Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Qui Anna venait d'apercevoir ? (La chronique d’Alima), par.
×
menu
EN
shopping_cart

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Club
Questions et réponses
Publier Question

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Chronique

Qui Anna venait d'apercevoir ? (La chronique d’Alima), par Alima

03 mars 2020, Alima

J’ai entassé du sable dans ma main. Et au même moment où je me levais brusquement je lui ai enduit le visage d’avec le sable. Purée qu’il a était surpris il ne s’y attendait pas du tout...

ISSA ! C’est bien lui. Il n’a pas changé, juste qu’il est devenu encore plus beau que dans mes souvenirs, plus musclé. Je ne l’avais pas vu depuis 5 ans. J’avais entendu dire qu’il était marié depuis deux ans, ça doit être cette beauté. Et apparemment ils attendaient un bébé. Il ne faut surtout pas que mes larmes coulent. Mon Dieu j’espère qu’il va nous dépasser sans rien dire, passe ton chemin... s'il te plait.

- ISSA : Hey Anna ?! (Tout sourire dehors nak... Tchip)
- MOI : Issa « yow » !!! (Ah oui, il faut bien que je joue le jeu aussi) ça fait longtemps… c’est sûrement madame ?

Pourtant, idiote que je suis, je me mettais à espérer que ce soit une amie, la femme à un cousin tout ce qu’il veut mais pas sa femme. Je sais je rêve !

- ISSA : Oui, oui, Anta, Anna.
- ANTA : ça va Anna, ravie !

Elle a un joli sourire en plus... pfff.

- MOI : moi de même. Excusez-moi, Cheikh, Issa.

En chœur (ravie, ça va, la famille... blablabla)

- ISSA : mais qu’est ce que tu deviens, ça fait trop longtemps là !
- MOI : je suis là hein, je suis là… Le boulot ça va ? Un bébé en chemin à ce que je vois.
- ANTA :Oui oui j’en suis à mon huitième mois (tout sourire)

Tais-toi « ladioumala » (je ne t'ai rien demandé toi) j’ai eu envie de crier.

- MOI : félicitation !!!
- ANTA : et toi alors des enfants ?

Non mais sérieux de quoi je me mêle, en plus que sait–elle de ma vie ?!

- MOI : Lol non, non pas encore.
- ISSA : ton mari n’est pas encore rentré ?!

Issa « meune ngeu lathie » (tu pose trop de questions) c’est bon là.

- MOI : non jusqu’à présent.

Cheikh qui me regarde peut être étonné par cette question. Mais il reste impassible... ouf ! Mais que dire d’autre à ISSA. J’ai trop honte, à cause de la manière dont on s’est séparé. Lui le voilà aux cotés d’une magnifique femme et ils ont l’air tellement heureux. C’est moi qui aurais dû être à cette place. Pourquoi jamais moi quand il s’agit de choses aussi merveilleuses que ça. STOP, Anna ça va là, il y a des gens tout autour de toi, me disais–je.

- ISSA : mais Anna on te laisse, il commence à se faire tard, on était juste venu prendre l’air et nous dégourdir les jambes.
- ANTA : au revoir alors, peut être qu’on se reverra.

Hé bien, moi j’espère que non ! Tchip...

- MOI : Sisi... certainement avec plaisir, bonne fin de soirée !
- ISSA : cheikh à nous revoir.
- CHEIKH : certainement, Issa, Anta au revoir.

Ils étaient partis et moi j’étais là à jouer avec le sable, je n’osais pas regarder Cheikh dans les yeux, j’étais toute retournée. Je ne parviendrais pas à expliquer comment je me sentais.
- CHEIKH : t’es mariée ?!
- MOI : lol… non plus maintenant.
- CHEIKH : pourquoi avoir fait comme si, alors ? C’est un de tes ex ?

WOW !!!! Mes larmes ont commencé à couler sans que je ne le fasse exprès. J’avais toujours la tête baissée, ça me faisait mal de voir ce si grand bonheur me passer entre les doigts et par ma faute !
Cheikh a relevé mon menton...

- CHEIKH : Hey !! (Il essuyait mes larmes de sa main.) C’est à peine si tu trembles.
- MOI : je suis divorcée, c’est le seul que j’ai jamais aimée. Je l’ai abandonnée pour me marier. C’EST MOI QUI AURAIT DÛ ETRE A LA PLACE D’ANTA. C’EST MOI QUI AURAIT DÛ ETRE ENCEINTE DE LUI !!!!
Je pleurais comme une enfant, purée quand j’y repense !

- CHEIKH : t’es divorcée depuis quand ?
- MOI : moins de deux mois, c’est pour ça que je me suis comportée ainsi avec toi. Je voulais sortir avec le premier venu, je voulais me faire du mal, surtout me détruire. Je me sentais perdu Cheikh, j’avais mal très mal, mais jamais personne ne m’a jamais compris, jamais personne ne s’est donné la peine, de voir ce qu’il y avait derrière cette apparence de garce. On m’a toujours jugé, je n’ai rien fait pour me disculper, mais ça fait mal quand même, ça fait mal ! Pourtant je n’en avait plus cure, me faire le plus de mal possible était finalement devenu comme un salut pour moi. C’est pourquoi j’ai failli coucher avec toi dés le premier RV. Je voulais donner à tout le monde raison.

- CHEIKH : comment ça ?
- MOI : divorcée et toujours vierge, lol.
- CHEIKH : lol, mais oui c’est ça ; ça veut dire quoi ?
- MOI : bah oui…

Je lui ai alors raconté tout ce qui s’était passé.

- CHEIKH : Wow ! J’ai du mal à y croire ! Mais toi aussi pourquoi t’as accepté ce mariage. Alors que tu en aimais un autre. T’aurais dû refuser carrément !
- MOI : mais c’était trop tard, c’était déjà fait.
- CHEIKH : et t’es resté 5 ans avec lui sans aucune visite de sa part au pays. Il te trompait avec une autre et toi tu l’attendais toujours.
- MOI : c’est le devoir d’une épouse, je crois…
- CHEIKH : Anna, franchement je te respecte et je te conseillerais plutôt de te respecter aussi et surtout d’être plus forte. Tu sais nous les hommes, sommes friands de femmes fragiles comme toi. Parce qu’accepte le ou pas tu l’es. En plus comment peux-tu faire ça à la personne qui a le plus confiance en toi, ton père.

Je sais qu’il a raison, qu’ils ont tous raison, mais je me suis toujours refusée à voir la réalité en face.
Non... Cheikh il est trop cool j’aurais aimé le rencontrer dans d’autre circonstances. Il aurait fait un super ami…

- MOI : heureusement qu’il ne s’est rien passé entre nous, j’aurais jamais pu te regarder en face, lol.
- CHEIKH :…heu. Je n’ai pas dit non plus qu’il ne va rien se passer entre nous…
- MOI : Han ?!?
- CHEIKH : Hahaha peureuse... ! En fin de compte tu joues à la téméraire mais « do si léne ».
- MOI : hun, c’est ça oui. Ce n’est pas parce que je suis toute sourire avec toi que tu vas te foutre de moi.
- CHEIKH : « dama leu fallé », (tu ne m’impressionne pas) !

Je le regardais et je me disais il est cool le gars.

- MOI : t’es le grand frère que j’aurais rêvé avoir.

Le goujat qui me regardait d’une manière à faire frissonner un mort « way ish » !

- CHEIKH : sauf que le grand frère il te trouve « toye toye toye » !!! (sexy)

Mdrr... ok tu va voir ce qu’elle va te faire. Je n’y crois toujours pas, que j’ai fini par le faire. Ouf j’ai cru qu’il n’y avait que moi comme folle dans la famille lol #Ali


J’ai entassé du sable dans ma main. Et au même moment où je me levais brusquement je lui ai enduit le visage d’avec le sable. Purée qu’il a était surpris il ne s’y attendait pas du tout...

- CHEIKH : Hey !

« Daf ma reuthie ou ma ko tay ? » si j’ai fais exprès, je ne sais même plus... lol. Il avait l’air bizarre et je n’ai pu m’empêcher de me tordre de rire. Il s’est levé pour me rattraper nous étions comme deux enfants, à courir, sous le coucher du soleil. Il m’a rattrapé…m’a regardé dans les yeux,

- CHEIKH : à partir d’aujourd’hui tu es ma sœur de cœur.

J’en ai eu les larmes aux yeux, « bilahi » sniff...
▼ Nous vous recommandons