person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - L’autre : les vérités de Mayna, par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

L’autre : les vérités de Mayna

Chronique

Et en effet quand elle a fini elle a raccroché le téléphone, décidément, je ne sais plus si Aicha a une bonne ou mauvaise influence sur ma famille. Vous avez vu comme Mayna me parle ?!

Publié le 02 juin 2020, Alima

Aicha était couché, et cette fois elle ne portait pas, une nuisette, comme elle a l’habitude de faire mais un ensemble jogging pour dormir.

Alors comme ça les femmes quand vous êtes fâchées c’est comme ça ? Sauf que faudrait le faire à quelqu’un que ça intéresse pfff.

Elle serrait le petit contre elle, lui mettait une couverture

-AICHA : « hé teudeul nak » (dors) il y a école demain.

Elle ne me calculait même pas, c’est Khalil qui s’est plutôt retourné vers moi.

-KHALIL : Aziz « do nieuw » (viens)

Je me suis alors décidé, à m’allonger de l’autre coté du lit, et j’étais bien à l’extrémité. En réalité ça me gênait maintenant plus qu’autre chose. Et le petit n’a rien trouvé d’autre, que de se mettre sur le dos, et de prendre ma main, la tirer vers lui, pour ensuite prendre celle d’Aicha, et les serrer contre lui, avec un sourire, triomphant pour dire.
« Bonne nuit »

Elle autant été surprise que moi. Mais elle a aussitôt, fuis mon regard et essayer de retirer sa main, et le petit à bougonner pour les serrer encore plus sur sa poitrine. Elle avait déjà fermé les yeux feignant de s’endormir. Mais il était certains que ce n’était pas le cas.

-KHALIL : Aicha c’est quand que tu as dit qu’on ira à Magic Land ? Aziz pourra venir aussi ?
-AICHA : Non !

Ça l’a échappé je crois, parce que s’apercevant de la véhémence avec laquelle c’était dit, elle sourit et lui dit, c’est pour les enfants.

-KHALIL : mais Mayna elle n’est pas petite et t’as dit qu’elle irait ?!
-AICHA : Khalil, « nélawal da ngay diangui » (rendort toi s’il te plaît il y a école demain) de toute façon si tu n’es pas sage, j’annule tout.
-KHALIL : « wawawawa nopina » (je me tais)

« Mane dé » je ne pipais mot, cette Aicha là je ne là connais pas, elle risque de me frapper, m’attacher au pied du lit. Donc je reste sage.

-KHALIL, qui chuchote : Aziz, tu dors ?!
-MOI : hmm « Aicha daf lay léré dé » (tu veux qu’Aicha se fâche) Allez rendort toi sinon « dinala dore legui ! »(Je vais te corriger, si tu continues comme ça)

Il est par la suite resté silencieux pour s’endormir avec nos mains serrées contre lui. Je ne sais pas si Aicha s’est vraiment endormi, mais moi, je n’y arrive pas. Avec la proximité, son parfum est devenu, beaucoup plus insistant dans mes narines, mêlé à cette douce senteur d’encens qui m’enivre.

Elle est belle quand elle dort, je l’ai dit voilà ! Ou bien c’était déjà fais ?

Elle est sereine, on dirait qu’elle sourit quand elle dort.

Je me sens vraiment mal à l’aise, parce que je prends plaisir, à toucher sa peau…ça devient dangereux tout ça.

Mon téléphone sonne… j’ai oublié de le mettre en mode silencieux. C’est Nafi, sans réfléchir, j’ai raccroché. « Amna ngandi bleme nak » (je risque d’avoir un gros problème)
Je ne voulais pas réveiller le petit… ni Aicha non plus. Mais je vais avoir un souci avec ma chérie.

Je me suis empresser de le mettre sous vibreur, elle appelait mais je ne décrochais pas.

***

Mo parce que tu crois vraiment que je ne devine pas qui est ce qui t’appelle, c’est ta petite chérie, ne te gêne pas, réponds. Dis lui combien tu l’aimes, dis lui combien elle te manque, puisqu’à longueur de journée c’est ce que vous faites.

Comment puis je m’endormir avec lui, si prés. Je ne comprends pas pourquoi ça me mets si mal à l’aise ! Et je l’ai été encore plus quand il a levé les yeux vers moi tout à l’heure. C’est fou ce qu’il a de beaux yeux. C’est le cas des peuls en général, nos hommes ont les plus beaux yeux qui soit. Ne vous en déplaise mais c’est la vérité !

L’odeur de son parfum, que j’aime beaucoup malgré moi…

Il est là et je sais qu’il me regarde je sens son regard posé sur moi, et ça me rend vraiment mal à l’aise. Je n’aime pas ! « li lep ak goné gui ! melni yapou mak bou gnou def si mboussou goné » (tout est de la faute à ce vilain garnement, on dirait le cerveau d’un adulte enveloppé dans le crane, d’un tout petit garnement)

Un mois ! Mine de rien ça fait maintenant un mois, aujourdhui que nous sommes mariés ! Et pourtant j’en ai plus qu’assez !

-MAYNA : joyeux anniversaire !!!!
-MOI : hein de quoi ?
-MAYNA : WA ! Ça fait un mois maintenant que tu es mariée !
-MOI : mo loool mais ça se faite pas ça, une année oui !

Année qui n’aura jamais lieu, pas entre nous en tout cas, et je ne crois pas qu’après cette expérience, j’accepte encore une fois de subir pareille souffrance.

-MAYNA : « khana nékatoko » (tu déconnes) il faut que tu surprennes ton mari aujourdhui, achète lui un petit cadeau, prépare lui une surprise quand vous serez seuls dans votre chambre…
-MOI : hééé attend tu m’étonne de jour en jour, tu sais pour qui j’ai de la peine ? Ton mari lol
-MAYNA : lol en attendant que je sois mariée, toi fais ce que je te dis, je t’accompagne, tu vas lui acheter une belle chemise ou bien une bouteille de parfum, il raffole de ça.
-MOI : ça j’ai remarqué… mais franchement c’est trop tôt Mayna…
-MAYNA : héé quel trop tot, vous deviez fêtez chaque semaine je te dis !

Way la vérité c’est que je n’en ai pas envie, je ne veux pas fêter un événement aussi malheureux que notre union oui malheureux.

J’ai remarqué que le gars, rentre beaucoup plutôt à la maison dernièrement. Il essai toujours de m’approcher mais je ne lui en donne pas l’occasion. Maintenant c’est lui qui fait l’intéressant à toujours s’attarder dans la chambre, à me saluer, ouiii me saluer, avant même que je ne le fasse.

A me demander si je vais bien. Vous y croyez vous ?

Ce n’est pas Aziz je vous dis qu’on me rende mon époux ! lol

Mayna a alors réussi à me convaincre pour qu’on aille acheter, quelque chose pour Aziz, je le faisais juste comme ça mais je ne comptais rien lui donner ! « Khalatoumakao sakh » (je n’y pense même pas !)

Alors que nous rentrions, dans une des ruelles nous sommes tombé sur un groupe de garçon, le genre qui passe leur temps dans la rue, « lou gnor gni wakh lou gnoroul ma wakh » (à ne rien faire)

-L’UN D’EUX :pssst

On ne répond pas on continue notre chemin.

-LA VOIX : « way khana dolene djiguene késsé » (vous n’êtes que des foutus meuf alors répondez)
-MOI :fékhel ba boul wakh(ne répond pas)
-UNE AUTRE VOIX : da gni sit sakh(elle sont bien faite)

« Rek » Mayna qui se retourne.

-MAYNA : khana sa y… moy site(ta mère)
Allah celle là aussi pourquoi elle l’ouvre ! Je la tire pour qu’on presse le pas, et j’entends la voix qui se rapproche.
-LA VOIX : ose le répéter et je te refais le portrait ! Espèce de pute que vous êtes !

Lui là il exagère.

-MOI : si tu respectais ta mère tu ne parlerais pas de la sorte, vau rien !

Là mom c’est fini, comme le gars fulminait là, il allait nous casser la figure ! On n’a même pas eu besoin de dire quoi que ce soit nous savions ce qu’il y avait à faire, nous avons alors pris nos jambes à notre coup, pour faire sprint digne d’un 400 mètres.

Et les gars « niak faida ba dé » qui nous ont poursuivis un moment avant de battre en retraite.

Quand nous étions bien sûr d’être hors de porté, je me suis fâché contre Mayna

-MOI : « da nga yabaté » pourquoi tu m’as fait courir comme ça !
-MAYNA : « mo ! khamna madame waroul daw » (une dame ne se doit pas de courir !
-MOI : mdrr exactement imagine qu’on m’aperçoive et qu’on dise « wa madame Kane lou mouy daw » (c’est madame Kane qui court comme ça ?! quand même mdrrr

***

Un mois qu’Aicha et moi sommes mariés, c’est de plus en plus compliqué. J’ai eu un petit souci, au lendemain de cette nuit là avec Nafi. Elle me rabâchait les oreilles avec des « je t’appelle maintenant et tu ne réponds pas et cette fois ça m’a soulé.

-MOI : héy ma femme est malade, je n’ai pas, la tête à me disputer !

Ce n’est vraiment pas fait exprès !

-NAFI : TA FEMME ?! Tu as dit TA FEMME ?!
-MOI : sheutt tu sais ce que je veux dire « way », elle n’est pas bien ces temps ci, et faudrait pas, que les gens se rendent compte de quoi que ce soit non plus !

Elle ne disait rien, elle boudait.

MOI : je n’aime pas quand tu fais ça, je t’ai demandé de me faire confiance. Jamais je ne te trahirais !
NAFI : je sais tout ça… mais je suis plus sûr de rien…

Et ça continuais ainsi surtout maintenant que ça fait un mois ;elle continue de me le reprocher parce que j’avais demandé un délai d’un mois et pourtant, je ne me suis toujours pas défait de cette union, et la vérité…

C’est que beaucoup de chose va me manquer, son parfum, son sourire, cette bonne entente, qui règne dans la maison depuis qu’elle est là malgré tout. Je ne tiens pas, touts remettre sans dessus dessous.

Mais comment dois-je faire dans ce cas, continuer de rester avec elle, et épouser Nafi ?
Ce n’est pas une solution non plus, je ne suis l’homme que d’une seule femme et j’ai décidé depuis longtemps que ce sera Nafi ; mais et Aicha dans tout ça…

Au cours de la journée Mayna, m’appelle pour me rappeler que cela faisait un mois que j’étais marié, et que je me devais de faire un cadeau à mon épouse. Je lui ai lancé un « oho boy boul ma sonal »(tu me dérange) je travaille.

Mais elle m’a sermonné cette fois.

MAYNA : Tu crois qu’on ne s’aperçoit pas que ça ne va pas entre vous deux ?! Tu nous prends pour des idiotes ?! Maman comprend très bien mais elle dit qu’elle te laisse du temps que tu es sous le coup de la colère. Mais Aziz « kou gat khel ngeu » (tu es égoïste) On fait tout pour qu’elle se sente à l’aise à la maison et heureusement qu’elle n’a pas de bleme ! Nous gardons tous le silence, faisons semblant. Pour qui tu penses ? Pour toi « dof bi nga done » (espèce d’idiot !)Je suis ta sœur, mais je suis aussi une femme ! Je sais comment se comporte une femme blessée, et c’est ce que je vois quand je la regarde, et « sama yaye soula wakhé sa bop nga kham » (et quand maman décidera de te parler tu sauras que tout ce que je te rabâche n’est rien du tout comparé) Tourne ne la page, tourne la page, laisses à Nafi une chance de rencontrer quelqu’un d’autre et d’être heureuse, et toi aussi fais en sorte d’être heureux

Elle fait tout pour te plaire, te satisfaire, mais tu ne vois rien à cause de Nafi. Tourne la page de Nafi Aziz, tu sais très bien que j’ai toujours apprécié Nafi, j’aurais souhaité plus que tout qu’elle devienne ta femme. Celle qui l’es aujourd’hui n’a rien à envier à Nafi, elle est belle, elle a bon cœur, elle nous aime ! Surtout ça elle nous aime nous respecte, et te respecte TOI, surtout. Aziz Kane « diogal sa bop » (ressaisie toi) tu as une femme exceptionnelle. Si tu la fais souffrir « sou la akham dallé dou bakh si yaw »(tu risque de regretter tout ça)Ton plus grand problème c’est tout simplement que tu ne supporterais pas que papa ai eu raison de t’avoir choisi celle-ci pour femme. Pour une fois il a fait un bon choix ! Tu as intérêt à lui trouver un beau cadeau « fala yam nak ! » (J’en reste là pour le moment)

Et en effet quand elle a fini elle a raccroché le téléphone, décidément, je ne sais plus si Aicha a une bonne ou mauvaise influence sur ma famille. Vous avez vu comme Mayna me parle ?!

Et le pire dans tout ça c’est qu’elle a raison.

Aicha est la femme idéal.


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Vous
Regardez
Actualités
Seytoo.Africa



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.