person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CHRONIQUE - Une Anna désorientée (La chronique d'Alima), par Alima - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Une Anna désorientée (La chronique d'Alima)

Chronique

C’est vrai, c’est plutôt en moi que je n’ai pas confiance. Saurais-je être à la hauteur ?!

Publié le 19 avril 2020, Alima

-CHEIKH : bonsoir.

Sidy a alors lâché mon coude, pour toiser de bas en haut Cheikh qui n’avait d’yeux que pour lui.

-MOI : bonsoir.

Cheikh s’est alors tourné vers moi comme pour avoir une réponse de ma part.
« Li mo meu nekh si mom dafa tey » (j’aime bien ce coté posé chez lui) Il ne ferait rien sans en avoir une bonne raison. Du jamais vu, Sidy fulminait alors que Cheikh était bien calme.

-MOI : Cheikh, c’est Sidy…mon cousin.

C’est un sourire de satisfaction que j’ai vu là, dû à quoi ? Le prénom de sidy ou le « mon cousin » ?
Sidy s’est retourné dans ma direction, les yeux écarquillés parce que je le disais avec une telle nonchalance.

-CHEIKH : tiens donc, ravi de pouvoir ENFIN vous rencontrer Sidy (tout en lui tendant la main)

Sidy l’a tout à fait ignoré et est sorti en fulminant. Quand il est sorti, c’était comme si on m’avait déchargé d’un poids. Parce que j’en avais bien profité pour déballer tout ce que j’avais sur le cœur dans le temps. C’était comme si j’avais fait un travail qui demandait beaucoup d’énergie, je me sentais épuisée. Je suis retournée m’asseoir. Cheikh est venu s’asseoir à mes cotés, il m’a enveloppé de ses bras protecteurs, j’ai posé ma tête sur sa poitrine, pour enfin me laisser aller. Comme à ses habitudes il ne disait rien dans ces cas là. Puis je l’ai entendu émettre un petit rire.

-CHEIKH : ma femme « kay » C’est un homme jaloux que j’ai rencontré ma foi.
-MOI : « tchip qui dafa fouye » (il perd sûrement la tête) Il est venu me dire des idioties comme quoi il regrettait. Mais moi je m’en fiche qu’il regrette. Il me dit qu’il ne s’est pas remarié depuis. Il est où mon problème dans tout ça ? A quoi s’attend t-il ? Que je lui tombe dans les bras ?!
-CHEIKH : et s’il regrettait vraiment, tu lui pardonnerais ?

Si Cheikh m’avait flanqué une gifle ça n’aurait pas était pire.

-MOI : Cheikh comment tu peux te permettre de me poser cette question ?
-CHEIKH : Mais qui a-t-il de mal ? Je remarque juste que son arrivée ne te laisse pas de marbre.
-MOI : t’es sérieux ? Bien sûr que ça ne me laisse pas de marbre. Je t’ai tout raconté en ce qui le concernait. Personne mieux que toi ne sait combien j’ai été anéantie, combien j’ai été brisée. Il m’a humilié ! Durant des années j’ai été la risée de la famille entière. Tout le monde aurait pu ne pas me faire confiance mais toi Cheikh, « yow » ?!
-CHEIKH : hey qu’est ce qui te prends, de quoi tu parles ? C’est juste une question !
-MOI : non et non, ce n’est pas qu’une question ça ! Pourquoi penses-tu que je pourrais retourner avec lui ? Parce que pour toi l’argent, l’argent, l’argent, il n’y a que ça qui m’intéresse ?!

Cheikh s’est levé pour fermer la porte parce que j’haussais un peu le ton.

-CHEIKH : « soy wakh ak mane wathiéle seu bat », (tu me parles calmement) tu veux bien m’écouter.
-MOI : non c’est toi qui écoutes ! Ce que m’a fait Sidy je me rends compte que ce n’est rien, ce n’est rien du tout comparé à ce que tu me fais là ! Tu viens de me montrer que tu n’as aucune confiance en moi. Un couple où la confiance ne règne pas, JE N’EN VEUX PAS !
-CHEIKH : ANNA !
-MOI : Anna quoi...

Je ne criais plus, je n’étais pas seulement indignée, j’étais blessée. Tout ça c’est le prix à payer peut être pour mes innombrables erreurs. Je me suis éloignée de lui, pour aller m’asseoir sur la chaise prés de la porte, la tête entre les mains. Il est alors venu s’accroupir devant moi.

-CHEIKH : si je n’avais pas confiance en toi, t’aurais-je demandé en mariage ? Crois tu que je puisse faire d’une femme en qui je n’ai pas confiance la mère de mes enfants ? « Tontouma ? »(Réponds)
-MOI : mais alors pourquoi ? Ce que je crois, c’est que tu es convaincu que je serais tentée de retourner avec lui, pour ses biens.

Il m'a fait un sourire pour ensuite dire.

-CHEIKH : « paréngeu ? » (T’as fini ?)
-MOI : NON, je n’ai pas fini ! J’ai compris depuis longtemps, qu’il n’y a pas que l’argent dans la vie. J’ai depuis longtemps arrêté de me focaliser sur l’argent. C’était dans ma jeunesse tout ça, Et j’ai compris depuis longtemps que ça ne me servait à rien du tout.
-CHEIKH : et tu n’as toujours pas terminé ?

Si je pouvais me boucher les oreilles je l’aurais fait bien volontiers ! Je ne veux rien écouter !

-CHEIKH : Quand tu as accepté de m’épouser savais-tu que j’avais de l’argent ?
-MOI : justement…
-CHEIKH : tu m’écoutes maintenant, ok.

Je faisais un mou, « fasse sama kanam bi » (j’avais bien scotché ma face)

-CHEIKH : « kane mo fi wakh wakhou dellou ? »(Qui a parlé de retourner avec lui)?

Je ne suis pas sourde quand même !

-CHEIKH : réponds moi, moi je t’ai parlé de retourner avec lui ? Je t’ai demandé si tu parviendrais à lui pardonner, parce que j’ai bien vu à quel point tu étais en colère.
Heu…franchement « dama eupeul nak » (je vais trop vite en besogne)
-MOI : ah bon….Oui mais c’est normal que je lui en veuille non ?
-CHEIKH : oui mais je pensais qu’avec le temps tu dépasserais tout ça…
-MOI : c’est ce que je croyais mais ça a été trop dur, et je ne peux pas pardonner tout ça.
-CHEIKH : Anna ça fait des années maintenant, tu ne dois pas garder toute cette rancœur, tu lui montres que ça t’as touché plus que tu ne veux le faire croire. Si tu me le demandes, je lui casse la gueule, mais à quoi cela servirait-il ?
-MOI : lol « terminator » !!! Donc tu as vraiment confiance en moi ?!
-CHEIKH : » mane li leu takha eupeul la khamoul » (je ne sais pas, pourquoi tu aimes trouver des problèmes là où il y en a pas) Tu ne pouvais pas commencer par ça, m’écouter jusqu’au bout, et surtout écouter ce que je dis.

Ce que je pense c’est que tu n’as pas plutôt confiance en toi-même.
Peut être qu’il a raison, parce qu’au même moment où il en parle, je me pose la même question, ai-je confiance en moi-même ?

-CHEIKH : on dirait que dans un sens tu t’attendais à ce que je m’énerve, que je m’en aille.

Silence radio de mon coté, parce que qu’il y a une part de vérité dans tout ça.

-CHEIKH : dis-moi Anna, tu veux vraiment te marier ?

A cette question j’ai vraiment paniqué.
Si je veux me marier ?
Ce que je sais, c’est que je l’aime.
Ce que je sais, c’est que je ne vois pas ma vie sans lui.
Anna sans Cheikh pour moi, ce n’est plus une vie. Ce serait plutôt le chemin vers la perdition.
J’ai hâte, hâte de partager, ma vie entière à ses cotés.
Hâte de me réveiller à ses cotés.
Hâte de porter un enfant de lui.

Cependant plus le moment tant attendu approche, plus je suis effrayée. L’irruption de Sidy m’a ramené quelques années en arrière. C’est vrai, c’est plutôt en moi que je n’ai pas confiance. Saurais-je être à la hauteur ?!


Du même contributeur, Alima


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
Vidéos
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.