ERROR: Could not able to execute .
person_outline Me connecter close
Fermer
Shop Life Réussite Africa Vidéos News Chroniques Publier mon article
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English

video_libraryAbonnez-vous


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Mamie, Mariame, par Bessy - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent

save

Enregis.
share
@


Partager

Mamie, Mariame

Chronique

Tant mieux se dit elle, de toute façon, sa priorité était à ses études, et après la page Adama, elle voulait se poser et s’occuper davantage d’elle.

Publié le 16 novembre 2020, Bessy

Installée sur le comptoir de vente de la boutique que tient sa mère au marché, Mariame observait l’extérieur avec amusement.

Cette ambiance lui avait mine de rien beaucoup manqué, elle observait les pousses pousses déambuler de part et d’autre du marché, les étals. Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle posa ses yeux sur l’ancienne place où elle vendait ses fruits et légumes il y a à peine quelques années. Et elle se souvint de suite ses plaisantes discussions avec Aida, qui s’était momentanément absentée du marché comme elle attendait son deuxième enfant.

Elle était malgré tout nostalgique de ces moments de convivialité, de chaleur humaine avec ses collègues du marché, chaleur humaine qui existe toujours, bien qu’aujourd’hui un grand nombre d’anciens vendeurs ne vendaient plus sur ce marché, en effet beaucoup d’entre eux se sont installés dans de nouveaux marchés plus affluents ou spécialisés dans la vente des produits qu’ils vendaient, d’autres s’étaient convertis dans d’autres métiers, certaines étaient devenues coiffeuses, d’autres tenaient leurs propre boutique aujourd’hui, certains ont arrêté l’activité sur le marché et vendaient chez eux afin de se consacrer davantage à leur vie de famille.

Les choses avaient évolué dans le bon sens et elle était contente pour ses amis, elle pivota sur elle-même et observa le magasin de sa mère, modeste mais beau et propre. Elle était fière de sa chère mère, elle s’est toujours sacrifiée pour eux et aujourd’hui elle récolte les fruits de son dur labeur, ce qu’elle a toujours souhaité avoir, un magasin à elle seule. Voilà qu’elle l’a aujourd’hui.
Elle replongea dans le livre d’économie qu’elle avait entamé, elle adorait cette matière qu’elle a pu étudier au cours de son année de formation. Ses pensées allèrent alors vers Myrna et Meryem.

Ce n’était pas facile de leur dire au revoir, d’autant plus qu’elle s’était attachée à ses copines de classe. Myrna sa chère amie avait même pleuré pendant que Meryem lui proposait de lui financer ses études l’année prochaine, mais Mariame déclina très poliment son offre et lui promit qu’elle les reverrait de temps en temps à la sortie des cours et leur fit savoir que les portes de sa maison leur étaient grandes ouvertes.
Et oui !

Les choses avaient bien changé, tonton Moustapha avait insisté pour lui payer ses études mais elle a dû trouver une explication autre que celle basée sur sa volonté de ne pas vouloir abuser de sa gentillesse car elle savait bien que cette excuse ne tiendrait pas la route, mais une chose était sûre, elle était gêné de cette aide de tonton Moustapha alors même qu’elle avait rompu avec son fils.
En fait elle ne voulait pas tisser de lien de dépendance envers cette famille, c’est ce qu’elle ressentait, bien qu’elle connaissait la générosité et la bonté de son oncle Moustapha, elle pensait juste qu’aujourd’hui c’était à elle de lui rendre la pareille.
Plus de nouvelles d’Adama, plus de textos, plus rien, c’était fini, et tant mieux se disait-elle, bien qu’il lui arrivait de penser à lui, mais elle s’efforçait de le chasser de son esprit.

« Bonjour ma fille » lui dit une voix bien singulière, la sortant de ses pensées.

Elle leva ses yeux et sourit d’un beau et grand sourire en allant à la rencontre de la dame âgée qui, bien portante n’avait aucun mal à se mouvoir dans le magasin où elle semblait avoir tous ses repères.

« Maam comment vas-tu ? » lui dit elle, en la prenant dans ses bras, comme on fait à une personne que l’on a perdu de vue depuis des années.
« Bien ma fille » lui répondit-elle avant de la regarder attentivement de son regard pétillant et malicieux, le sourire aux lèvres, comme savent si bien le faire les grand-mères.
« Tu as bien grandi dis donc »lui fit elle en observant le beau visage de Mariame, en effet en grandissant, les traits de la jeune femme s’étaient affinés, elle observait ses beaux yeux en amande d’un joli marron, son nez fin qu’elle a hérité de sa mère ainsi que ses jolies lèvres si bien dessinées, ainsi que son beau teint ébène..

Mariame lui sourit timidement et lui demanda comment elle allait, la gentille grand-mère lui répondit qu’elle allait bien. Mariame lui proposa de l’aider à faire ses courses, ce que la douce dame, qui s'appelle en fait Mame Marième, mais que l’on surnommait affectueusement Mamie accepta.
Mamie était de nature joviale et posée, elle aimait la vie et parlait sans cesse de ses petits enfants.

Dans un souffle, elle s’exclama« Pape Aly key warr na gaweu nieuw (Pape Aly devrait venir) car d’habitude c’est lui qui m’accompagne faire mes courses, mais heureusement que j’ai une autre petite fille bien adorable qui m’aide » lui dit elle en la regardant affectueusement.

En effet Mamie, pour avoir toujours été une fidèle cliente de sa mère, a quasiment vue Mariame grandir et elle la considérait aujourd’hui comme sa petite fille.
Quand Mamie prononça le prénom de Pape Aly, le sang de Mariame ne fit qu’un tour et elle se rappela sa belle voix douce et virile à l’époque, il suscitait toujours tant de sentiments en elle, cela n’avait pas changé, mais elle se refroidit tout de suite en se rappelant de sa mésaventure avec Adama.

« Ah oui, Pape Aly, comment va-t-il ? »
« Il va bien ma fille, il est actuellement à New York pour une formation de quelques jours, mais il revient la semaine prochaine s’il plait à Dieu, il me manque tant mon petit chéri … Il faut dire que ça lui fera du bien aussi, la famille de son amie n’arrête pas de lui parler de l’épouser et je pense que le fait de quitter le pays lui fera retrouver l’esprit, marie moi marie moi rek akh !! Qu’ils laissent mon bout de chou tranquille il le fera quand il le sentira !»

Ah donc Pape Aly était fiancé ?

Tant mieux se dit elle, de toute façon, sa priorité était à ses études, et après la page Adama, elle voulait se poser et s’occuper davantage d’elle.

Mariame se contenta de sourire et après avoir aidé Mamie à faire ses courses, elle l’accompagna prendre son taxi qui l’attendait et lui souhaita une bonne route.
En rentrant dans le magasin, Mariame s’installa derrière le comptoir et ouvrit son livre d’économie, elle regardait les lettres mais ne lisait pas, elle n’arrivait pas à se concentrer, son cœur se serrait dans sa poitrine sans qu’elle ne puisse le maitriser.

Donc Pape Aly va se marier… Voilà la pensée qui la mettait dans cet état

Take care:)!



Du même contributeur, Bessy


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


Seytoo par eMail
Améliorez votre vie par Email.

Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English




SEYTOO.SHOP - Shopping for love.

À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.