person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - La force de l´amour (29), par Nabou - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

La force de l´amour (29)

Chronique

La force de l’amour, vingt et neuvième partie. Une chronique de Nabou sur Seytoo.

Publié le 26 mai 2020, Nabou

Karim partit au fond du jardin, se carra confortablement dans un fauteuil à bascule avant de prendre l’appel.

- Hello, darling ! Quelle agréable surprise que ton coup de fil ! S’exclama-t-il d’un ton jovial.
- Tu as l’air en pleine forme ! Constata Fama, assez surprise par cet accueil enthousiaste.
- Et comment. Je suis fou de joie rien que d’entendre la voix de l’être adoré. Quoi de neuf, la sainte ?
- Pardon ?
- Oh, rien, chérie. Je priais ! Alors, tu voudrais que je passe te chercher pour t’accompagner dans tes visites prénatales, c’est bien ça ? Demanda-t-il.
- Il serait en effet temps que tu agisses comme un futur papa, tu ne crois pas ?
- Aucun problème, chérie. Dis-moi seulement où tu es et j’accours. On en profitera pour faire un petit test d’ADN. Pas que je doute de ma paternité, mais avec une drôle de sainte comme toi, un peu de prudence est de mise, tu en conviens, n’est-ce pas !
- Pour ça, tu attendras mon accouchement, tu me vois désolée !
- Détrompe-toi, chérie. L’analyse d’un tout petit prélèvement du liquide amniotique suffit largement pour déterminer une paternité !
- Tu sembles subitement avoir réponse à tout. Quelle assurance ! Constata Fama, sidéré.
- A bon chat, bon rat ! Nitouche.
- Que dis-tu ?

Je disais que l’idée de devenir père me donne de l’audace et qu’on te donnerait le bon Dieu…

- Tu oses, espèce d’idiot ! L’interrompit Fama que la rage étouffait, ayant enfin compris la provocation.
- Oui, sans confession !

La jeune femme était tellement désarçonnée qu’elle en perdit la voix de stupéfaction

- Quel sens de l’humour. Peut-être seras-tu à présent capable de me procurer un peu de plaisir ?
- Dommage ! Je me marie bientôt et je suis du genre fidèle. Siré ne t’a rien dit ? Quel cachotier alors qu’il est mon garçon d’honneur. Tu peux également être dame de compagnie de ma future épouse si le cœur t’en dit. Ton petit ventre tout rond fera sensation. Je suis obligé de te quitter, chérie, ma fiancée s’impatiente. Rappelle-moi si tu veux. Et surtout, fais de beaux rêves, chérie ! Termina Karim en coupant la communication.

« Tel est pris qui croyait prendre ! Se disait-il, le cœur léger en retournant vers les autres.

Les convives s’étaient retirés et seule restait la famille. Ndèye Khady était restée car elle voulait assister à la confrontation. Sa mère ne lui donnerait certes pas la parole, mais elle soutiendra Marième, ne serait-ce que par sa présence et la bienveillance de son regard.

Elle et son mari Oumar était arrivés ensemble, dans la voiture de ce dernier, mais il avait un autre rendez-vous. Quand Karim entendit dire Oumar dire qu’il était bien embêté de laisser son épouse rentrer en taxi, il le rassura :

- Tu peux y aller, cousin. Je raccompagnerai ma frangine, nous t’escortons à ta voiture.
- Merci, cousin. Et bonne chance pour la suite du programme, fit Oumar en adressant un clin d’œil de connivence à son beau-frère.

Depuis que Karim habitait chez sa sœur, l’amitié entre Oumar et lui s’était raffermie.
Tout le monde passa dans le petit salon, dans les grands fauteuils douillets. L’ambiance y était plus intime, plus familiale.

Yacine Diouf fit servir des gâteaux au fromage de sa spécialité qu’elle gardait bien au chaud.
- Nous allons tous éclater, maman ! S’écria Soda quand elle vit les gâteaux.
- Il n’y a rien de plus léger. Ça fond sur la langue, chérie. D’ailleurs, on se creuse en n’en mangeant, vanta sa mère.

Monsieur Diouf qui raffolait de la cuisine de son épouse se servit immédiatement. Marième en prit également pour faire plaisir à sa future belle-mère.

Dès que Karim et Ndèye Khady, les retardataires s’installèrent, on sut que la grande heure était arrivée. Chacun perçut comme un frémissement dans l’air.


Du même contributeur, Nabou


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.