person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Mon mari, l´autre et moi... (21, fin), par Bisse - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Mon mari, l´autre et moi... (21, fin)

Chronique

Je lis ses mails, la plupart parle de boulot. Dans tout ça, je tombe sur une conversation entre lui et Amayel qui date de quelques jours seulement. Conversation que je me serais bien gardé de lire !

Publié le 19 mars 2020, Bisse

On finit de ranger la salle avec les filles et on rentres toutes se coucher. Le lendemain, je dois rentrer chez moi car les 40 jours sont finis.

Je n'ai vraiment pas hâte. La vie chez ma mère est vraiment trop belle quoi.

Bref, Omar viens nous chercher avec la petite pour rentrer. Depuis hier, je n'ai pas eu l'occasion de le voir.

Je n'ai toujours pas oublié ce qu'il a fait, j'attends juste le bon moment pour lui en parler. En fait j'en ai marre de toujours douter de lui. C'est épuisant à la longue et puis vu la manière qu'il a de mentir et cacher les choses, c'est limite si j'ai encore une once de confiance en lui.

Après avoir couchée Lyssa, on discute de la soirée d'hier, je lui montre tous les cadeaux qui lui ont été offert. On fait un débriefe rapide et j'en viens à lui demander ce qu'Amayel faisait là hier;

Moi : « J'ai vu qu'Amayel été la hier ?
Omar : Euh... oui, elle est passée faire un tour ! (tout gêner)
Moi : Hum, c'est toi qui l'a invitée ?
Omar : Non sûrement Fama.
Moi : Et qui le lui a permis ?
Omar : Je ne sais pas mais de toutes les façons c'est du passer !
Moi : …. »

Je ne cherche pas plus loin car même si c'est lui qui l'avait invitée il ne le dira pas. Avec le temps j'ai appris qu'il été vraiment trop lâche pour assumer quoi que ce soit.

Bref je passe quelques semaines. J'ai repris le boulot et je laisse ma fille avec ma mère. Je ne vous cache pas l'horreur que c'est de devoir laisser son bébé avec une autre personne toute la journée. Et même si c'est ma mère et que je sais que je vais la revoir à la fin de la journée, j'ai toujours mal au cœur.

Le pire c'est que la petite est super attachée à ma mère. Il y a des soirs ou je veux la récupérer et elle pleure pour rester avec sa mamie. Il faut dire aussi qu'elle est pourrie gâtée là-bas.

Une misère en gros ! J'ai l'impression qu'elle ne m'aime pas et qu'elle préfère sa grand-mère à moi !
Comme ça fait mal de penser ça! J'en viens limite à en vouloir à ma mère de me voler ma place et mon rôle.

A la maison, je n'ai presque plus le temps de m'occuper de rien. Il est super tard quand je rentre et le temps d'aller chercher ma fille et de m'occuper un petit peu d'elle, il est l'heure d'aller au lit.

Omar se plaint souvent d'être contraint de manger dehors. En même temps si il m'aider un petit peu plus peut-être que ça irait mieux. Mais non pour lui il faut que j'aille bosser que je m'occupe de ma fille comme il faut, que je sois une fée du logis et que je sois une amante parfaite. On ne peut pas tout contrôler et surtout pas le temps.

En gros, il veut que je sois la femme parfaite et surtout imaginaire!

Je ne suis pas ça, la seule chose qui m'importe c'est de m'occuper convenablement de ma fille et ne pas me faire renvoyer de mon boulot. Le reste passe en second plan !

Je sais que ce n'est pas bien mais bon de nos jours les hommes demande trop de choses et n'en valent même pas la moitié.

Donc je disais, je n'ai plus le temps de m'occuper de la maison comme il faut. Je fais le ménage seulement le week-end. Je n'ai plus le temps de préparer correctement à manger, la plupart du temps c'est steak- frites ou surgelés. Je n'ai plus le temps de m'occuper d'Omar, en même temps il passe le plus clair de son temps entre chez sa mère, son boulot ou dehors. J'ai encore moins le temps de m'occuper de moi-même, je ne me souviens plus de la dernière fois que j'ai été chez le coiffeur.
Je ressemble à un paillasson sans mentir !

Pourtant j'ai toujours pensé qu'une femme dois savoir rester classe dans toutes les circonstances, mais la hum........ Je n'y pense même pas tellement je suis débordée.

Un soir quand même, je décide de faire un effort. Je sens qu'Omar est au bord de la crise de nerf aussi, d'autant que c'est son anniversaire !

Je demande à partir plus tôt du boulot, je passe chez Biné pour me faire coiffée et chouchouter !

Je rentre pour préparer un repas digne de ce nom ! Je laisse Lyssa chez sa grand-mère pour la nuit.

J'ai prévu les choses en grand ! Diner tous les deux en romantique et tout et tout !

Je n'ai pas souhaité l'anniversaire d'Omar car je veux lui faire une surprise. Il pensera surement que j'ai oublié. La surprise n'en sera que plus grande. Du moins j'espère !

Bref je me mets en conditions et tout et j'attends monsieur Diallo. En générale, il rentre aux alentours de 20h30.

Il est presque 21h30 mais Omar n'est toujours pas rentrer. J'attends encore un peu avant de l'appeler pour lui demander sa position.

Vers 22h00 je commence à m'impatienter, je l'appel mais il ne répond pas. J'appelle Souley (son petit frère) pour savoir si Omar est chez sa mère.
Il me dit qu'il n'est pas chez lui mais que je peux appeler Iba qui lui y est-il pourra m'en dire plus.

Moi : « Allo Beau-frère préférer ça va ?
Iba : Oui et toi ? Comment va ma future belle fille ?
Moi : ça va Dieu merci et ton fils ?
Iba : ça va, ça va, il est un peu casse pied à cause de ses dents mais sinon ça va !
Moi : Bon j'espère que ça ira alors, tu es chez ta mère ?
Iba : Oui j'y suis depuis le début de l'après-midi, mais je ne vais pas tarder à rentrer. D'ailleurs c'est ton mari qui m'a demandé d'attendre qu'il arrive mais je ne le vois toujours pas venir. S’il tarde je vais partir hein. J'espère que ce n'est pas toi qui le retiens à la maison hein ?
Moi : Non non même pas lol ! Mais je pense qu'il ne va pas tarder à arriver là-bas ! Tu ne l'as pas vu depuis tous ce temps ?
Iba : Non même pas, j'espère que tu dis vrai ! Tu veux que je lui demande de te rappeler quand il arrive ?
Moi : non c'est bon ne t'en fait pas, je vais lui laisser un message. Ce n'est pas urgent !
Iba : Ok ça marche !
Moi : Bon dans ce cas je te laisse et je te dis à bientôt in sha allah ! Tu fais un gros bisou à ton petit chou pour moi !
Iba : ça marche embrasse aussi Lyssa et tes parents.
Moi : Je n'y manquerais pas ! »

C'est à ce moment-là qu'Omar décide de faire son apparition. Il est surpris de ce que j'ai préparé !

Moi : « Salut, tu es enfin arrivé ? Depuis tout à l'heure je t'attends. Tu été où ?
Iba (gêné) : Ah bon.... euh j'étais chez euh.... ma mère ?
Moi : et pourquoi tu bégaye ? Tu as le droit d'être chez ta mère.
Iba : Oui mais comme je ne t'ai pas prévenu aussi !
Moi : En même temps, ce n'est pas comme si tu me disais de tout ce que tu fais !
Iba : désolée !
Moi : Oui c'est ça. Au passage j'ai appelé Iba pour lui demander où tu été. Il t’attend depuis cette après-midi chez ta mère. De là où tu es censée revenir ! Donc quand tu as fini de me prendre pour une conne tu me feras signe»

Je le plante là ! Y'a des limites quand même. Me prendre pour une conne je veux bien mais il ne faut pas exagérer ! C'est carrément se foutre de la gueule du monde à ce niveau.

Je vais dans la chambre, je me rhabille prends quelques affaires et je vais chez ma mère.

Il essaye de me retenir quand il comprend que je suis en train de partir. Il se met entre la porte et moi.

Moi : « Pousse toi, laisse-moi passer !
Omar : Mais tu vas aller où à cet heure-ci ?
Moi : Tu penses que cela te regarde ? A ce que je sache tu ne m'as pas ramassée dehors ? Donc pousse toi que j'aille m'occuper de chose qui ne te regarde pas ! Si tu chercher quelqu'un à prendre pour un jambon, je ne suis pas la bonne personne !
Omar : Ne dit pas n'importe quoi toi aussi, laisse-moi t'expliquer ! Tu ne me laisse même pas parler et tu es déjà remonter comme un coucou !
Moi : Je n'ai pas envie de t'écouter. Tu mens comme tu respires ! Je n'ai pas envie de prendre des péchés pour toi, alors pousse toi de là que je puisse passer !
Omar : Tu ne vas nulle part aujourd'hui ! Pense tu que je suis fou pour te laisser sortir à cette heure-ci sans savoir où tu vas ?
Moi : Tshiip (*20) Commence pas à me fatiguer là, je ne t'ai jamais rien demandé et tu ne m'as jamais rien demandé sur mes agissements alors ce n'est pas aujourd'hui que cela va commencer ! Pousse-toi de là !
Omar : Ne joue pas à la plus forte avec moi. Tu ne fais pas le poids et j'ai vraiment mais vraiment envie de passer une agréable soirée avec toi !
Moi : Oublie !
Omar : Ok »

Il prend mes clés et les mets dans sa poche. Il ferme la porte à double tour et va dans la cuisine.

Sincèrement je n'ai pas la force morale ni physique de m'opposer à lui. Du coup j'abdique et je retourne dans la chambre. Je me mets en pyjama et je vais me coucher non sans avoir fermé la porte de la chambre à clé.

Je l’entends qui essaye de rentrer dans la chambre. Il toque, donne des coups, demande, supplie.... J'ai même cru qu'il allait défoncer la porte.

Bref au bout d'un moment, j'entends la porte de l'appartement claquée. Ouf, je pense qu'il est sorti. Je me lève pour vérifier.

Quand j'ouvre la porte de la chambre il est toujours là et me soulève comme une feuille pour me porter sur le lit.

J'ai beau me débattre comme une forcenée, la vérité c'est que je ne fais absolument pas le poids fasse à lui. Au bout d'un moment, je suis exténuer donc j'abdique. Je lui donne ce qu'il veut mais je n'y prends aucuns plaisirs.

Après cette nuit désastreuse, j'ai compris que les choses avaient vraiment changées entre lui et moi. Il ne me parle pas, je ne le fait pas non plus.

Toutes les autres sont semblables, il prend ce qui lui est « dû », pour ma part je ne ressens aucun plaisir aucunes envie rien. LA CHOSE a perdu beaucoup d'intérêt à mes yeux. C'est devenu une corvée, limite un supplice !

Toutes ses paroles se sont envolées comme de la fumée.

Je ne vis exclusivement que pour ma fille et pour mon boulot. J'ai aussi boycotte les filles, je me renferme de plus en plus sur moi-même.

Je n'ai jamais demandé à être mariée pour vivre comme ça. Sincèrement ce que je vis c'est plus de la colocation qu'une vie de couple normal.
Je n'ai pas envie d'imposer cela à ma fille elle est petite mais comprends beaucoup de chose. Du coup je la laisse chez ma mère le plus possible. En vrai elle habite plus là-bas que chez moi.
Omar n'apprécie pas et ne me parle que pour me reprocher ça ! Il passe beaucoup de temps chez Amayel pour soit disant voir son fils !

Je ne dis plus rien. Il serait capable de dire que je l'empêche de voir son fils, comme il le fait avec ma fille.

Au boulot, j'ai beaucoup plus de responsabilité. En fait mon Boss est parti pour un temps dans un pays du Golf pour mener un projet qui pourrait sauver la boite. Il m'en a laissé la gestion durant tout ce temps.

C'est dire si j'ai du boulot ! Là c'est pire que tout. Je vis au travail, je rentre à des heures pas possibles et je pars à des heures encore moins imaginable. Mais bon après avec le salaire que je me fais je peux épargner beaucoup, d'autant que mis à part les courses pour la petite, je ne participe à rien dans la maison. C'est Omar qui fait tout depuis son expédition de mariage, je campe sur mes position et je n'en démord pas ! De toutes les façons ce n'est pas comme si il n'avait pas les moyens !

Un soir que je rentre super tard du boulot et je dois finir un dossier super important, mon ordi me lâche. Du coup, je décide d'emprunter celui d'Omar il n'est pas là comme d'hab j'ai envie de dire !

Bref j'emprunte son ordi et j'ai la chance qu'il l’a laissé allumer car je n'ai pas son code.
Bref je boucle mon dossier....

La curiosité me pique et je vais faire un tour dans son msn (à l'époque). Je n'y vois rien de suspect mais je continue quand même mon inspection.

Je lis ses mails, la plupart parle de boulot. Dans tout ça, je tombe sur une conversation entre lui et Amayel qui date de quelques jours seulement. Conversation que je me serais bien gardé de lire !

Celle-ci commence comme ça :

Amayel : « Cette nuit avec toi m'as fait beaucoup de bien. Tu sais réellement trouver les mots qu'il faut pour m'apaiser et j'espère qu'un jour tu pourras me pardonner de tous le mal que je t'ai fait ne serait-ce que pour notre fils ! »

Qui cherche trouve, Qui trouve assume.....


Du même contributeur, Bisse


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Regardez
Seytoo.Africa
Actualités
Vous



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.