux pas traduire… « C’est toi qui perds en gros »)
Et pourtant tu t’es bien régalé avec le plat que je t’avais apporté, si je t’aide pas tu vas mourir de faim ici.

Je suis revenue avec des plats, je me suis bien installé, pour savourer le mien. Entre temps c’était l’heure de la dernière prière de la journée après l’avoir accomplie, je me suis rafraichis puis au lieu de faire comme la première fois, je suis sortie enveloppée d’une serviette, je me suis posé sur le lit, et m’enduisais le corps de ma crème de nuit, sans lui jeter un seul regard, j’a ensuite pris une des petites robes dans ma valise que j’ai mise pour dormir, parce que je ne pensais pas du tout mettre ces chiffons là, me mettre presque nue comme ça devant lui ! Je me suis ensuite aspergé de mon parfum préféré avant de lui lancer.

-MOI : bonne nuit.

Le lendemain je l’ai réveillé pour prier, Il était comme quelqu’un pris en faute, il s’en voulait peut être de s’être finalement endormi lol. Il est ensuite sorti pour aller je ne sais où. Mais cette fois il est revenu moins d’une heure plus tard, pour me dire.

-AZIZ : non mais franchement quel genre de femme es tu ? Quand un homme te dis « je neveux pas de toi » ça veux dire « je ne veux pas de toi. » Si tu penses que ce manège va encore durer tu rêves ! Toujours prête semer le bordel chez les gens !

Je ne vais pas mentir ça m’a touché du plus profond de mon être. Il me semble que mon « époux » excelle dans l’art, de la cruauté. Il n’aura qu’à dire ce qu’il veut, une chose est sûre aux yeux du monde entier il n‘aura rien à me reprocher et lorsqu’il en aura vraiment marre de moi, il se décidera.

Si seulement tu savais combien je te hais !

Il parlait encore et encore, mais je m’efforçais de ne rien écouter de tout ce qu’il disait même si quelques brides forçaient l’accès à mon ouïe.
Après avoir déversé tout son soul, il est entré dans la salle de bain pour y durer un long moment. Quand il en est ressorti moi j’étais devant la télé, et je ne disais rien. Je suis certaine qu’il me prend toujours pour la jeune fille timide…Et bien cette jeune fille, il l’a tué. Mais ce n’est pas encore le moment de le lui apprendre… En tout cas, ma cohabitation avec lui était devenue moins pénible depuis que je sais réellement ce qui se passe. Je faisais ce que j’avais à faire et pour le reste je le laissais faire comme bon lui semble. Ainsi c’était passé notre séjour jusqu’ au jour de notre départ. Qu’allons nous dire aux autres, va-t-il continuer avec cette mine renfrogné, non je ne pense pas parce qu’il sait bien jouer le jeu devant les autres.

Et bien jouons « cher époux ».

Lorsque nous somme retourné, à la maison (ma nouvelle demeure) sa mère, est accouru vers moi, m’a pris dans ses bras, m’a fait un tas de bisous.
C’est fou comme elle est différente de son fils ? Il doit avoir été adopté comme moi, mais il ne le sait pas.
Le petit garçon, Khalil je pense, est accouru vers Aziz, et celui-ci l’a pris dans ses bras, et ils se bagarraient comme deux enfants.
Attendez…. ou peut être qu’il est atteint d’un dédoublement de personnalité…Aziz le monstre et Aziz, le gentil…On ne sait jamais.

-TA OULY : Laissons-les se reposer un peu.

Il tenait ma valise et son sac et il se dirigeait vers notre chambre. « So amé fit rek boul fanan si nek bi tey » (si t’as vraiment du cran ne passe pas la nuit dans la chambre avec moi) et on verra !
Dans la soirée, la maison regorgeait d’enthousiasme et ça faisait du baume au cœur après mon cauchemardesque séjour.

Le lendemain même avant que nous ayons pris notre petit déjeuné. Alors que je venais tout juste de terminer de m’habiller après mon bain.
Deux de mes tantes font irruptions dans la maison.
Après les salutations d’usage, l’une qui dit,

-TANTE 1 : « Ha sougnou seur lagnou dielssi ndakh gnoune tamite dagn si am wal » (nous venons récupérer le pagne de notre fille) Tout le monde doit savoir, qu’elle s’est toujours tenu convenablement.

J’ai écarquillé des yeux…le pagne !!!!! Je n’avais pas du tout calculé ça. J’étais sur le point de soulager ma vessie même si le besoin ne s’en faisait pas sentir !

« Ay mane fouma dieum ! »(Mon Dieu je suis foutu)Qu’est ce que je vais dire, ou plutôt lui que dira t-il ???


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.