person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Nadège... Entre Diarra et Bra, par Bessy - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Nadège... Entre Diarra et Bra

Chronique

Elle fut bien heureuse de savoir que ce sentiment était partagé, elle avoua les siens à Bra et ainsi commença le début d’une belle relation entre « le financier et l’artiste » comme les appelaient amicalement Assane.

Publié le 17 juillet 2020, Bessy

Une jolie silhouette avançait d’un pas bien pressé dans l’une des rues principales de Toronto par cet après midi pluvieux et très frais qui annonçait la fin de l’automne qui allait laisser place au glacial hiver que tous les habitants de la ville redoutaient pour ses températures extrêmement basses.

Elle bifurqua subitement dans une petite ruelle et s’introduisit dans une très bel immeuble en briques rouges qui a été très récemment rénové, c’est donc avec un grand soulagement qu’elle ouvrit la porte qui lui permettait de s’abriter du vent de l’extérieur.

Elle essuya sur le pallier ses bottes trempées par la chaussée encore humide bien que la pluie aie cessée depuis un moment tout en retirant la capuche de sa doudoune, laissant découvrir de fines et jolies locks mi longues parfaitement entretenues, dont certaines étaient décorées de perles argentées. En l’observant de plus prés on pouvait remarquer la finesse de ses traits ainsi que ses beaux et grands yeux en amandes qui illuminaient son visage d’un teint noir d’ébène uni et lisse qui mettait en valeur tous les vêtements colorés qu’elle mettait ainsi que les bijoux qu’elle pouvait porter.
Elle ôta ses écouteurs et monta les escaliers quatre à quatre pour arriver plus vite au deuxième étage car elle était déjà très en retard.

D’harmonieux accords de guitare s’échappaient de la porte du deuxième, accompagnés d’une belle voie mélodieuse, la jeune fille écouta pendant un moment la jolie chanson qui résonnait à travers la porte tout en secouant la tête et en tapant le sol du pied au rythme de la ballade, quelques instants après elle se décida enfin à frapper à la porte qu’une belle asiatique ouvrit en lançant , l’air interrogateur :

- Diarra ca fait une demie heure que je t’attends, tu as duré à la galerie d’Art!

DIARRA : Sorry Midori mais j’étais retenue par l’exposant lui même qui tenait à m’expliquer sa technique de peinture, je ne m’attendais d’ailleurs pas à ce qu’il soit aussi jeune !

MIDORI, un brin taquine et faisant la bise à son amie tout en la laissant entrer dans le studio: C’est cela oui, dis plutôt qu’il voulait ton numéro !

DIARRA, accrochant sa doudoune sur l’original porte manteau en forme d’arbre : Alors il pouvait attendre car je ne le lui aurais jamais donné, tu me connais bien miss ! ! {Elle rentra maintenant dans la pièce qu’elle balayait du regard} J’ai entendu la voix de Fanta, elle est arrivée ?

MIDORI, retournant vers la kitchenette verifier l’état du plat japonais qui mijotait au feu et qu’elle avait cuisiné spécialement pour ses deux meilleures amies, tout en désignant la salle de bains du doigt : Elle doit etre en train de se laver les mains !
Diarra lui proposa alors son aide qu’elle ne refusa pas du tout et quelques minutes plus tard, elles étaient rejointes par l’espiègle Fanta.

FANTA : Yow Diarra on t’attends depuis tout à l’heure lo done def ?

MIDORI : Bayi ko fofou rek {avec un léger accent asiatique qui la rendait terriblement amusante}, elle s’est fait un nouveau chéri ! Assures toi que ca atterrira dans les oreilles de Bra !

FANTA : ah légui quand le chat n’est pas les souris dansent, han ? Waaw lolou mo takh Mimi {petit surnom de Midori} et moi avons composé une nouvelle chanson sans toi !

DIARRA gaiement :Yow boul deglou Midori mii ! Oui je vous ai entendues c’était très nice mais nak il manquait ma voix pour que ca soit encore plus beau, dit elle en tirant la langue à ses deux amies qui recommencèrent à la taquiner à propos du jeune peintre qui a causé son retard : en effet Diarra, qui est indéniablement très belle, se faisait très souvent aborder car elle était toujours très souriante et les jeunes hommes appréciaient sa joie de vivre ! Cependant, aussi souriante et communicative qu’elle pouvait l’être, elle avait beaucoup de caractère car elle a hérité d’une éducation reposant sur des valeurs morales à respecter et aussi parce qu’elle n’avait d’yeux que pour son Bra ! Ainsi elle repoussait systématiquement les hommes de divers origines qui s’intéressaient à elle.

FANTA : Waaw Bra lui aussi demna rek faté gnou, ca fait un moment que je n’ai pas eu de ses nouvelles !

DIARRA, jouant avec une de ses locks : Il va bien, khamga rek ce n’est pas facile pour lui, il est pris par le boulot

MIMI, roulant des yeux et tapant des mains : Layilaaaa Kholal mou key défendre ! Khamna tu exploses ton forfait à l’appeler tous les jours !

FANTA éclatant de rire : Midori tu me tues, t’es une sénégalaise dans une corps de japonaise !

Elles échangèrent toutes un regard complice et éclatèrent de rire, en effet Midori, fille de diplomate Japonais, à passé toute son enfance et son adolescence au Sénégal, ce qui lui à permis de se lier d’amitié avec Diarra qui était sa voisine de table en CE1 : il se trouvait qu’elle avaient la même passion pour les mangas, les dessins et l’art, elles furent donc comme deux sœurs jumelles depuis leurs plus jeune âge, ce qui leur valut le surnom des « inséparables » donné affectueusement à ces dernières par le père de Diarra.

FANTA, s’adressant à Diarra reprit : En tout cas You’re deeply in love girl !

DIARRA souriant : Je l’ai eu au téléphone il n’y a pas très longtemps et il vous salue tous, d’ailleurs je ne vous ai pas dit, il a un frère qui fait du slam, cool non ?Il m’a d’ailleurs envoyé un de ses enregistrements, je vous ferai écouter il est super doué ! Et j’ai sympathisé avec sa sœur aussi, elle est adorable, on discute souvent sur skype !

FANTA, applaudissant : haaaaaaaaaaaan belle sœur ak beau frère wayyy, khalébilé ya am maana ! !En tout cas dé may donne sa demoiselle d’honneur au mariage !

MIMI, les mains sur la taille et remuant la tête : Mane nak mane guène di toudè sène taaw, mouy goor wala djigène, Midori ley toudou par force !Mala wakh liii, n’oublies pas que c’est grâce à moi que vous vous êtes connus ! !

DIARRA , dans un éclat de rire : mouyéneum yow diamalma, et les pensées de Diarra voyagèrent trois ans plus tôt pour se rappeler le jour où elle avait rencontré pour la première fois Bra.

Cet après midi là elle et Midori sortaient de la bibliothèque de la prestigieuse école de stylisme et d’arts graphiques où elles étaient inscrites, et comme le faisait souvent Assane, le fiancé de Midori, il était venu la chercher mais cette fois ci il était accompagné d’un grand et beau jeune homme qui était son meilleur ami et promotionnaire car il voulait lui présenter Midori.
Diarra est tombée sous le charme dés qu’elle l’a vu ! Elle a ressenti quelque chose d’inexplicable qu’elle n’était elle même pas en mesure de comprendre à l’instant même, elle était comme inhibée ! Mais elle luttait pour ne pas laisser paraître ce sentiment de flottement là!

Elle n’avait jamais expérimenté ce sentiment à l’égard d’un homme de toute sa vie et lorsque Bra lui serra la main, elle faillit vaciller tellement elle ne sentait plus ses jambes, elle était comme sur un nuage,c’était assez étrange comme sensation pour une fille comme elle qui avait une certaine maîtrise de ses sentiments, elle était comme soustraite au monde l’entourant pendant un court moment, électrisée par la main de cet inconnu, foudroyée par son charmant sourire qui en disait long sur sa gentilesse et sa générosité, sa voix virile était pour elle comme une belle mélodie et elle était transpercée par cette lueur bienfaisante dans ses yeux qui reflétait un espoir en un sentiment nouveau qui naissait en lui, ce fut la voix de Midori qui la sortit de ce rêve éveillé qu’elle faisait, apparemment ca faisait un moment qu’elle lui posait une question

- « Et toi, tu es partante pour un cinoche ? » Lui demanda t elle , la regardant d’un air enjoué comprenant tout de suite tout l’effet que faisait cet inconnu sur sa sœur de cœur, qu’elle n’avait jamais vu dans cet état là, même lorqu’elle avait une grande inspiration ou qu’elle était concentrée dans la réalisation d’une œuvre, non c’était la première fois qu’elle voyait son amie comme ca !

Sur le la route pour le cinéma, Midori abandonna intentionnellement son amie et gambadait joyeusement aux cotés de son Assane, laissant Diarra et cette nouvelle connaissance derrière elle, se retournant de temps en temps pour jeter un coup d’œil curieux à son amie tout en faisant bouger ses sourcils avec son sourire taquin comme elle savait si bien le faire, cela sans que Brahim la voie.

Bra quand à lui, gardait le silence, mais jetait souvent des coups d’œil à Diarra tout en souriant et en hochant la tête.
Une fois au cinéma, il avait pris le soin de s’asseoir à ses cotés mais Diarra, jouant aux grandes indifférentes, ne parlait qu’à son amie Midori qui se trouvait à sa droite, ignorant totalement Bra. Ce dernier, au milieu du film, tentant d’établir une communication avec elle, osa lui jeter une poignée de pop corn et se rétracta aussitôt, comme s’il n’était pas l’auteur de ce geste, , un sourire au lèvres, qu’il tenta aussitôt de dissimuler par un air très sérieux, ce qui fit éclater de rire Diarra, suivi de Bra qui était heureux de voir la glace se briser entre eux deux, elle porta alors des yeux vers lui et rencontra son beau regard, elle en eu le souffle coupé et se retourna immédiatement.

A la fin du film, ils se quittèrent en se disant au revoir, rien de plus, mais chacun repartant avec lui avec un sentiment nouveau qu’il n’avait ni ressenti la veille, ni le matin même…Non, ce sentiment était né en ce début de soirée, et Diarra passa une semaine sans nouvelle de Bra, mais ce sentiment qu’elle avait en elle était resté intact, et lui faisait même décupler ses capacités créatives et artistiques, en effet elle était très inspirée pendant cette semaine et réalisa même ses plus beaux dessins, modèles et croquis, Midori se moquait d’elle en lui disant que c’était l’amour qui lui donnait cet élan créatif, elle ne répondit pas car ce qu’elle disait semblait vrai.

Et un beau soir Bra lui envoya un sms lui disant qu’il souhaitait la revoir, ce qu’elle ne refusa pas, contrairement à ses habitudes et le jour de leur premier rendez vous Bra lui avoua les sentiments qui l’avaient emparés dés qu’il avait pour la première fois posé ses yeux sur elle et ce besoin de la voir encore, et encore, et encore qu’elle avait créé en lui, il ne pensait qu’à elle ! Elle fut bien heureuse de savoir que ce sentiment était partagé, elle avoua les siens à Bra et ainsi commença le début d’une belle relation entre « le financier et l’artiste » comme les appelaient amicalement Assane.

En pensant à tout cela, Diarra se dit qu’elle faisait le bon choix en décidant de rentrer au pays car non seulement elle allait retrouver sa très chère famille qui lui avait énormément manqué, mais elle allait commencer une carrière prometteuse car elle avait également pour ambition de développer sa ligne de vêtements dans son pays, dont elle avait remarqué l’engouement de ses compatriotes pour la mode et elle avait un concept costaud et de bons partenaires qui l’aideraient à se développer, mais surtout beaucoup d’ambition, et pour couronner le tout, elle allait retrouver l’élu de son cœur ! !


Du même contributeur, Bessy


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.