person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L´autre : retrouvailles, par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L´autre : retrouvailles

Chronique

Je suis restée quelques temps après avoir remis mon cadeau. Bachir m’a appelé pour me signifier qu’il était là. Il avait proposé de venir me chercher parce que je ne voulais pas durer.

Publié le 15 juin 2020, Alima

Elle a l’air plus heureuse il me semble qu’elle a retrouvé le sourire. Je suis son évolution au niveau de son service, et elle se débrouille bien, on ne tarit pas d’éloge à son sujet ? Je savais que ce serait ainsi. Mimi m’a une fois demandé si je n’étais pas amoureux d’Aicha. Je me suis contenté de lui dire que je tenais à me racheter mais que ce n’était rien d’autre.

-MIMI : donc heureusement pour toi, parce que sinon je crois que tu es sur le point de la perdre pour toujours, le gars qui lui tourne autour…
-MOI : quel gars ?
-MIMI : tu le connais je pense…

Je posais la question sur un ton désinvolte mais fallait que je sache. Comment ça on lui tourne autour.

-MOI : comment je le connais ?
-MIMI : c’est un de tes amis médecins ; je sais pas dal.
-MOI : Bachir ?
-MIMI : voilà c’est bien lui.
-MOI : Bachir avec Aicha ?!
-MIMI : ah je ne crois pas que ce soit officiel dé mais il a l’air de vouloir du sérieux. Je l’apprécie bien.
-MOI : « yaw da nga ka kham ! » (Parce que tu le connais.)

J’avoue que j’ai un peu haussé le ton.

-MIMI :lol non mais je suis contente pour elle, elle a retrouvé le sourire grâce à lui.

Et moi alors je compte pour du beurre ! Je n’avais plus envie de parler de ça ; parce que Mimi me narguait en quelque sorte. J’ai alors prétexté avoir autre chose à faire pour ensuite raccrocher j’avais envie de tout casser.

Aicha avec Bachir ? Je le voyais venir depuis le début celui là. Mais Aicha comment peut t’elle se permettre ça ? Nous venons à peine de nous séparer. Et là voilà déjà prête à refaire sa vie. Aicha et Bachir tout sauf ça, hors de question !
Elle ne peut pas me faire ça. Aicha tu ne peux pas avoir déjà oublié tout ces moments passés ; Je lui ai envoyé trois ou quatre fois des messages auxquels elle ne daigne même pas répondre. J’ai alors fini par abandonner. Mais les propos de Mimi m’intrigue ça na pas être aussi brusque. Faut que j’en ai le cœur net.

-AICHA : allo

Sa voix… elle n’a pas trop changé, rauque, douce à la fois

-MOI : on dirait que tu dormais.
-AICHA : non du tout je suis un peu enrhumée. Comment tu vas ?
-MOI : très bien merci et toi ? Tu ne réponds jamais à mes messages, pourquoi ?
-AICHA : … pour rien. Je suis des fois occupée et après « damay faté » (j’oublie)
-MOI : « fatokowone mo takh » (parce que ça t’importe peu)
-AICHA : non loin de là et tes parents ça va maintenant ?
-MOI : oui ça va
-AICHA : Et Mayna ? On s’est vu il n'y a pas longtemps wa et Khalil comment il va ?
-MOI : … tu lui manques tu sais. Il a piqué une de ses crises un jour parce qu’il exigeait que tu reviennes lol
-AICHA : ah… il me manque aussi, et Nafi ça va vous deux maintenant ?!

Pourquoi elle demande après elle ! Ça me gêne quand elle me parle d’elle.

-MOI : Et toi comment ça va avec Bachir
-AICHA : PARDON ?!

(Tu as bien entendu.)

-MOI : je demande si…
-AICHA : « dama deuk ak mom » (parce qu’on habite la même maison) pour que tu me demandes de ses nouvelles ? On t’a dit qu’il y avait quelque chose ?
-MOI : non... mais…

Je sentais un peu d’agressivité dans sa voix.

-AICHA : Mais rien du tout ! Ce n’est pas parce que j’essaie d’être correcte que tu dois croire que tu peux fouiller dans ma vie !

Mais qui parle de fouiller dans sa vie.

-MOI : mais je ne fouille pas dans ta vie, juste que j’ai toujours su que tu l’intéressais et parce que je sais que c’est quelqu’un de bien…
-AICHA : « geunomako kham » (je le sais mieux que toi) OK ! Et puis parce que tu en as déduit que je l’intéressais comme tu dis il doit y avoir quelque chose ?
-MOI : mais Aicha pourquoi tu me parles comme ça ?
-AICHA : non à moi de poser une question, une seule ? Pourquoi tu appelles ? Pour vérifier si j’étais toujours malheureuse pour vérifier si je me sens toujours aussi mal, après m’avoir utilisé ?
-MOI : Aicha !
-AICHA : « hé kholal »je ne suis plus ta femme pour que tu te permettes d’hausser le ton à mon encontre ! Je vais te faire le plaisir de répondre à ta question. Tout va très bien avec Bachir. Il est tout ce que je cherchais chez un homme. Un homme qui me respecte et de surcroît un homme qui m’aime. Sur ce, au revoir.

Pour qui elle se prend pour me parler de la sorte ! Je l’appelle pour prendre de ses nouvelles et elle se permet e me raccrocher au nez !
Je suis jaloux je meurs de jalousie. Au point que je ne pense qu’à ça ! Au point que je ne m’occupe même plus de Nafi, je suis tout le temps distrait. Quelque fois elle me parle mais je suis tellement plongé dans mes pensées que je ne l’entends presque pas.

Aicha... que fait-elle ? Est-elle avec Bachir aujourd’hui ou pas... C’est un salopard ce gars ! Comment peut-il se permettre ça ; c’est vrai que ce n’est pas mon ami, mais nous avons toujours eu de bon rapport ? J’en ai parlé à Mayna qui n’a trouvé rien d’autre à me dire à part « tu l’as cherché »
Et elle a raison si je l’ai perdu c’est de ma faute. Et le pire c’est qu’elle me manque chaque jour un peu plus.
J’ai su par Bana qu’elle sera à la maison le jour du mariage de celle-ci dans quelques jours. Elle me le faisait surtout savoir pour me narguer.

***
Lorsque son prénom fut affiché j’ai hésité à répondre parce que je ne pensais pas que l’on puisse avoir quoi que ce soit à se dire. Je veux bien être correct, mais je ne suis pas encore prête. Mais pas trop le choix. Je me demandais ce qu’il me voulait après prés d’un mois et demi. Sa voix m’a encore fait tressaillir. Après ses moment passées avec Bachir, j’étais dans l’illusion que j’avais commencé à l’oublier mais est ce le cas, parce qu’il aura fallut que j’entende sa voix pour avoir envie de retourner dans ses bras. Sa voix son rire ça m’a tellement manqué. Mais je sais maintenant quelle est la raison de son coup de téléphone.

Mais de quoi je me mêle ? En quoi ça le concerne ? Et puis comment il sait pour Bachir ? Il est avec sa Nafi pourquoi il me questionne à propos de Bachir !
C’est vrai à bien y penser il n’y a pas de mal à vouloir savoir si j’ai refait ma vie. Il m’avait bien dit qu’il prendrait soin de moi, qu’il veillerait à ce que tous les hommes qui m’approchent soient doués de bonnes intentions. Mais c’est justement ce qui me tue Je ne veux pas de lui en tant que frère ! Il m‘énerve ! Il ne m’aime pas « ba paré di lidjieunti » (pour après se mêler) de qui est avec moi et qui ne l’est pas ! « sof ! »

Tout espoir avec cet homme que j’aime à la folie m’est interdit. Je m’étais résigné à affronter cette existence solitaire et monotone jusqu’au moment où je décide d’ouvrir mon cœur à Bachir. Rien est officiel il ne m’a pas dit de but en blanc qu’il voulait sortit avec moi, mais c’est tout comme. Avec lui je retrouve petit à petit le sourire. Je lui avais parlé du fait que je doive me rendre au mariage de Bana, et que j’appréhendais ce fait.
Parce qu’on ne s’entendait pas et j’étais consciente qu’elle le faisait pour me narguer.
Bachir m’a conseillé de ne pas y aller si je n’étais pas prête, mais justement c’est ce qu’elle attendait que je me défile. Mais « défoumafa lou niaw wakhoumafa lou gniaw » (je n’ai rien fait de mal)

Il m’a alors demandé de rester zen.

Ce soir là aussitôt suis-je arrivée aussitôt ai-je eu envie de rentrer.
Je me sentais trop mal à l’aise il n’y avait pas beaucoup de gens de notre famille, mais tous le monde avaient les yeux braqués sur moi. C’était ma première sortie, devant autant de monde, et ça ne pouvait pas être pire. Je suis entrée dans la maison pour saluer les résidents. J’ai téléphoné à Mayna pour savoir où est ce qu’elle se trouvait exactement. Elle est alors venue me chercher pour qu’on aille voir sa maman qui dés qu’elle m’a vu m’a serré dans ses bras et a commencé à pleuré. « Ay mane goro you melni fou malen di dieuleutté !!! » (Je n’aurais plus jamais une belle famille comme celle là. Faudrait pas qu’elle me fasse pleurer elle aussi.

-TA OULY : tu es tellement belle ma fille, tu es tout ce qui me manque dans cette maison.

Elle s’est plainte du fait que je ne sois pas venu les voir depuis. Je lui ai promis que ça va changer mais même elle, elle devrait savoir que c’est un mensonge. Je suis alors partie saluer mon oncle ainsi que Khadissa qui chantait mes louanges « hé kharal ma gaw guene keur gui bala gni ma yobou keur yama » je n’aimai pas ça ! Surtout qu’elle le faisait pour rendre jalouse mon ex belle-mère du genre
« Si seulement Dieu m’avait donné un fils qui puisse faire de toi son épouse j’aurais été la plus comblée. » « gni meun kot amognou mbam »
Brusquement mon chéri me tombe dans les bras.

-DERRICK : Aicha !!!!
-MOI : Derrick !!! « yaw rek la namone nak » (tu es celui qui m’a le plus manqué)
-DERRICK : Aicha « fo démone » tu avais dit que tu habitais ici maintenant « Yaw da nga ma nakh » (tu m’as trompé)
-MOI : non ce n’est pas ça ?
-DERRICK : c’est quoi alors ? Han dit ? Tu vas revenir ?
-MOI : lol « ya ngui meune lathie ba tey » (t’as pas changé, toujours aussi curieux)
-MAYNA : laisse Aicha respirer un peu
-DERRICK : Aicha je t’empêche de respirer ?
-MOI :mdrrr pas le moins du monde !

Il s’est échappé avec sa petite taille, alors que je ressortais pour chercher la mariée dans la foule il revient avec Aziz.
« Toutim meu kheum dama ko nop beu legui ! » (j’ai failli m’évanouir, je l’aime toujours)
Je ne pouvais même pas le regarder,

-AZIZ : Aicha, t’es là depuis quand ?
-MOI : pas longtemps.
-AZIZ : et tu te portes bien ?
-MOI : oui merci et toi ?
-AZIZ : ça va merci, j’ai entendu dire que tu travaillais, ça se passe ?
-MOI : oui très bien merci.

Je suis restée quelques temps après avoir remis mon cadeau. Bachir m’a appelé pour me signifier qu’il était là. Il avait proposé de venir me chercher parce que je ne voulais pas durer. J’ai pris congés de tout le monde, Aziz a alors proposé de me raccompagner prendre un taxi. J’ai décliné l’offre. Il a insisté « ma bagne » (j’ai refusé) « dafa deugeur bop » (borné) Il m’a suivi.

-MOI : franchement pas la peine on est venu me chercher.
-AZIZ : Bachir ?
-MOI : j’y vais, on m’attend.

Il me tint par le bras.

-AZIZ : c’est bien lui alors ?

« Sheutt ki nak dama fok ni dafay beugeu dof » (il est devenu fou si j’ai une certitude c’est celle-ci)


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.