person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Nadège... un coeur brisé, par Bessy - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Nadège... un coeur brisé

Chronique

A ce moment Nady n’eut juste qu’une seule envie, celle de descendre et crever les pneus de la voiture de Bra ! Taguer sa voiture des pires insultes qui lui passeraient par la tête et casser ses vitres avant de sonner chez Diarra et y créer un scandale pas possible...

Publié le 03 août 2020, Bessy

Par cet après midi ensoleillé, trois jolies jeunes filles discutaient bruyamment en longeant l’une des petites ruelles du quartier qui menait au salon de coiffure tant prisé par la gent féminine de la cité. Sur la route elles croisèrent un groupe de jeunes hommes à qui elles saluèrent avant de poursuivre leur chemin et entrer quelques minutes plus tard dans un salon de beauté où elles furent accueillies comme des célébrités.

- UNE COIFFEUSE, accourant vers le groupe de jeunes filles : Mes chéries ! Vous vous êtes faites rares ces temps ci !! « Namona lène » !
- L’UNE DES JEUNES FILLES : « Ey yow, khamga rek », nous étions tellement prises par les cours !
- LA COIFFEUSE, désignant des sièges tout en les invitant à s’asseoir : « Waw naka cours yi nak », pas trop dur j’espère? Prenez place, vous avez de la chance des sièges viennent de se libérer à l’instant même !
- LA JEUNE FILLE, s’installant sur son siège en même temps que ses amies, se mit à balayer du regard la grande pièce remplie de clients : Ah nous tombons à pic alors ! Les études se passent bien, on s’accroche « rek ! Waaw tey dé am guène clients, li yeepp si Tabaski bi » ?
- LA COIFFEUSE, affichant un sourire de satisfaction : « Guiss gua dé », les femmes préparent hâtivement la fête, nous enchaînons les clients depuis sept heures du matin aujourd’hui et ça risque d’être ainsi jusqu'à demain matin !
- NADY, se tournant vers la coiffeuse: « Eyway Penda li meti na dé », et vous dans tout ça ? Qui s’occupe de vous ?
- PENDA, haussant les épaules : Ah c’est le risque du métier tu sais, mais nous prévoyons tout cela à l’avance ! « Waaw tey nak yennay sama reines du jour, lo lenn beug ma defaral lenn » ? Toi Cassandra si tu me répètes une fois de plus que tu veux ton éternelle queue de cheval je t’assommerai avec ma brosse (elle joignit le geste à la parole en brandissant une petite brosse)
- CASSANDRA (vous vous souvenez, la cousine de Nady qui était présente au lounge le jour du fameux baiser), d’un air amusé : « Eyway » ne me fais pas ca ! Tu sais bien que j’ai mes classiques Penda !
- PENDA, réfléchissant tout en passant ses doigts dans l’épaisse chevelure bouclée de Cassandra : Des tresses américaines t’iraient à merveille !!
- CASSANDRA, la moue dubitative : Ah « bakna daal », tu sais que j’ai confiance en toi !
- PENDA, observant le reflet de Cassandra à travers le miroir qui faisait face à son siège, la gratifia de son plus joli sourire tout en lui faisant un clin d’œil : Tu fais bien ma belle ! Tu ne le regrettera pas !
- NADY, passant ses doigts dans sa longue cascade de boucles brunes tout en balançant sa tête en arrière, jeta à Amsatou un regard moqueur : Pour moi ce sera un brushing !
- AMSATOU (meilleure amie de Nady, qui était également présente au lounge avec Cassandra ce jour là) : « Moo ! Kholko mouy doser ! ! Faléoumala miss » !
- NADY, taquine tout en lui tirant la langue : Avoue que tu en rêve hein !
- AMSATOU, ironique : Bien sûr, c’est ca… « Waaw » Nady t’as vu comment Thierno t’as regardé tout à l’heure ? « Aaah lii dé dou diam », tu sais qu’il ne t’as toujours pas oubliée?
- NADY, détournant le regard et changeant rapidement d’expression : « Na ma mey sama diam », en tout cas moi je l’ai oublié, en ce moment mon unique soucis est Brahim.
- CASSANDRA : « Waw yow Nady ya gui mey beug diakhal », Bra ne t’as pas clairement dit qu’il était amoureux de Diarra et qu’il n’en aimait pas une autre ? « Amal touti diom nak » !
- NADY, d’un air détaché : Ce n’est as mon problème, il s’est moqué de moi et il va me le payer !
- AMSATOU, poussant un cri de stupéfaction : « Aaah yow Nady » qu’est ce qui t’arrives ? Depuis quand es tu devenue ainsi ? Je ne te savais pas aussi rancunière et chipie ! En plus faire ça à Diarra, qui est presque comme ta sœur ? « Han lii deug la » ? Je te conseille d’oublier tout de suite cette idée car elle est tout sauf ingénieuse ! !
- NADY, affichant une mine hautaine: Ce problème ne concerne pas Diarra à ce que je sache ? C’est entre Bra et moi !
- CASSANDRA, fronçant les sourcils : Si ça la concerne car c’est la copine de Bra !
- AMSATOU : Cette fille est adorable, elle ne mérite pas ça ! Même Bra « sakh togn nako, kou am » une copine aussi vertueuse et gentille qu’il « daw ba fatt » !!
- NADY, ressentant une pointe de jalousie : Basta ! Je ferai ce que j’ai à faire et vous ne m’en empêcherez pas !
- CASSANDRA : En tout cas je ne te laisserai pas faire pareille chose ! « Ey gatch bi gua si nara diel » !!
- NADY, silencieuse pendant un moment, reprit : J’aimerais bien vous y voir vous deux !! Voir l’homme que vous aimez d’un amour sincère avec qui vous avez partagé tant de souvenirs, que vous connaissez par cœur, voir cet homme se moquer de vos propres sentiments...

Elle marqua une courte pause, pensive, elle ressentait l’émotion monter en elle, elle ne pouvait s’empêcher de se remémorer ce jour où Bra l’a regardé droit dans les yeux et lui a dit qu’il était juste avec elle car « il était prit d’un moment de faiblesse » soit disant, alors qu’elle y croyait vraiment et était prête à tout lui donner ! Et OUI elle était juste follement amoureuse de lui ! Mais lui s’en moquait apparemment car tout ce qui l’intéressait était Diarra… Elle sentit alors comme un poignard se planter jusqu’au plus profond son cœur, elle hocha la tête et refoula ses émotions, et afficha à nouveau un air très hautain...

- NADY : C’est facile de commenter sans savoir réellement tout ce qui se passe à l’intérieur (elle posa sa main sur sa poitrine). Je l’aime toujours moi, j’aimerai bien le balayer, l’effacer de mon esprit mais c’est juste plus fort que moi, je l’aime toujours, et lui en aime une autre ! (Elle baissait maintenant sa tête pour cacher sa tristesse)
- AMSATOU, culpabilisant, prit la main de Nady : « Ey yow » ma chérie je ne savais pas que tu t’étais tant attachée à lui, tu ne nous as rien dit toi aussi ! « So amé lou la méti » il faut nous en parler, on est là pour ça aussi tu sais !
- NADY : Est ce que vous auriez compris ?
- CASSANDRA, l’air compatissant : Massa ma jolie, mais il ne faut pas laisser une déception te changer, surtout dans un sens négatif, il ne faut pas faire des choses que tu risquerais de regretter dans le futur. Efforce toi d’accepter les choses comme elles viennent, même si ce n’est pas facile, tu y arriveras Inch Allah !
- NADY, pensive : Je vais essayer mais je ne vous garantis rien
- CASSANDRA : Imagine si Thierno te faisait la même chose et entreprenait de pourrir toutes tes relations juste par ce que tu l’as largué?
- NADY, un brin agacée: Mais Tier et moi ce n’est pas la même chose !
- CASSANDRA : Il aurait pu te mettre des bâtons dans les roues tu sais ! Mais il a accepté et même s’il semble être toujours amoureux de toi, il te laisse vivre ta life et puis basta !
- NADY, haussant les épaules : Je ne sais pas…

Les filles continuèrent à discuter et changèrent de sujet. Vers les coups de dix huit heures elles étaient toutes trois prêtes et leurs coiffures rivalisaient de beauté et de créativité. C’est après avoir remercié et félicité les coiffeuses qu’elles ressortirent du salon, toutes joyeuses, ce qui les rendait encore plus resplendissantes ! Elles avançaient gaiement et discutaient des faits divers ayant marqué leur semaine avant de passer devant la villa où habitait Diarra, qui était mitoyenne à celle de Nady. Nady reconnut tout de suite la belle voiture de Brahim qui était garée devant celle ci, elle ressentit une vive jalousie en l’apercevant. Cassandra et Amsatou qui ne l’avaient jamais vue n’y prêtèrent pas attention et poursuivirent leur chemin et se dirigèrent vers la maison de Nady où elles devaient passer la nuit car elles avaient organisé une Pyjama-Party (on est jamais trop grands pour ça !). Elles entrèrent alors chez Nady et cette dernière, ne pouvant maîtriser sa curiosité se rua vers les escaliers pour rejoindre le balcon qui donnait partiellement sur la cour de Diarra, elle pouvait y apercevoir Diarra et Bra qui discutaient dans le jardin. Ils étaient assis sur les sièges de la balançoire que Nady adorait mais qu’elle se surprenait à détester aujourd’hui. Ils se prenaient la main et discutaient tout en riant…

« Ça avait l’air de s’être arrangée entre eux », se disait elle avec un grand pincement au cœur comme elle pensait qu’elle était toujours là à souffrir pendant qu’elle voyait l’élu de son cœur s’amouracher d’une autre qu’elle…

Quelques instants après, Bra se leva de son siège et vint se mettre face à Diarra, il se baissa jusqu’à ce que son visage soit au même niveau de celui de Diarra et il la regarda longuement avant de se mettre à l’embrasser. Cette scène fit tressaillir Nady, elle voulut tout de suite quitter le balcon car elle sentait ses larmes qui coulaient maintenant sur ses joues qu’elle essuyait machinalement avant que quelqu’un ne la surprenne dans cet état ! Mais c’était sans compter l’enthousiasme de ses deux amies qui vinrent se joindre à elle non sans vacarme !

- AMSATOU : « Nady yow bayil khol lou khew keur djambour » !

Nady, le visage triste et larmoyant, passa un doigt sur ses lèvres afin de demander le silence à son amie, mais Bra attirée par le bruit, se retourna vers elle, suivie de Diarra.

- CASSANDRA, ne prêtant pas attention au signe de Nady, s’écria : « lane la yow », tu pleures ?

Complètement déboussolée et honteuse à l’idée que Bra aie pu entendre qu’elle pleurait après les avoir longuement épiés et qu’il aie pu constater par lui même tout le mal qu’il lui avait causée, ce qu’elle a voulu jusque là cacher sous son faux dédain qu’elle s’efforçait à afficher. Car cette attitude lui servait juste à masquer sa profonde déception et paraître forte. Elle se contenta de répondre d’un ton faussement joyeux « mais non, je ne pleure pas ! », tout en se dirigeant d’un pas pressé vers la porte qui menait au salon. Cassandra et Amsatou aperçurent à leur tour Diarra et Bra qu’elles saluèrent rapidement avant de rejoindre leur amie qui se lavait le visage dans la salle de bains.

- AMSATOU, adossée au cadre de la porte de la salle de bains : Désolé j’ai encore fait une bourde !
- NADY, se retournant vers elle et essayant d’afficher une mine joyeuse: Ce n’est pas grave Amsatou.

Elle quittait maintenant la salle de bain et en passant la porte, Amsatou passa son bras autour de ses épaules pour la réconforter, ce qui fit remonter toutes les émotions de Nady qui se mettait maintenant à pleurer vraiment, à chaudes larmes, comme un bébé, dans les bras de son amie qui affichait une mine très déconcertée comme elle ne l’avait jamais vue dans cet état auparavant. Nady, qui habituellement est si taquine et pleine d’entrain!

- AMSATOU, lui caressant la chevelure : Ce n’est rien ma belle, ça va passer..
- NADY, en sanglots : C’est trop dur de les voir ensemble Satou !

Elles furent bientôt jointes par Cassandra qui tapotait doucement l’épaule de sa cousine pour la calmer

- CASSANDRA : Ça va passer ma jolie, c’est dur mais ce n’est que pour un moment…

A ce moment Nady n’eut juste qu’une seule envie, celle de descendre et crever les pneus de la voiture de Bra ! Taguer sa voiture des pires insultes qui lui passeraient par la tête et casser ses vitres avant de sonner chez Diarra et y créer un scandale pas possible... Mais elle ne pouvait pas, elle n'était tout simplement pas ce genre de fille et n’a pas été éduquée de la sorte. Même elle qui disait qu’elle allait saboter la relation de Diarra et de Bra quand elle était au salon il y a quelques minutes, en affichant une mine hautaine qui était d’ailleurs aux antipodes de sa douce personnalité, réalisait qu’elle serait incapable de faire pareille chose car on lui a toujours inculqué le respect de l’autre « ak yénné niit lou Bakh ». Donc même si elle venait à détester son amour Bra, elle est dans la totale incapacité de lui faire du mal et encore moins à Diarra qu’elle estimait énormément et qui n’avait pas à payer les pots cassés. Elle ne pouvait donc qu’être là à supporter son fardeau, jusqu'à ce qu’il disparaisse totalement par la grâce de Dieu… En pensant à son impuissance face à la situation actuelle, Nady redoubla ses sanglots, mais ses amies étaient là pour s’occuper d’elle, la soutenir et la réconforter..


Du même contributeur, Bessy


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.