Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Labyrinthe (2), par N47.
×
menu
EN
shopping_cart

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Club
Questions et réponses
Publier Question

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Chronique

Labyrinthe (2), par N47

18 mars 2020, N47

Je tiens juste à partager cette histoire avec vous car cela constitue un pansement pour l’âme. Un choix n’est jamais banal, il aura toujours une incidence sur notre vie.

Je suis noir de teint. Je mesure 1,82, je pèse 75 kg, je pratique différents sport de combat. Je suis très calme et je n’aime pas le bavardage inutile, en fait la langue est le pire ennemi de l’homme si elle n’est pas contrôlée, elle peut causer d’irréparables dégâts. L’on rapporte dans un hadith que le premier sahaba du Prophéte (SAW) Abou Bakar Sadikh mordait sa langue jusqu’à ce qu’elle saigne afin qu’à chaque fois qu’il devait parler, la douleur lui rappelle qu’il doit analyser et mesurer ses paroles. Voila autant de raisons qui font que je ne parle pas beaucoup.

Je suis une personne solitaire et sociable en même temps, je m’explique. J’aime beaucoup être avec des amis autour d’un thé discuter de la vie, de la religion, de la connaissance bref discuter utilement et qu’au sortir de celui-ci je puisse dire tiens j’ai appris une chose aujourd’hui. Une maxime Chinoise dit que « chaque être doit connaitre, voire même maitriser les trois domaines de l’existence : son être intérieur, ses congénères et les éléments qui l’entourent. Voila ce qui explique ma solitude, la connaissance de mon entourage. Se taire, observer et apprendre.

Je n’ai jamais essayé de plaire aux gens, ni de me faire accepter ou de manipuler la perception des autres de ma personne. Je tiens juste à partager cette histoire avec vous car cela constitue un pansement pour l’âme. Un choix n’est jamais banal, il aura toujours une incidence sur notre vie.

Cependant, derrière ce regard froid se cache un grand sentimental et d’ailleurs qui ne l’est pas, nous le sommes tous en réalité. Il y’a des choses que nous aimons plus que d’autres, des paroles qui nous touche plus que d’autres. Tous ces éléments relèvent des sentiments qui créent l’émotionnel et l’émotionnel est le point de départ du sentimentalisme. L’accepter nous permet un mieux vivre et le réfuter nous rend macho, aveugle et pire nous handicap dans nos rapports avec les autres, surtout avec les femmes. Le plus faible de tous est celui qui nie sa faiblesse. Nous sommes ainsi crées, donc il est ridicule de le nier et puis il faut bien que le cœur et les larmes servent à quelque chose. Le premier à ressentir les peines et les joies et la seconde à extérioriser nos sentiments.

Sans paroles mon père m’a appris qu’être homme ne réside pas du simple fait d’avoir un collier qui se balance entre les jambes mais plutôt un ensemble comportemental. Jusqu’au moment où j’écris cette chronique je n’ai jamais été intimidé par la grandeur d’un quelconque homme ou être fan de quiconque parce que je le connais lui, il ne fait jamais semblant de faire, il fait ce qu’il dit et est très constant dans ce qu’il fait. Il est respecté de tout le monde et aussi lointain que remonte mes souvenirs, jamais il ne m’a imposé à faire quoique ce soit. Je me souviens en lui demandant quelle série choisir quand je faisais mon BFEM, il m’a répondu « fais ce que tu as envie de faire, mais si ton choix ne marche pas ne te lamentes nulle part, assumes ». Depuis ce jour, j’ai compris qu’être homme c’est aussi être responsable.

Je ne voudrais pas trop parler de moi mais cette petite présentation était nécessaire pour que vous compreniez mon environnement par la même certains de mes comportements, le reste je vous laisserai le découvrir vous-même.

En réalité, tout ce qui nous entoure n’est qu’amour, qu’il soit l’air que nous respirons, les ressources naturelles que nous consommons, toutes ces choses est le symbole de l’amour que nous porte le créateur. En fait il est la force qui fait avancer les hommes, la lumière qui illumine notre chemin ; bref la raison d’être de l’homme. Cependant il n’est que mot jusqu’à ce que deux êtres viennent lui donner un sens.

Que l’on finisse avec ou sans, on ne connait qu’une seule fois le grand amour. Eh bien moi je me suis entièrement donné à une femme, je lui ai offert quatre années, quatre longues années de ma vie, je lui ai donnée ma confiance, je lui ai offert mon intimité et je lui ai ouvert mon intégrité pour ensuite recevoir sans l’avoir mérité la raclée de ma vie. Il ne passe pas un seul jour sans que je ne pense pas à elle, il ne passe pas un seul jour sans que la cicatrice qu’elle m’a laissé me fasse pousser un cri de douleur. Cela fait des années maintenant mais personne ne se rend compte que mes yeux ne voient toujours qu’elle, que mon pauvre cœur ne l’a pas oublié et qu’elle hante toujours mes pensées. Où est-elle ? Qu’est elle devenue ? Mon Dieu mais qu’est ce que j’ai pu l’aimer elle ; elle s’appelait Penda…..
▼ Nous vous recommandons