menu
search
EN
Life
Réussite
Africa
Vidéos
Chroniques
News

Chronique

Qu'a voulu dire Cheikh à Anna ? (La chronique d’Alima)

Publié le 24 mars 2020, Alima

L’ambiance était bien. Malgré moi, je l’aime bien Mame Fatim. Elle est timide et joviale à la fois. C’est agréable de discuter avec elle, au point que je ne voyais plus l’heure filer.

Sa réponse m’a fait froid dans le dos, ça veut dire quoi ? Il n’avait pas confiance en Madou, et cette fois encore il n’a pas confiance en Assane. Mais en qui pourrait-il avoir confiance encore ? « ki daf soff nak » (il exagère des fois)

- MOI : et pourquoi me dirais tu ça ? Il a l’air d’un drogué ?
- CHEIKH : « hé défal ndank » (attend) tu vois, c’est pour te montrer que mon opinion ne compte pas. Ecoute, le plus important est que tu l’aimes et s’il t’aime lui aussi, pour moi il n’y a aucun problème. Parce que dans le cas contraire ma réponse reste la même, je le tue !

OUF... pendant une seconde j’ai vraiment cru qu’il allait me dire « wakhnala teyal » (faits attention blablabla). Si je lui avais parlé de l’incident avec ASSANE…
Hummm... je n’ose même pas y penser, ceci reste un secret.
Que ferais-je sans lui. Il fut un temps où je désespérais vraiment de croire en l’amitié. Et lui chaque jour me prouve qu’elle existe.

Je l’ai pris dans mes bras, je l’ai serré fort, fort. Je me sentais tellement bien avec lui, en sécurité, une totale confiance en lui. J’étais tout simplement bien comme ça… et trop même. Cheikh s’est dégagé de mon étreinte, alors que je m’endormais presque, lol.

- CHEIKH : faut que j’y aille, je dois passer chez moi pour ensuite aller chercher Mame Fatim.
- MOI : lol, « thiey Mame Fatim, fim la kep » (t’es accro dis moi !)
- CHEIKH : lol, non, même pas juste que c’est une fille bien, respectueuse, calme et toujours souriante.

Je ressentais quelques picotements, jalousie ? Il lui fait tout le temps des éloges.

- MOI : et tu dis que tu n’es pas accro.
- CHEIKH : Si c’était le cas, je ne te le cacherais pas.

Assane, est ce qu’il parle de moi de la sorte à ses amis ? Une fille bien… dans le fond je ne suis pas mauvaise aussi. Respectueuse, je ne suis pas mal élevée non plus. Calme, oui je reconnais je ne le suis pas du tout. Souriante, je ne suis pas du tout du genre la mine renfrognée, plutôt taquine je suis. J’aimerais bien qu’Assane pense tout ceci de moi. J’étais pendant quelques secondes dans mes pensées.

- CHEIKH : ce qu’on va faire, tu viens avec moi comme ça t’aura l’occasion de la rencontrer de visu. Et tu me diras, comment tu la trouves.
- MOI : quoi, non je ne vais pas tenir la chandelle. Tu me la présentes une autre fois, en plus j’ai déjà dis à ASSANE que je ne sortais pas.
- CHEIKH : mais tu ne sors pas tu es juste avec moi. C’est pour te présenter à Mame.
- MOI : sheuut laisse pour une autre fois c’est mieux.

Cheikh qui me regarde avec insistance.

- CHEIKH : tu as changé… où est Anna la fêtarde ?
- MOI : lol, « dou ya ma wakh ma yam » (c’est bien toi qui m’a ordonné de rester tranquille). Mais sérieux je n’aime plus toutes ces sorties.
- CHEIKH : hum... Je vois…. Donc demain soir ?
- MOI : peux pas... je dois diner avec Assane. Te presse pas je vais la terroriser, je te dis pas !
- CHEIKH : elle est tellement adorable, que tu vas flancher, lol.
- MOI : lol on verra… bon ce qu’on va faire, tu nous invites pour un verre vers 18 h et 20h tu me ramènes. Assane doit passer vers les coups de 20h30, 21h
- CHEIKH : oui chef, tu vois quand tu veux ! Bon j’y vais avant qu’on ne me tire les oreilles.

Bizarre je suis à la fois contente pour lui et jalouse.

- MOI : j’ai hâte de rencontrer la jolie Mame Fatim.

Je m’étais super bien préparée pour la rencontre, très satisfaite de l’image que me donnait le miroir.

A l’intérieure de la cafète, Cheikh n’est pas difficile à repérer du tout par sa taille. Et il y avait Mame Fatim plus belle que sur les photos. De teint noir, le sourire aux lèvres, juste naturellement belle. Ils forment un très joli couple et me voilà, qui ressens encore ce petit pincement au cœur. Cheikh m’aperçoit et me fait signe. Mame Fatim me gratifie d’un joli sourire qui m’énerve, tchip. Elle a un visage angélique. Cheikh s’est levé, elle aussi en a fait de même...

- MOI : enfin je rencontre ma chérie ! (que dire d’autre)

Elle me gratifie d’un sourire timide.

-MAME : Anna ça va (et me fait la bise)
- MOI : je vais bien et toi ?
- MAME : très bien merci, désolée pour le dérangement, CHEIKH « dafa sonelé dé » (il est embêtant)

« Lo ci kham » (qu’est ce que t’en sait), ish...

Bon, je vous dis sincèrement ce que j’ai ressenti, quand je l’ai aperçu rien de moins que de la jalousie. Elle est jolie, a l’air gentille, en effet comme je le redoutais. Elle est très à l’aise, elle a l’air d’une personne entière. J’étais d’autant plus heureuse pour Cheikh que j’étais jalouse de Mame Fatim.

Je ne suis pas un peu méchante ? Je ne suis pas comme ça avec les gens qui me sont proches d’habitudes.

Cheikh ne participait presque pas à la discussion, il ne faisait que nous regarder. L’ambiance était bien. Malgré moi, je l’aime bien Mame Fatim. Elle est timide et joviale à la fois. C’est agréable de discuter avec elle, au point que je ne voyais plus l’heure filer.

« Tey meu dé » oups ! 20h07 je n’aurais même pas le temps de passer à la maison me changer, Assane ne va pas me trouver là bas, « mer nak ».

- MOI : « layyy » Cheikh il est 20h…
- CHEIKH : et alors ?

« Wa ??? »

- MOI : Je t’avais dit qu’Assane devait passer me chercher à la maison. Chérie ta compagnie est tellement agréable que je n’ai pas vu le temps passer.
- CHEIKH : Dis lui de remettre ça à demain, tu n’arriveras pas à l’heure.

Ça va chez lui, il veut me faire annuler mon rendez-vous.

- MOI : non, non, je l’appelle et comme ça au lieu qu’il vienne me chercher, je le retrouve directe.
- MAME : « ayow » excuse, je suis vraiment désolée.

Non t’inquiète pourtant j’avais dit à Cheikh de ne pas oublier.

- CHEIKH : Sheut Anna !
- MOI : Anna quoi ? Chérie faut que j’y aille

Je m’apprêtais à me lever...

- CHEIKH : hé je te ramène jusque chez toi ?

Est-ce que ça va lui d’un coup ? Même Mame Fatim à relever la tête pour le fixer.

- MOI : je sens une dispute ici, j’y vais.
- CHEIKH : Anna j’ai dit, tu ne bouges pas !





Vous allez apprécier ceci !


▼ Lisez plus sur Chronique

Qtions

« C’est un menteur... Que faire de cet amour ? » (1)

Alima

Encore du jeu de pouvoir entre Alima et son Alph... Le cri d’une célibataire endurcie (21)

Alima

Colère, humiliation, tristesse… Le cri d’une célibataire endurcie (21)

Alima

Les retrouvailles… encore ! Le cri d’une célibataire endurcie (20)

Alima

Pourquoi Alima a-t-il refusé de se marier, malgré tout ? Le cri d’une célibataire endurcie (19)

▼ Nous vous recommandons


▼ S'instruire et S'épanour par Email.





À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.



Facebook

LinkedIn

Twitter

WhatsApp

Pinterest

Email

×