person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Madou, un homme à part (La chronique d'Alima), par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Madou, un homme à part (La chronique d'Alima)

Chronique

Et lui alors, Madou, lui il m’aime. Lui il est prêt à m’épouser, sur le coup si je le voulais. Lui il ne demande que ça, faire de moi son épouse, faire de moi la mère de ses enfants. Et malgré tout, il renonce à tout ceci, par amour !

Publié le 12 avril 2020, Alima

Au risque de vous décevoir, je ne suis pas retournée m’asseoir, pas question, j’en ai marre, d’être la « bouche trou », marre, marre, marre. Je suis sortie, sans un regard en arrière. Parce qu’il croyait que j’allais rester encore une minute de plus, et l’écouter m’amadouer. C’est fini tout ça !

Dans le taxi, j’ai appelé, Madou.

-MOI : allo Madou excuse-moi, j’étais très occupée.
-MADOU : ne t’inquiète pas, alors d’ici une heure, ça te va ?

Il n’était que dix neuf heures.

-MOI : oui ça va, à plus.

Cheikh me pousse de plus en plus vers Madou. Mais non, il faudrait que je réfléchisse un peu, je me marie avec Madou genre « fathie mere », en quelque sorte me venger. Et après qui va perdre ? Moi, encore moi, je suis toujours la perdante. J’irais dire à Madou, que je ne me marierais pas, avec lui. Et j’essaierai, d’oublier cet énergumène, qui a pris mon cœur, pour en faire comme bon lui semble.

C’est fini tout ça !

Vers vingt-heure et quart, Madou se pointe, et m’attend dans sa voiture, à bord de laquelle je le rejoins.
Il était super classe, s’il croit être en pleine opération séduction ça ne va pas le faire…

-MADOU : t’es toute belle !
-MOI : merci...Mais Madou si tu veux… on peut rester ici, et en discuter.

La vérité, j’avais quelques remords pour être partie de chez Cheikh de la sorte. Et c’était pire, parce que, j’étais avec un autre homme que lui.

MAIS, « momou meu nak » (je ne suis pas sa propriété !)

Bien sûre que si !!! Je le suis. Tout mon être lui appartient. Et ça fait mal de devoir le reconnaître, puisque ça ne fait pas mon bonheur !

-MADOU : ce n’est pas bon signe ça…

Je ne voulais même pas le regarder, alors que l’ancienne moi, n’en aurait cure de tout ceci. Elle, elle aurait dit ce qu’elle avait à dire et serait parti sans un regard en arrière.

-MOI : je sais, que la véritable raison pour laquelle tu m’invites à sortir aujourd’hui, c’est pour avoir une réponse venant de ma part.

Il ne disait plus rien, j’ai jeté un coup d’œil rapide vers lui, et ce que j’ai vu, m’a vraiment fait mal.
Mon Dieu aurais-je un cœur ?!

C’est Cheikh qui m’a autant changé, je lui dois tout ! Hé bien c’est la meilleure, je suis avec Madou, nous sommes entrain de discuter de choses assez sérieuses, et je ne trouve rien d’autre à faire que de penser à un autre homme. Mais comment est ce que j’ose penser me lier à lui alors que je ne pense qu’à une seule et unique personne ?!

-MOI : je te demande pardon d’abords, Madou. Pour ce que je t’ai fait subir, durant notre relation de couple, il n’a jamais été dans mon intention, de te blesser, ou te manquer de respect.
-MADOU : « hey » Anna arrêtes, je sais tout ça, on oublie !
-MOI : oui justement ce que je veux c’est que tu oublies, qu’on n’oublie même que tu m’as une fois demandé ma main.

Il me regardait avec de gros yeux, comme s’il voulait prononcer quelque chose, mais n’y parvenait pas.

-MOI : Madou, le pire affront que je pourrais te faire, c’est d’accepter d’être ta femme, alors… que nos sentiments ne sont pas réciproques. Ne te méprends pas, je t’aime beaucoup, je t’estime énormément, mais je ne crois pas que cela suffise, à maintenir solide, un couple.
-MADOU : tu m’aimeras, je le sais.
-MOI : là n’est pas le problème, il est très facile de t’aimer, je te le jure !

Et c’est bien vrai, il a toute les qualités physiques comme morales pour plaire à une femme. Mais c’est notre cœur qui décide qui aimer.

-MADOU : mais alors qu’est ce qu’il ya ?

Je ne sais pas si je devrais lui dire que j’en aime un autre, parce que j’en aime un autre certes, mais je souffre énormément, et c’est aussi parce que je ne veux pas commettre la même erreur.

Je ne veux plus me marier avec un homme, alors que mes sentiments ne sont pas aussi forts. Bien vrai qu’avec Madou ce serait différent, parce que de son amour je suis certaines. Il aurait tout fait pour me rendre heureuse.

Mais est ce juste ?

-MOI : la vérité…mon cœur est pris. Et même si nous ne serons jamais ensemble, je ne peux pas me permettre de faire de toi un lot de consolation.

Ce que cet idiot a voulu faire de moi !
Il est resté silencieux, un moment pour ensuite dire,

-MADOU : CHEIKH ?

Attendez, tout le monde sait ce que je ressens pour lui ???

J’étais là, à le regarder avec de gros yeux, et la bouche grande ouverte. Il m’a juste fait un sourire.

-MADOU : j’ai des yeux pour voir tu sais…j’ai vu comme il prend soin de toi, comme son visage est en feu, quand il me voit m’approcher de toi, j’ai aussi vu comme tu le regardais des fois…

ALLAH, si lui a remarqué donc tout le monde aussi !!!

-MADOU : ce dont je n’étais pas certain, c’est de tes sentiments à toi, c’est pourquoi j’ai voulu retenter ma chance avant de te perdre définitivement.lol

J’avais vraiment honte.

-MADOU : mais si tu l’aimes autant, pourquoi tu ne le lui fais pas savoir ?
-MOI : je lui ai dit, mais il ne me croyait pas…c’est trop compliqué.
-MADOU : c’est toi « nak » lol donc normal que ce soit compliqué.
-MOI : lol donc c’est de ma faute !
-MADOU : « sétal rek » (à toi de voir)

Nous nous sommes tous les deux esclaffés,…mais après mes larmes ont commencé à couler. Cette fois ci c’était parce que je me sentais, bien mieux, j’avais l’impression que je m’étais débarrassée d’un lourd fardeau, celui de devoir dire non à Madou, et qu’il m’en veuille.

-MOI : tu ne m’en veux pas alors ?
-MADOU : mais pourquoi ? (tout en essuyant mes larmes) Ces derniers temps, j’ai découvert une autre Anna, une qui sait ce qu’elle veut.

hmm t’es le seul à penser ça « dé » !

-MADOU : Moi franchement je te souhaite le meilleur, essaie de lui parler et écoute-le aussi.
-MOI : pourquoi tu fais ça ?
-MADOU : pourquoi je fais quoi ?
-MOI : pourquoi tu abandonnes ?
-MADOU : parce que je t’aime.

Wouyaye !!! Mon Dieu pourquoi tu me fais ça !!! J’ai mal j’ai très mal !!! Je ne peux plus rien contre toutes ces larmes, je n’arrive pas à les retenir.

-MADOU : quand on aime une personne, son bonheur passe avant tout. Si ton bonheur est dans les bras de Cheikh, « sou ma lene meunoul bolé douma lene takalé » (si je ne peux rien faire pour vous réunir, je ne ferais rien qui puisse vous séparer.)

Mon Dieu combien d’hommes seraient prêts à faire un tel sacrifice, combien ? Laisser la femme qu’ils aiment pour qu’elle soit heureuse dans les bras d’un autre.

J’ai aimé Cheikh, mais il m’a laissé tomber quand j’avais besoin de rien d’autre que de son amour.
Je n’étais pas assez bien pour lui. Pour Cheikh, je me suis jetée par terre, je suis allée jusqu’à le supplier de m’aimer, mais il voulait Mame Fatim. A bien y penser il n’a jamais rien fait, jamais pour me faire croire en son amour. Il a juste essayé d’être le meilleur ami qui soit pour moi. Il a toujours été là , quand j’avais besoin de lui, comme ami. Mais quand il a fallut penser à fonder une famille, ses pensées, se sont tournées vers, Mame Fatim…

Et lui alors, Madou, lui il m’aime. Lui il est prêt à m’épouser, sur le coup si je le voulais. Lui il ne demande que ça, faire de moi son épouse, faire de moi la mère de ses enfants. Et malgré tout, il renonce à tout ceci, par amour !

Par amour pour moi !
Par amour pour moi, il me laisse partir,
Par amour pour moi, il me dit que faire, pour conquérir Cheikh ?!
Puis-je laisser un homme pareil, partir ?
Puis-je choisir de tourner le dos, à un homme, qui est prêt à tout ceci pour moi ?
Je ne sais pas ! Cheikh je l’aime, et maintenant, que Mame l’a quitté il veut me récupérer.
Madou, je ne l’aime pas d’amour… mais de son amour à lui je suis convaincue.
Il était là, à me regarder, avec son regard si bienveillant. Et Cheikh que fait-il ?

Non, moi que dois-je faire ?

(Il va bien falloir que je me fasse soigner, durant toute la rédaction de cette partie, je n’ai pas arrêté de verser des larmes. Moi aussi j’aurais été confuse…)


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.