person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Qu'a décidé Anna du cas Assane ? (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Qu'a décidé Anna du cas Assane ? (La chronique d’Alima)

Chronique

Il ne m’avait toujours rien dit de son passé, mais, je lui laisserais le temps qu’il faudra pour venir à moi avoir assez confiance, pour tout me confier.

Publié le 21 mars 2020, Alima

Lui pardonner c’est tout ce que je veux. Parce que ce que je lis dans ses yeux, c’est de la sincérité. Ce que je vois, c’est de l’amour. Mais alors qu’y a t’il, pourquoi m’a-t-il fait ça, pourquoi ?
Mais je l’aime. Je suis désolée, mais c’est plus fort que moi. Je l’ai dans la peau. Je pourrais tout lui pardonner. Il ne l’a pas fait exprès non plus. Il peut être grognon et tout, mais n’est ce pas de ma faute en partie ?

Si je ne m’étais pas conduite de la sorte, tout ceci ne ce serait pas passé. Il est vraiment sincère, je sais qu’il m’aime.

Qu’auriez vous fait à ma place ?

L’auriez vous laisser partir, ne lui auriez vous pas pardonner ?
Peut être que vous vous dites que ça ne tourne pas rond, mais je l’aime et je sais qu’il m’aime.

Il m’a fait peur, oui je le reconnais. Mais je ne l’ai jamais vu ainsi, et même ses amis ne savent pas cela de lui. Pourquoi ne pas lui pardonner. Je le voyais avec ses larmes et je ne supportais pas.
« Mon amour, je ne veux pas te voir ainsi » me disais-je dans ma tête.

- ASSANE : excuse-moi s’il te plaît
- MOI : je suis fatiguée, tu es allé trop loin cette fois. Pourquoi tu me blesses autant ?
- ASSANE : ne dis pas ça...je t’aime.
- MOI : c’est de l’amour ça ? Quand on aime on ne brutalise pas Assane.
- ASSANE : ne me laisse pas, je ne peux plus vivre sans toi. Je t’aime, accorde moi une chance rien qu’une.
-MOI :Assane tu m’as fait peur !

Là il a fuit mon regard et disait comme pour lui-même.

« Si seulement, je pouvais effacer tout cela »

Je m’accordais une chance, une chance surtout, parce que moi non plus je ne peux vivre sans lui, je l’aime.

- MOI : lève toi, s’il te plaît
- ASSANE : Pas avant que tu ne me pardonnes.
- MOI : Wa assane arrête aussi, pleurer c’est abusé non.

« Tayoumako » (c’est plus fort que moi)… Je lui ai fait un bisou sur le nez, je sais je faiblis. Mais je ne peux plus résister je le veux, je lui pardonnerais tout parce qu’il est celui que j’aime.

- MOI : « ya ngui may dioylo sakh » (arrêtes de me faire pleurer), lol.
- ASSANE : Anna, je suis sérieux. Ce n’est pas drôle.
- MOI : mais lève toi d’abord, avant que quelqu’un ne revienne ici.
- ASSANE : je m’en fous.
- MOI : lol « mak bou tol ni yow di dioye » (un grand gaillard comme toi, tu pleures)!
- ASSANE : « mak sou dioyé rek dafa fek ni diar nako ». (C’est parce que tu en vaux la peine). Je t’aime, je t’aime, je t’aime.
- MOI : je t’aime aussi.

Il m’a alors attiré à lui...

- ASSANE : un bisou…
- MOI : hey « boul ma indil probléme » (n’en rajoute pas), mdrrr attend que j’ouvre la porte, déjà que ma réputation est chaotique….

Il s’est mis à me taquiner puis m’a alors fixé un instant : ou plutôt mon cou et j’ai instinctivement porté ma main à mon cou. Je me suis furtivement dégagée. C’était plus par pure réflexe qu’autre chose.

- ASSANE : Anna, tu as peur de moi ?

Je ne sais même pas…

- MOI : quoi, nooon...

Il a touché mon foulard, l’a délicatement détaché. J’étais toute crispée, mais je l’ai laissé faire. Il me caressait des doigts puis des larmes ont encore commencé à perler. Lui aussi qu’il arrête ça parce que ça me tue de le voir ainsi. Je me sens presque coupable de voir autant de larmes dans les yeux d’un homme.

Depuis quand vous pleurez vous les hommes ?

- MOI : mdrr Assane arrête aussi
- ASSANE : ce n’est pas drôle. Tu sais, je ne sais même pas comment j’ai pu faire pareille chose.
- MOI : bébé si tu continues comme ça, ça risque d’être encore plus difficile pour moi.
- ASSANE :Anna "balma akh" (je te demande pardon)
- MOI : je vais te chercher à boire, parce que tu t’es sûrement déshydraté, lol.
- ASSANE : vas-y moque toi ! c’est bon merci.

Pardonnez moi, ne vous en déplaise, je l’aime, il est ce que je veux.

- ASSANE : tu ne veux pas qu’on sorte un peu, j’ai envie de te gâter.
- MOI : hmmm bébé faut m’étriper plus souvent, lol.

Son visage s’est crispé un moment, pas drôle du tout à ce que je vois.

- MOI : pardon c’était juste pour blaguer.

Bouger… après la nuit d’hier je n’ai pas envie non

- MOI : on remet ça un autre jour je n’avais pas prévu de sortir, je ne me sens pas trop bien.

Ça m’a rendue un peu triste de le voir si résigné, mais c’était trop tôt.

- ASSANE : Ok, comme tu veux.
- MOI : je suis désolée.

La vérité, j’avais un peu peur, il a l’air de regretter, mais et si cela se reproduit ? Je l’aime mais à quel prix. Ce n’est pas facile, de tourner la page quand on aime vraiment une personne. Assane regrette, il a besoin de moi et je ne veux pas l’abandonner. Il ne m’avait toujours rien dit de son passé, mais, je lui laisserais le temps qu’il faudra pour venir à moi avoir assez confiance, pour tout me confier.

Tout allait pour le mieux maintenant, nous étions comme un nouveau couple. Assane répondait à mes moindres désirs. Il passait fréquemment à la maison, j’avais presque arrêté les sorties, peut être parce que je n’aimais plus… En tout cas c’était un Assane beaucoup plus doux, plus attentionné. Un jour alors qu’il était à la maison, il a enfin rencontré Cheikh, et c’était carrément fortuit.

- MOI : enfin, mes deux hommes se retrouvent lol, bébé c’est lui Cheikh, mon ami, mon frère. Cheikh voici la raison de mon bonheur, Assane.

Cheikh avec un sourire moqueur.

- CHEIKH : bonjour la raison du bonheur !
- ASSANE : bonjour, l’ami et le frère !

C’est qu’ils sont cons nak...


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.