person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Quelle surprise attend Anna ? (La chronique d’Alima), par Alima - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Quelle surprise attend Anna ? (La chronique d’Alima)

Chronique

Cheikh n’a pas tardé à me rejoindre dans la voiture, je n’osais même pas le regarder, ses questions étaient devenues inévitables.

Publié le 09 avril 2020, Alima

J’ai bien entendu, il me parle de mariage ?

-MADOU : tu sais … je n’ai jamais été loin. J’attendais juste le meilleur moment, et il tardait toujours à arriver. Je ne te mentirais pas, je suis sorti avec d’autre. Mais ça n’a jamais été la même chose. Je me suis d’abords dit que c’était parce que tu me resistais, que tu m’attirais autant. Mais malgré tout ce sentiment est toujours là. Je sais que derrière tes grands airs, tu es quelqu’une de douce, d’aimante ; Alors ce que je voudrais, c’est être l’homme, qui aura le bonheur d’être à tes cotés, ne serait ce que pour te rendre heureuse. Je sais que tu m’apprécies bien, et avec le temps, je suis sûr que tu voudras de moi.

Madou, Madou, Madou qu’est ce que tu me fais ? Je t’apprécie, mais c’est différent de l’amour ça !

-MADOU: tu ne dis rien.
-MOI : C’est que je m’attendais à tout sauf à ça…
-MADOU: lol pourquoi, tu sais bien que je t’ai toujours aimée, bien que tu m’en ais fait voir de toutes les couleurs…

Je sais qu’il m’a aimé, et sincèrement, je sais qu’il est quelqu’un de bien, je sais qu’il saurait me rendre heureuse, et surtout je sais qu’il est temps que je me remarie. Mais que dire, Madou semblait remarquer mon désarroi.

-MADOU : Ne te presse pas, je ne veux pas avoir ta réponse maintenant, prends juste le temps d’y réfléchir.
-MOI : …
-MADOU : Je vais y aller.
-MOI : Déjà ?!
-MADOU : Je t’appellerais, pense à ce que je t’ai dis.
-MOI : ok

Je l’ai raccompagné pour ensuite retourner dans la chambre.
Comment je fais, Madou qui veut faire de moi sa femme ?
Après mon divorce, ce n’est vraiment plus l’idée que je me faisais d’un mariage. Cette fois-ci j’en revenais vraiment à mes rêves de jeunes filles, un mariage d’amour, un mariage dans lequel je serais avec mon époux tout simplement parce que je l’aime d’un amour sincère. Puis après je me suis résigner à rester célibataire, pour ne plus souffrir. Mais je suis une femme, et en dépit de tout ce par quoi je suis passé, je dois me marier, fonder une famille. Depuis Sidy, qui m’a proposé le mariage, qui ? Personne, ce n’est sûrement pas Assane, et s’il me le proposait je m’enfuirais à toute jambe !

Cheikh….pfff lui qui m’a jeté, lui qui m’avoue m’aimer, pour me dire qu’il ne veut pas de moi, celle qu’il veut c’est Mame ; Je suis consciente maintenant, qu’il ne restera qu’un ami, même si dans mon cœur il est le seul.
Il n’y a que lui, Madou. Il est le seul qui m’aime vraiment je le sais maintenant. Madou c’est moi qu’il veut. C’est vrai qu’il m’a toujours respecté, c’est vrai qu’il a toujours fait en sorte de me satisfaire. Pourquoi ne pas accepter, je ne serais pas aussi heureuse, que si j’étais avec Cheikh. Mais cette fois je sais que Je le serais quand, même, Madou est différent de Sidy. En plus je me fais vieille, et n’a-t-on pas l’habitude de dire « marie-toi avec celui qui t’aime » !

Non je ne peux pas, cette fois ce sera différent, bien vrai que j’ai toujours essayé d’être une épouse modèle pour Sidy, je ne sais pas si je le pourrais cette fois ; Je respire cheikh, je dors Cheikh, c’est lui que je veux ! Ça fait mal, ça fait tellement mal, on se dit que plus rien ne peut nous atteindre que c’est fini, qu’on a tout oublié ou même qu’avec le temps on oublie, mais c’est des foutaises on n’oubli rien ! Il est là, il est toujours là dans un coin de notre cœur dans un coin de notre tête. On prit, on prit jour et nuit pour oublier, mais rien, rien de rien, pourquoi ?! Je voudrais me résigner, Je sais que nous ne serons jamais ensemble, je sais qu’il ne m’aime pas comme je l’aime, sinon il ne me laisserait pas pour cette autre. Le pire est que c’est moi qui me fait tout ce mal, à toujours vouloir qu’il soit à mes cotés, dans n’importe quel moment. À toujours le regarder même si c’est pour une minute, le toucher, voir son sourire ; Je veux l’oublier, et être heureuse aux cotés de Madou. Serait ce à dire que ce n’est pas parce qu’on le veut que ça devient possible ?

Mais comment lui dire, faire du mal aux gens je ne veux plus. Si son bonheur dépend de moi, je veux bien, me marier, mais serait-ce juste, que de me marier avec lui et de penser à Cheikh, tout le temps tout le temps. Non ce n’est pas juste.
Quelques jours après, je suis allée rendre visite à une des sœurs de mon père, parce qu’elle était malade. Sur le chemin du retour, je devais faire une bonne distance à la marche avant d’arriver à l’arrêt de bus. Ces ruelles étaient paisibles, enclavées. Et je tombe sur qui, Assane ?

NE vous moquez surtout pas, après ce que je vais dire, hun !

-ASSANE : ANNA !

Je n’ai même pas demandé mon reste lol J’ai détalé comme si j’avais un lion à mes trousses. Regarder derrière moi, khalatoumako (je n’y pense pas), je ne sais même pas s’il court après moi ou pas. C’était comme si j’avais l’impression que s’il me tenait à sa portée il me le ferrait payer très chèrement. Un taxi est passé à vive allure.

Je le hélais, « taxi, taxi, taxi !!! » Quand il a freiné j’ai couru le rejoindre et m’engouffrer à l’intérieur. J’avais du mal à respirer tellement j’étais paniquée. Le revoir m’a vraiment fichu la trouille, ce n’est pas une blague, donc j’ai vraiment peur de lui ?!
Voilà « di nako may fit nak, maay tapéte deug » (je suis une véritable peureuse)
Mdrrr mais comment je peux m’enfuir de la sorte à cause d’une personne. Dans la soirée, Cheikh est passé me voir, j’étais tranquille à suivre la télé...

-CHEIKH : « boy loy leulou » (cesse d’être aussi casanière) depuis quand t’es comme ça ?!
-MOI : lol je t’ai bien dit que j’arrête tout ça « geumomeu » (tu as du mal à me croire) plus de sortie, rien.
-CHEIKH : lol ça arrange Assane en tout cas, tant qu’il est absent.
-MOI : tu penses bien lol (je suis experte maintenant dé!)

Cheikh et moi asseyions d’avoir la même complicité qu’avant. Mais il manquait maintenant quelque chose. Ou même dirais-je qu’il y a un élément étranger à tout cela : la gêne. Quand nous sommes seuls,ce n’est plus pareil. Nous sommes devenus distants dans un sens. Il s’assoie à une distance raisonnable à présent, alors que nous ne nous préoccupions pas d’autant de détails. Mais je remarquais qu’il faisait des efforts quand même.

-CHEIKH : Anna, il faut que tu continues de mener ta barque… Il faut que tu ailles de l’avant, que tu te reprennes en main, depuis combien de temps t’es comme ça… ça suffit !
-MOI : je sais, tu as raison.
-CHEIKH : ce n’est pas pour avoir raison que je te le dis, je veux juste que tu retrouves ton enthousiasme, ta joie de vivre. Ce n’est plus toi !

Il se lève subitement,

-CHEIKH : change-toi, on sort.
-MOI : quoi, « sheuut » non, je n’ai pas envie. Rentre plutôt, passer du bon temps.

Je ne voulais pas être avec lui, quelques minutes de bonheur pour quoi faire ? Ça ne ferait, que raviver ma douleur. Depuis notre conversation, nous n’étions plus jamais, allés nulle part ensemble.

-CHEIKH : ça ce n’est vraiment pas Anna…
-MOI :lol « momla kay »(c’est bien elle)Je préfère rester dans mon coin « rek » toute sage.
-CHIEKH : Anna…tu m’inquiètes des fois, sérieux. Un tel changement aussi ce n’est pas normal. « Walla mane ngay bagne andal »? (ou bien c’est avec moi que tu ne veux pas être)
-MOI : mais c’est quoi cette idiotie, bien sûr que non ! Bon on y va pour une glace « rek, » et puis on revient. « Yaw sakh khana demo fene » (tu n’a rien prévu aujourd’hui comment ça se fait ?)
-CHEIKH : « tey sama Anna moko mom » (cette soirée est réservée à ma Anna)
Si seulement il le disait comme moi je le voudrais…aucune chance !
-MOI : c’est ok lol

Il est allé m’attendre je me suis changée illico presto, pour le rejoindre dans le salon.

-CHEIKH : voilà !!!Au moins tu ressembles à quelque chose maintenant lol
-MOI :cthiiiiiip
-CHEIKH : « han,mak yaw ba fofou ? »(Tu me cthip à présent)
-MOI : « mo », ce n’est pas nouveau !

Nous sommes alors allés, nous acheter notre glace, et là en retournant dans la voiture… je manque de faire un arrêt cardiaque ! Instinctivement, je me suis cachée derrière Cheikh, et je m’agrippais à la manche de sa chemise.

« LI ndakh diam leu », (c’est bien normal d’avoir aussi peur ?)
Cheikh qui se tourne une nano seconde pour me regarder, avec de gros yeux.
« Do meuneu comprendre mom » (non tu ne peux pas comprendre)

Cheikh nous regardait tour à tour, et lui, le « fou » bien sûr, il nous a tout simplement dépassés sans oublier de nous accorder un petit ricanement cynique, pour passer son chemin et se diriger vers le resto.
J’ai alors devancé Cheikh qui était resté couac, je suis retournée à sa voiture.
Mais comment je peux tomber sur lui, deux fois de suite, « ki sonal nama » (il me bouffe la vie)

Cheikh n’a pas tardé à me rejoindre dans la voiture, je n’osais même pas le regarder, ses questions étaient devenues inévitables.

-CHEIKH : « legui wakh meu dou Assane ! » (Tu vas maintenant me dire que ce n’est pas Assane)


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.