person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - La force de l´amour (17), par Nabou - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

La force de l´amour (17)

Chronique

La force de l’amour, dix-septième partie. Une chronique de Nabou sur Seytoo.

Publié le 07 mai 2020, Nabou

Samba Diouf, le frère de monsieur Diouf était élu Directeur Général dans son entreprise. Il organisait une réjouissance bien méritée à son domicile. En absence de son époux, Yacine exigea que la famille soit représentée par Karim et Soda.

Karim et Marième devaient sortir ensemble, mais il ne pouvait pas refuser cette invitation. Il eut donc l’idée d’inviter Marième à la fête et il partir la chercher après avoir déposé Soda chez leur oncle. Cette dernière voulait y aller assez tôt pour aider ses cousines à la réception des invités.

C’était une belle fête qui réunissant tout le gratin de la ville. Les smokings, les blazers des hommes rivalisaient avec les robes de soirée des dames. Marième était à la fois séduite et intimidée. Karim fut heureux de l’avoir à ses côtés. Elle était vêtue avec sobriété, mais sa beauté et son élégance naturelle faisaient d’elle l’une des plus belles femmes de la soirée. Karim n’hésita pas une seule minute à la présenter à son oncle qui d’ailleurs le complimenta.

Quand Soda vit Karim et Marième dans les bras l’un de l’autre, elle entra dans une violence colère. Elle les fixa et les dévisagea d’un air tellement insultant qu’ils devinrent le centre de mire des personnes présentes en ces lieux.

Mais Karim ne se laissa pas intimider. Il passa un bras à la fois possesseur et amoureux autour de la taille de Marième et l’attira à lui. Il se pencha sur elle et l’embrassa fougueusement en la serrant dans ses bras. Il entendit pourtant Soda dire à sa cousine que Marième était beaucoup plus âgée que son frère et qu’elle avait plusieurs enfants dont certains avaient déjà grands.

Soda était furieuse car elle prenait la conduite de son frère comme une insulte personnelle, mais pire, son attitude jetait l’opprobre sur toute la famille. N’avait-on pas précisé que seuls les hôtes de marque étaient conviés à cette fête ? Cette femme n’était pas dans son élément.

Elle composa le numéro de Sira sur son téléphone portable, mais tomba sur sa messagerie. Et le téléphone de son domicile sonnait dans le vide.

« Peut-être dois-je me remettre à la conduite ? », pensa-t-elle en touchant machinalement le cal à l’os de son bras gauche. Elle eut des frayeurs en se rappelant ce maudit accident qui lui avait fracturé le bras.

La villa de son oncle était située dans un domaine résidentiel dont l’accès était interdit aux taxis. Soda eut beau scruter la route, elle n’en aperçut pas un seul à l’horizon. Elle n’avait donc pas d’autre alternative que de rentrer avec son imbécile de frère qui la narguait avec la vieille maîtresse.

Elle s’installa dans la voiture et appuya longuement sur le klaxon. Karim n’était pas loin. Il s’apprêtait d’ailleurs à reconduire Marième chez elle après l’attitude de sa sœur qui les avait gênés tous les deux. Pour se venger de cette dernière, il invita tranquillement Marième à monter également dans la voiture. Il s’était dit qu’il reviendrait chercher sa sœur après avoir accompagné sa fiancée, pour éviter tout problème, mais il choisit finalement de déposer Soda chez eux et d’accompagner Marième ensuite.

Soda étant assise à côté du conducteur, Marième s’installa calmement sur la banquette arrière. Mademoiselle Diouf était tellement abasourdie par ce qu’elle considérait comme véritable provocation de la part de son frère qu’elle en perdit la voix pendant un long moment. Karim démarra sans proférer la moindre parole non plus, attendant que sa sœur ouvrît les hostilités. Il conduisait très rapidement, comme à chaque fois qu’il s’énervait. Déjà ils étaient sur l’autoroute.

-Karim, tu n’as pas le droit à m’infliger la présence de cette femme ! Hurla Soda quand elle put enfin parler.
-Elle s’appelle Marième et c’est ma fiancée ! Répondit spontanément son frère
-Cela n’a d’importance que pour toi ! Je n’étais pas conviée à tes fiançailles, mais à la réception donnée en l’honneur de mon oncle pour célébrer son entrée à l’hémicycle. Cette femme n’avait rien à y faire. Elle n’est ni de la famille ni de notre milieu et l’oncle Samba ne la connait ni d’Eve ni d’Adam !
-ça y est, maintenant c’est fait. Je lui ai solennellement présenté Marième comme ma future épouse. Et je ne veux plus t’entendre !
-Tu oses me menacer, Karim ? Tu t’égares, tu sais bien que cela ne prendra pas. Tu patauges en pleine confusion. J’ai une naissance, de l’éducation, pas comme tes fréquentations. Elle te donne vraiment de bons conseils, ta …
-Et voilà assez, Soda ! Quand on a un nom et qu’on est bien élevé, on se respecte et on respecte autrui. On a une bonne tenue et un langage poliment raffiné. Ce qui est loin d’être ton cas en ce moment. On se croirait en présence évadée.

Soda était abasourdi. Elle suffoqua de colère et d’indignation. Son frère n’avait jamais élevé le ton sur elle. Cette voix dure, tonnante avec laquelle il venait de s’adresser à elle était toute injure. Jamais elle ne l’aurait cru capable de lui parler avec autant de violence à cause de cette femme. Des larmes jaillirent instantanément de ses yeux et inondèrent son visage.

- Personne ne m’a jamais parlé de la sorte. Tu as osé m’insulter, m’humilier pour une traînée. Je ne veux plus te voir, je veux descendre de ta voiture. Tu n’es plus mon frère ! Hurla-t-elle en tambourinant sur le pare-brise, le tableau de bord et les vitres.

Mais Karim continuer de rouler, comme s’il ne l’avait pas entendue.

-Arrête-toi immédiatement, tu m’entends ! Cria-t-elle encore, folle de rage. Arrête-toi, je veux descendre !

Déchaînée, la furie ouvrit brusquement la portière de son côté, prête à se jeter dehors. Dans un ultime réflexe, Karim écrasa le frein. Il était moins une ! Le véhicule n’était pas encore immobilisé que Soda sauta sur la chaussée et courut comme une folle, sans destination.


Du même contributeur, Nabou


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.