ERROR: Could not able to execute .
person_outline Me connecter close
Fermer
Shop Life Réussite Africa Vidéos News Chroniques Publier mon article
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English

video_libraryAbonnez-vous


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Sur les rives du désespoir (4), par Safinousta - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent

save

Enregis.
share
@


Partager

Sur les rives du désespoir (4)

Chronique

Les deux amies se racontaient encore leurs déboires quand Mayriam s’aperçut que le temps passait et qu’il fallait qu’elle aille prendre sa fille à l’institut.

Publié le 24 juin 2020, Safinousta

Avant tout, je tiens à m’excuser pour cette longue attente. J’étais prise ces derniers temps. Mais je vous reviens avec la ferme intention de ne plus déserter cette rubrique de la sénégalaise. J’en profite pour vous souhaiter une paisible et heureuse année.

****

Les deux amies se racontaient encore leurs déboires quand Mayriam s’aperçut que le temps passait et qu’il fallait qu’elle aille prendre sa fille à l’institut.

-Mayriam : zutttt ! Asta !

-Mina : ……

-Mayriam : ma petite fille, elle descend à 16h 45, et si tu venais à l’appart afin que je puisse te présenter à elle et que nous puissions continuer notre conversation. T’as quelque chose de prévu ce soir ?

-Mina : attend, j’appelle maman pour la prévenir. Tu sais comment c’est avec elle.

En chœur : toujours prévenante !!!!!

-Mina : oui, je suis toujours la petite et fragile Mina Touré pour elle et je ne te dis pas la meilleure. Ces temps ci la mission principale qu’elle s’est assignée est de me trouver un mari. Elle ne cesse de me répéter que toutes mes cousines se sont casées, et qu’en temps que sa fille unique, je me dois de l’honorer car à cause de moi elle n’a toujours pas pu récupérer ses « ndawtales»!

-Mayriam : ah ces mamans sénégalaises, toujours égales à elles mêmes !

-Mina : wakhatiko ! Ça sonne……Allo man, tu ne devineras jamais qui j’ai croisée………

Pendant ce temps, Mayriam hélait un taxi.

Une demi-heure plus tard, elles étaient toutes chez Mayriam. Sur le chemin, Asta ne cessait d’épater Mina. Cette dernière s’est vite attachée à la fille de son amie qui dormait à présent dans ses bras.

-Mina : Ooooohhh ma chérie je ne sais pas ce qu’a bien pu te faire ton ex, mais il a fait du bon boulot, cette petite est adorable, elle est trop mignonne.

-Mayriam : grrrrrrrrrrrrrr je vais te …….looool oui j’avoue quand même. Mais n’oublie pas toi aussi, mes gènes y sont pour quelque chose tamite même si elle a le portrait craché de son père.

- Mina : oui, j’avoue, ta chevelure, ton teint, tes petites manies….. Et si je t’aidais plutôt à ranger ce bazar ? Je ne me retrouve pas dans ce désordre.

-Mayriam : toujours aussi maniaque hein ?! J’ai vraiment beaucoup à faire, donc j’accepte ton aide avec plaisir. Attend que je couche la petite.

-Mina : suis bien gentille mais je crois bien qu’il va nous falloir de l’aide masculine.

-Mayriam : lol t’as bien raison, j’appelle mon voisin de palier, il est plutôt sympa. J’espère juste qu’il est là je crois savoir qu’il n’a pas d’horaire de travail fixe.

Ding Dong ! La porte s’ouvrit à la première sonnerie. Salam Ibrahima, tu vas bien ? Je suis entrain de déballer mes cartons, et je me demandai si t’étais pas trop pris, on a besoin d’un petit coup de main.

-Ibrahima : Wa aleykoum Salam, je vais bien Alhamdoulilah, ah je serai ravie de pourvoir vous aider.

-Mayriam: oh merci c’est gentil.

Mon voisin est un homme charmant mais surtout correct, sa barbe naissante bien entretenue, son style vestimentaire sobre, sa diction traduisent une réelle piété. Moi qui ne me fie pas souvent aux apparences, je l’estime sans réellement le connaitre.

Je fis les présentations et quelques minutes plus tard nous étions en pleine séance de travail, en pleine séance de torture non verbale également, Mina ne cessait de me solliciter, faut croire que cet homme ne lui est pas indifférent.

Nous finîmes aux coups de 21h moins. J’invitai Ibrahima à rester diner avec nous, il était un peu réticent au début mais finit par abdiquer. Je suis plutôt tenace quand je veux. Mina était aux anges.

-Mina : alors puce, nous avons fait du bon boulot, hein Ibrahima ?

Et ce fut le début d’une conversation riche et agréable. Je découvrais d’autres qualités chez Ibrahima, en plus d’être si aimable, il est cultivé. La commande arriva, je les laissai seuls dans le salon, le temps de réchauffer le repas au micro-ondes et d’aller réveiller et changer Asta.

Il se faisait tard et Mina prit congé et me promit de venir passer la journée avec nous le samedi, Ibrahima se proposa de la raccompagner. Moi, j’étais épuisée, je finis par m’endormir sur le canapé en voulant suivre la rediffusion de mon émission culinaire.

Le lendemain, la routine du matin… Asta était à l’école, j’avais toute la matinée pour faire le grand ménage et l’après midi pour aller voir ma famille, histoire de les rassurer un peu. Je leur en veux c’est sûr, mais il ne me reste qu’eux maintenant.

Je me pointai à la maison juste après la prière de Zuhr, c’était vendredi, le plus saint des jours et depuis quelques temps je l’accomplissais à la mosquée. Les difficultés de la vie m’ont certes meurtri, mais elles ont également contribué à fortifier ma foi et à me rapprocher davantage de mon Créateur.

Ce que j’ignorai, c’est qu’une fois de plus ma tante Racky jouait encore à son rôle préféré d’entremetteuse. Je la surpris au téléphone, et vous ne devinerez jamais avec qui, avec mon ex ! Elle ne m’entendit même pas entrer.

-Racky : …….momme key na sa khéél daale……

-Mayriam: Salam

-Racky : ….(perturbée) …… waw mome key, wa bakhna, niou yendokh diam. Wa aleykoum salam Mayriam, yaw namone nagnela di

-Mayriam: malène raw. Ba gneupeu ngui si diam?!

-Racky : waw alhamdoulilah, ani Asta mome, meuno ko wone indalé

-Mayriam : ah dafa nékeu école motakh, mais je vous l’emmènerai promis temps yi. Et mon oncle ?

Après les salamalecs d’usage, je n’ai pas tardé à rentrer. Elle fit tout nak pour me retenir. Ndékétéyo, elle avait prévenu Momar que je passerai cet après-midi. Je ne me suis rendue compte de leur stratagème qu’une fois chez moi. A peine rentrée, on sonnait déjà à la porte.

J’étais choquée quand j’ouvris la porte. Je devine qu’il m’a suivi, mon appart ne se situe qu’à 30 minutes de marche de la maison de mon oncle.

-Momar : Salam

-Mayriam : Salam, que fais-tu ici ?

-Momar : et tu ne m’invites même pas à entrer ?

-Mayriam : monsieur est toujours arrogant à ce que je vois

-Momar : je ne te reconnais plus chérie

-Mayriam : je ne sais pas ce qui te motive mais sache juste que je n’ai pas le temps à discuter avec toi. D’ailleurs je dois sortir. Il me restait bien 1h avant la descente de Asta, mais je ne voulais pas supporter le regard de ce monstre et le connaissant assez bien je sais qu’il ne lâchera pas l’affaire. Bon j’y vais. J’attrapai vite mon sac et pris les escaliers avant qu’il n’ait le temps de placer mot. Il me suivit et voulut même me déposer.

-Mayriam : (je préfère que ma fille le croit encore en voyage, je n’ai surtout pas envie qu’elle soit traumatisée par son père)…… je le plantai devant l’immeuble et disparaissait vite fait dans un taxi. Ça ne m’étonne même pas qu’il n’ait pas daigné prendre des nouvelles de sa fille.

Revoir cet individu, recroiser son regard diabolique me donnait des frissons. Je me demande comment j’ai fait pour l’affronter de la sorte. Je ne pus m’empêcher de me rappeler cette fameuse nuit……où tout commença réellement…

C’était un 17 Juillet, je revenais d’une cérémonie familiale, ce jour là, c’est lui-même qui m’avait déposé chez ma cousine le matin et lui-même qui nous avait donné la permission de rester dormir au cas où. Mais habile qu’il est, il portait bien son masque devant la famille mais ne se gênait guère à l’ôter quand il s’agissait de moi.

Je pénétrai dans le salon vers 21h avec ma fille, j’aurai pu passer la nuit, mais je doutai de ses bonnes intentions.

Quelle ne fut pas ma surprise quand, je le vis se diriger vers nous comme une furie. Je n’ai pas eu le temps de réagir qu’il me tirait déjà par les cheveux, notre enfant pleurait, ça ne l’arrêta pas d’un pouce.

-Momar : ce sera la dernière fois que tu me mets en mal avec ta famille, espèce de tr……tu crois que c’est ton devoir d’abandonner ton époux pour aller te pavaner je ne sais où ?!!!

Je ne me souciai même plus de moi, ni d’essayer de m’expliquer ni de la violence des coups qu’il m’administrait, Asta avait 2ans à peine, mais la voir être témoin de cette scène me bouleversait. Au réveil, j’avais le corps endolori, le visage bouffi, je ne tenais surtout pas à ce qu’elle se rende compte de ma souffrance, je la confiai à mes voisins une fois son père parti au travail. Et ce dernier a eu le toupet de me demander pardon arguant que ce n’était pas de sa faute, que tout ça était de ma faute et qu’il ne recommencerait plus jamais.

C’est vraiment facile de ne pas reconnaitre ses tors et de jeter toutes ses monstruosités sur le compte d’autrui. Une fois, deux fois, on peut tolérer et se dire que c’est juste des erreurs mais quand ça devient une habitude.

Croyez vous vraiment qu’il a tenu sa promesse ?



Du même contributeur, Safinousta


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


▼  Rejoignez la discussion
Do
Dora Deschamps
25 juin
Méfiez-vous des lanceurs de sorts en ligne ou pour réparer votre mariage brisé, problème de relation, après une rupture de divorce, j'ai récemment été victime d'une arnaque par deux d'entre eux, jusqu'à ce qu'un jour fidèle je rencontre un homme appelé Dr Ilekhojie qui m'aide à ramener mon ex mari après nous ont été séparés pendant 3 ans, je ne paie que les articles nécessaires au sort et il a lancé le sort pour moi dans les 48 heures. Mon ex-mari m'a appelé et m'a prié de lui pardonner pour tout et nous sommes de retour ensemble. si vous avez besoin d'un sort de réconciliation réel et rapide ou si vous traversez un problème de grossesse, le Dr Ilekhojie est la réponse, il vous aidera comme il m'aide. contactez-le par e-mail: ([email protected]) ou numéro Whatsapp ( 2348147400259)

1

Seytoo par eMail
Améliorez votre vie par Email.

Shop
Life
Réussite
Africa
Vidéos
News
Chroniques
English




SEYTOO.SHOP - Shopping for love.

À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.