person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Labyrinthe (4), par N47 - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Labyrinthe (4)

Chronique

Lydia, « le plus grand regret réside dans le fait de ne pas avoir fait ou dit quelque chose qui aurait pu tout changer »

Publié le 19 mars 2020, N47

Elle paraissait surprise en entendant ces mots, elle ne disait plus rien et je pris sa main et la posa sur ma poitrine

Moi : qu’est ce tu sens ?
Lydia : ton cœur qui bat très vite
Moi : exactement et penses tu d’après le peu que tu connaisses de moi que j’ai peur en ce moment
Lydia : ………
Moi : ce n’est pas le cas, il n’existe aucune explication, j’en ai pas du tout. Lydia je t’aime depuis longtemps. Quand je suis avec toi mon cœur s’emballe, je suis tout excité et apaisé à la fois. J’en oublie même mes problèmes. J’ai appris à te connaitre et à t’apprécier et je souhaiterais à partir de ce jour que nous écrivions ensemble notre propre histoire d’amour. Je n’ai aucun bien à t’offrir, en tout cas pas pour le moment mais je te donne mon cœur et te promets amour, respect, soutien et compréhension pour le restant de mon existence.

Elle soupira et se tient la bouche pendant un moment et me répondit calmement.

Moi : Malick depuis que tu as débarqué chez moi tu occupes une grande place dans ma vie. Je sais que tu es sincère mais j’ai un autre engagement et tu le sais.

En réalité, je savais qu’elle était avec quelqu’un mais quand on va à la guerre en doutant de ses capacités mieux vaut retourner au lit. Il fallait que je tente ma chance, elle en valait le coup et puis je ne sais pas ce que je ratais. Bien souvent les gens passent à coté d’un tout petit instant de leur vie et qui leur auraient assuré un bonheur durable. Alors j’attaque de nouveau.

Moi : réponds juste à ces questions et après je te laisserai tranquille. Est-ce que tu te vois avec lui dans 10 ans ? T’arrives t-il de penser plus à ses problèmes qu’aux tiens ? Ressens tu cette envie brûlante de vouloir tout partager avec lui, tout que tu possèdes aussi insignifiant soit il? Parce que moi je me vois dans 10 ans marié avec toi, je vois même à quoi ressembleraient nos enfants eh oui jeune demoiselle je veux faire de toi ma femme et la mère de mes enfants. A chaque fois que je te vois j’essaie de lire à travers tes yeux si tu vas bien, si t’es heureuse ou si tu n’a pas de problèmes. J’ai envie de tout partager avec toi. Si ce n’est pas cela aimer dis moi qu’est ce que c’est alors ? Si mes mots ne te suffisent pas, dis moi ce que je dois faire puisque tu ne me donnes pas la chance de te prouver mes paroles.

Elle fond en larmes et me dit.

Lydia : pourquoi tu me fais ça ? De quel droit bouleverses-tu mon monde ? je suis déjà avec quelqu’un. Je ne sais pas jouer et je ne le veux pas. Je pense qu’il serait mieux qu’on en reste là toi e moi. S’il te plait va t’en et laisse moi tranquille.
Moi : comme tu veux. Amour rime avec consensus, il ne s’arrache pas, il est donné et il ne sert à rien de te forcer. Je m’en irai, avant je te ramène chez toi mais saches qu’en matière de bonheur il faut être égoïste car on est seul quand on ressent la douleur et tu sais qu’entre toi et moi existe un lien, une sensation de bien être partagée d’être ensemble. Tu as envie d’essayer avec moi, c’est ce que ton cœur te dit mais tu l’ignores. Mais quand un cœur commence à parler, il ne se taira jamais jusqu’à ce qu’il ait l’objet désiré. Il est bon d’être une personne de parole mais en amour c’est le cœur qui gouverne. Tu auras beau essayer je dis bien essayer d’honorer ton engagement, cependant tôt au tard, que je sois là ou pas tu le quitteras. Ce n’est ni une science encore moins une religion mais juste la loi de l’amour. On ne peut jamais être éternellement avec quelqu’un qu’on n’aime pas ou qu’on doute de l’aimer. Et pendant ce temps tu auras perdus tous ceux que tu aimais. Une dernière fois Lydia, prends ma main et viens avec moi.
Lydia : ...

Je ressentis beaucoup de déception à cet instant là, j’étais abattu. C’est cette sensation d’avoir loupé quelque chose ou d’être passé à coté de quelque chose qui aurait eue une grande importance dans notre vie. Dans le chemin du retour, régnait un silence total.

Beaucoup de personnes passent à coté de beaucoup de choses car elles ont peur de souffrir mais en réalité la peur de la souffrance est pire que la souffrance elle-même. S’ouvrir aux émotions est naturel, cela procure de la vie à notre cœur et cette peur qui nous empêche de vivre. Vivre ce n’est pas seulement que du bonheur c’est aussi faire des fautes, se tromper, chuter, se relever, se soigner de nos blessures, avancer parce que oui le pire n’est pas tout cela, le pire est de chuter et resté accroché au sol. « Et le jour viendra où les moments difficiles ne seront plus que des histoires que tu seras fier de raconter à ceux qui voudront les entendre. Et tous les écouteront avec respect et apprendront trois choses importantes : la patience d’attendre le bon moment pour agir – la sagesse de ne laisser échapper l’occasion suivante – et la fierté de ses cicatrices » (Paulo Coelho, Le manuscrit retrouvé). J’avais compris ce que nous rations, c’était à elle maintenant de s’en rendre compte mais d’elle-même.

Nous arrivâmes chez elle, c’était l’heure pour moi de me retirer du tableau à sa demande. Je le tins le bras et elle baissa la tête.

Moi : bon nous sommes arrivés mais avant de partir je voudrais que tu saches que je n’ai aucun regret. Te connaître je l’ai voulu certes mais t’aimer non je l’ai tout simplement subi. Et maintenant je m’en vais à ta demande mais si toute fois tu changes d’avis saches que je t’attends mais pas éternellement car il faut que la vie suit son cour. Soit heureuse !

Je ne lui en voulais pas, non pas du tout. J’ai compris sa situation et à sa place j’aurai agis de la sorte. J’étais triste mais il fallait avancer, il fallait continuer. Comme à mes habitudes lorsque j’ai du brouillard dans la tête je fais du jogging cela me permettait de faire le vide, de me calmer et d’être en paix. Vers 21h je finis, prends un bain et me prépare du bon tiéré bien de chez nous qui je mangeai avec du lait. Comme à cette heure, les rues sont calmes, Je décide alors de faire une petite promenade. Perdu dans mes pensées et la tête baissée, je commençais à digérer le rejet dont je fus l’objet tout en gardant à l’esprit que j’ai fais ce qu’il fallait et à réorganiser ma vie sentimentale. Soudain je fus extirpé de mes pensées quand quelqu’un sans crier gars sauta sur mon coup et m’enlaça très fort avec ses mains.


Du même contributeur, N47


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.