person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Mon mari, l’autre et moi (2), par Bisse - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Mon mari, l’autre et moi (2)

Chronique

« Aujourd'hui Dieu a exaucé l'un de mes vœux le plus chère, ma fille qui jusqu'à présent ne m'a jamais désobéi et jamais n'a défié mon autorité et dont j'ai toujours été fière va quitter le domicile familial et rejoindre son mari. »

Publié le 11 février 2020, Bisse

Le soir venu, on m'a vêtu des vêtements traditionnels avec les veilles nattes sur la tête la on aurais dit un bouc lol. Bref mes copines négocie avec les amis de mon mari afin de me laisser rejoindre le domicile conjugal. Le prix est fixé à 500 euros par mes amis mais les enchères descendent jusqu'à 250euros adjugé-vendu. Me voilà prête à quitter mon nid familiale... avant de partir mon paternel fait les douhas nécessaires et enchaîne sur un discours aux invités d'abord :

« Aujourd'hui Dieu a exaucé l'un de mes vœux le plus chère, ma fille qui jusqu'à présent ne m'a jamais désobéi et jamais n'a défié mon autorité et dont j'ai toujours été fière va quitter le domicile familial et rejoindre son mari. »

S'adressant à moi ensuite :

« Aujourd'hui je te laisse entre les mains de mon homonyme qui est quelqu'un de bien. Agi avec lui comme tu as vu faire ta mère avec moi, et respecte le comme tu me respecte. Discute avec lui comme avec ton frère et confie lui tes peines comme avec tes sœurs. Supporte, comme tes mères, grands-mères... Je n'ai jamais été aussi fière de toi qu'aujourd'hui. Toutes mes bénédictions t'accompagne. J'ai le cœur lourd de devoir te laisser partir mais c'est ainsi qu'est la vie, vous les filles êtes destinées à partir. »

Avalanche de larmes je ne vous raconte même pas !!! En faite mon père comme la plupart des papas d'Afrique n'est pas du genre à montrer ses sentiments. Qu'il le fasse la devant tout ce monde et de manière aussi sincère ça m'a retournée. Je me mari tout les jours si c'est comme ça lool.

Bon après viens le tour de ma maman, même discours que papa à quelques différences prés surtout des recommandations telles que supporter, supporter et encore supporter. J'ai été toucher aussi mais moins que pour mon père.

Après tout les salamalecs d'usages, me voilà dans la voiture en direction de chez mon future mari....

Première nuit :

Arrivée au domicile de mon mari, la dame qui s'occupe de moi me donne encore quelques conseilles puis me demande d'aller me doucher et d'attendre l'arrivée de mon mari. Encore quelques conseilles puis elle fini par s'en aller pour revenir le lendemain matin. La blague il est presque 5heures du matin. Pardon il va falloir me laisser récupérer hein.

Monsieur Omar Diallo fait son apparition vers 6h00 environ. Il file à la douche et reviens ce coucher prés de moi.

J'ai chaud et froid d'un coup et mon cœur a des raté...

Oulala que m'arrive t-il donc ? Il faut dire que c'est la première fois que nous sommes si proche physiquement.

Première approche, et premier stop.

Décidément c'est la soirée des 1er fois.... Il comprend et ne retente pas.

Il faut dire que j’appréhende beaucoup le premier rapport. De ce que j'ai pu entendre de la part de mes sœurs et de mes cousines, la 1er fois c'est chaud. Quand nous avions aborder le sujet, il a été très compréhensif et m'as dit que cela ne fessait pas si mal que ça et que les gens avait tendance à exagérer leurs douleurs. Sinon d’après lui, personne n'aurais procréer, et Adam et Eve auraient été sans descendance...

Nous continuons a discuter encore une partie de la matinée...

J'ai en souvenirs les paroles de mon père et d’instinct les larmes me montent aux yeux. Je me lâche, je pleure ma maison, mon confort, ma jeunesse, ma vie d'avant....

Omar me prend dans ses bras et me fait des promesses, pleins de promesses.... et il en vient à me faire des caresses, pleins de caresses qui réussissent à me bien me détendre. Arrive le moment fatidique.

Ah non je ne veut plus.

Monsieur est un ANACONDA sur pattes. Ma peur et mes angoisses sont revenus.... Omar m'a bloquer les bras et a fait ce qu'il avait à faire d'un coup nette et précis. Je me sens partir, je ne sens plus mes jambes, ou lala il fait chaud.... D'un coup je Hurle mon angoisse et ma douleur. Je hurle de toutes mes forces et de toute mon âme. Je hurle mais il ne s'arrête pas...

Il continue jusqu'à épuisement, et fini par s'endormir en m'enlaçant.

Moi aussi j'ai fini par tomber de fatigue. A mon réveil, il n'était plus à mes cotés. Mais la dame qui s'occupe de moi oui. Elle me donne une espèce de soupe à boire bien chaude. Je ne peut pas, je veut juste prendre une douche et vomir. Vomir c'est tout ce qui m'importe à ce moment précis de mon existence. J'essaye de me lever pour aller vers la salle de bain, mais la tata me dit d'attendre un peu et de boire sa pseudo soupe pour reprendre des force. J'obtempère pour qu'elle me fiche la paix.

Comment je me sent... heureuse et triste à la fois. Heureuse d'avoir donner un cadeau si précieux à mon mari et triste à cause de cette douleur. Je me dis que si tout les rapports sont aussi douloureux, je passe mon tour, je ne veut plus être une épouse, du moins sur ce plan la. Mais bon apparemment avec le temps la douleur s'en va. On va voir.

Je file à la douche. A ma sortie les draps ont été changés et le lit à été fait. Aucunes traces de mon exploit d'hier. Mais du criminel oui. Il est la assit dans un coin du lit au téléphone, il parle en peul, puis me passe le téléphone.

« - Allô, mariama ?

Nham,

ça va ma fille ? Je suis encore plus fière de toi que jamais je ne l'ai été. Diallo Jerri.

Merci Papa

Attends je te passe ta mère, elle danse devant moi depuis tout à l'heure la.

Oui merci papa, au revoir

Allô Sama Thiatt ?

Oui ma' ?

Je suis fière de toi, je t'ai bien élevée et Omar aussi nous a dit qu'il est très content de toi. C'est bien ma fille maintenant tu est une femme que Dieu te facilite dans tout ce que tu entreprend. J'attends la fin de la semaine et ta sortie pour parler d'avantage avec toi !

OK

Repose toi et fait tout ce que te dit ta tante. A lala je suis heureuse aujourd'hui. C'est tes oncles et tes tantes seront content aussi. Je te laisse, je dois appeler tout le monde. On attends le drap.

OK, bye.

Au revoir ma fille »


Du même contributeur, Bisse


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Regardez
Seytoo.Africa
Actualités
Vous



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.