person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Sur les rives du désespoir (8), par Safinousta - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Sur les rives du désespoir (8)

Chronique

Mais comme la planète tourne, les gens bougent, des rencontres se créent, des visages se dévoilent et se recroisent.

Publié le 01 juillet 2020, Safinousta

Rien n’avait changé, ma belle famille ne m’avait toujours pas affranchie. Je demeurai asservie à mon mari, tyrannisée par sa maman. Cependant, un petit ouf de soulagement j’avais émis quand j’appris que ma belle sœur préférée allait s’établir pour de bon à l’étranger.

Son amie quant à elle, la princesse déchue subissait les affres de l’épouse délaissée. Elle se joignit à mon cercle et se rendait à présent compte que notre cher époux avait des désirs alternatifs.

C’est triste pour elle, mais le destin l’avait affligée d’une grande douleur, celle de perdre son enfant. Elle accoucha d’un mort né. Maman Sally était tellement désappointée qu’elle se mit à me traiter de sorcière.

Qui l’aurait cru ? Il suffit vraiment de peu de chose pour que tout chambarde en un clin d’œil. Devant toute cette pétarade d’âmes déshéritées, j’opinai pour le rôle de la spectatrice.

J’aurai tout misé à affirmer que la favorite n’allait pas accepter d’être négligée mais madame s’était habituée au luxe qu’elle côtoyait et n’entendait pas céder aussi facilement.

Monsieur, quant à lui restait abonné à la gazette du misérable mari.

J’endurai tant que je pouvais ses incartades, sa désinvolture, son abandon. Mais la goutte d’eau qui fit déborder le vase m’intima de désister. C’en était trop ! Je me demandai même comment j’ai pu en arriver là, pour un homme si immonde.

La tourmente psychique ne lui suffisait plus. Il me frappa pour la première fois, le jour du mariage d’une de mes cousines. Je venais de rentrer avec Asta, monsieur ne s’est point gêné à me brutaliser devant elle.

Il le fit, une, deux, trois fois je ne lui ai pas laissé le privilège d’en comptabiliser une quatrième, je le quittai sans osciller. J’avais décidé de sauver ma fille des basques d’un père lâche.


Ca va faire 2 ans maintenant et aujourd’hui encore, il me poursuit, il est comme métamorphosé et dit qu’il regrette tout. Mais pour moi, sa page je l’ai arrachée d’un ton ferme du roman de ma vie.
J’ai pu trouver du travail dans une grande entreprise de la place, je commence lundi InchaAllah, et tu veux me fatiguer demain avec tes histoires d’anniversaire.

-Mina : personnellement je ne sais que dire, je voudrais juste te demander ce qui t’empêchait de l’envoyer paitre ce Momar depuis belle lurette, mais suis heureuse que tu aies su réagir. Ca m’aurait horrifié de te retrouver encore mariée à ce type. Je me questionne inlassablement mais je n’ai pas jusqu’ici obtenu une seule réponse plausible, hein Mayriam pourquoi les femmes et surtout sénégalaises devraient-elles souffrir autant pour des hommes à peine reconnaissants ? En vertu de quoi ? On a bien dit mariage pas contrat de servitude.


-Mayriam : t’as pas tors de t’indigner mais je peux t’assurer k souniou khol yi rék nio niouy togne, souniou affectivité ou notre éducation, je ne sais même pas, tout ce que je sais c’est qu’il y’a une épilogue à toute souffrance.

-Mina : oui, et heureusement…….Mina regardait son amie, cette Mayriam qu’elle savait si allègre était marquée à jamais, elle porte les séquelles de la désillusion. Bon, je ne veux plus entendre de discours triste, allons plutôt finir nos courses.


Mayriam la suivit à la traine, ces derniers jours n’étaient pas vraiment de tout repos pour elle. Sentant que son amie était épuisée, plus encore par le récit qu’elle venait de lui faire, Mina la savait forte pour cacher ses émotions, elle lui intima qu’elles iraient à un salon de massage après.

Mayriam n’ayant pas trop le choix et éprouvant un besoin fou de se relaxer un peu accepta.

Mais comme la planète tourne, les gens bougent, des rencontres se créent, des visages se dévoilent et se recroisent.

D’après vous, qui va croiser qui dans ce salon ????

Je vous laisse étaler votre imagination, je crois même qu’il en faut une toute petite dose pour deviner la suite. A vos claviers, mais svp tentez de répondre aux questions de Mina. Moi je n’ai pas pu.


Du même contributeur, Safinousta


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.