menu
search
EN
Life
Réussite
Africa
Vidéos
Chroniques
News

Chronique

Qu’a voulu faire Diallo d’Alima ? Le cri d’une célibataire endurcie (17)

Publié le 07 février 2021, Alima

Ça devenait trop long finalement, mais à la fin une des deux autres me fait comprendre clairement que s’il ne dépendait que d’elles je serais recrutée, et me remercie.

Me voilà face à trois ravissantes dames, mais l’entretien était du n’importe quoi ! Dans ma tête je me disais, mais elle me connait d’où celle là, on s’est surement rencontré quelque part, on s’est disputé… Je ne comprenais pas pourquoi elle tentait de me mettre des bâtons dans les roues. Dans l’ensemble c’était pas mal, je me débrouillais bien. En plus les deux autres étaient très corrects, je répondais convenablement aux questions. Mais on aurait dit que ça l’a mettait hors d’elle. C’était à un point que les deux autres étaient gênées. C’était devenu une bataille, bien que je ne comprenais pas, là je ne voyais qu’une chose à cet instant sortir de là la tête haute. Dieu merci j’arrivais toujours à répondre aux questions, parce que je m’étais bien renseigner sur la structure et tout… Mais c’étais devenu une bataille entre nous deux, une bataille face à laquelle je devais juste rester digne, à acide, acide et demi « rek ishh ». Ça devenait trop long finalement, mais à la fin une des deux autres me fait comprendre clairement que s’il ne dépendait que d’elles je serais recrutée, et me remercie.

- MOI : Ne vous inquiétez pas j’ai très bien saisi.

Sortie, j’étais là à me demander mais qu’est ce qui c’est passé ? D’où est ce qu’elle me connait, parce que j’étais de plus en plus sure qu’elle me connaissait. Je suis rentrée chez moi et j’appelle DIALLO pour lui faire savoir que j’avais passé l’entretient. Il me demande de raccrocher pour qu’il me rappelle plus tard. Il était allé jusque là bas pour s’enquérir de la situation. Vers 22h il m’appelle pour m’expliquer qu’il avait redouté cela. Qu’il avait spécifié de ne pas dire que j’étais une de ses « protégées ». Il m’a alors dis qu’il était leur supérieur il ya eu une époque et qu’ils avaient eu un différend, et d’après les explications, j’avais bien compris qu’ils étaient sortis ensemble. Mais « lou ci sama yone » (ce n’était pas mon problème). On bavarde quelques instants puis on se dit au revoir. Je raconte l’histoire à mes frères…

- IDY : « Mo gno kham » (c’est leur problème). Ils auraient dû s’estimer heureux de t’avoir dans leur structure.
- SAFI : Hé Idy… on a qu’à sortir l’arsenal « rek » et aller leur trouver là bas… « soff ba dé, mdrrr ! ».

On était là à blaguer sur ça… j’avais même oublié ce qui c’étais passé.

Un jour où j’allais en ville, je l’appelle pour lui dire que je passerais lui dire bonjour, « Ngoor mo ma sonal » (trop fidèle coté relation !). Je ne voulais pas qu’il se dise, « je l’ai aidée, ça n’a pas marché, elle en a terminé ». Chez lui il m’invite à m’asseoir, m’offre un verre (que je ne boirais pas). C’était bizarre quand même, super riche, une super belle maison et toujours célibataire… Nous bavardions de tout et de rien. Il m’avait ensuite clairement expliqué que la dame de l’entretien était son ex. Je lui ai dit que je ne voyais pas le rapport avec moi. J’ai juste vu qu’elle c’est désagréablement comportée avec moi et j’ai sorti mes griffes aussi ! Nous en avons ris. Puis de but en blanc,

- DIALLO : Je n’avais jamais remarqué à quel point tu es belle.

« Wouy… », j’avais juste envie de m’enfuir parce qu’à ce moment, une alarme à sonner dans ma tête.

- MOI : Merci (toute timide)
- DIALLO : S’il te plait, viens t’asseoir à coté de moi.

L’ancienne moi aurait pété un câble et essayer de sortir en trombe, mais je ne sais même pas ce qui m’a fait rester si zen.

- MOI : Non je suis bien là ou je suis, je crois.
- DIALLO : S’il te plait, viens là…

Et il était là à faire la moue, « ma deugueur bop »… (que je suis vraiment têtue !)

- MOI : Non c’est bon.

Heureusement j’avais un livre dans mon sac, je le sors.

- MOI : Justement je dois y aller, je dois rendre ce livre à une amie avant de rentrer.
- DIALLO : Ok, mais je voudrais que tu viennes un autre jour passer la journée… ou même à diner pourquoi pas. Dis moi ce que t’aimerais manger.
- MOI : Pas de problème ça sera un de ces jours. (Pfff !)
- DIALLO : Alors dis-moi ce que tu aimerais, qu’on te prépare.
- MOI : Non je n’ai pas de préférence…
- DIALLO : Qu’est ce qu’il y a tu ne veux pas.
- MOI : Si… bien sûr que je veux. J’y vais « nak »…

A ce stade j’aurais dit tout ce qu’il voulait… ça commençait à se corser. Je me lève, me dirige vers la porte, il s’est levé…. J’ouvre la porte….il me barre la route… referme la porte…à clé….et m’attire vers lui.
Micro…offffff !





Vous allez apprécier ceci !


▼ Lisez plus sur Chronique

Alima

Alima perd encore le contrôle devant son Alph…Le cri d’une célibataire endurcie (23)

Qtions

« C’est un menteur... Que faire de cet amour ? » (1)

Alima

Encore du jeu de pouvoir entre Alima et son Alph... Le cri d’une célibataire endurcie (22)

Alima

Colère, humiliation, tristesse… Le cri d’une célibataire endurcie (21)

Alima

Les retrouvailles… encore ! Le cri d’une célibataire endurcie (20)

▼ Nous vous recommandons


▼ S'instruire et S'épanour par Email.





À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.



Facebook

LinkedIn

Twitter

WhatsApp

Pinterest

Email

×