person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
CONFIDENCE - « Un instituteur m'a envoûtée et violée alors que je suis mariée », par Annonyme - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
save

Enregis.
share
@


Partager

« Un instituteur m'a envoûtée et violée alors que je suis mariée »

Confidence

Quelque temps après, j'ai compris qu'il m'a maraboutée. J'ai finalement, je ne sais comment, accédé à sa demande. Sans que je l'aime, j'ai commencé à le fréquenter.

Publié le 21 mai 2020, Annonyme

«Je m'appelle D. Diaby. Je suis élève, domiciliée à Samécouta Dantilla. Je suis l'épouse de Saiba Danfakha. Mon mari réside à Dakar pour les besoins de son travail. Notre mariage a été célébré à Samécouta Dantilla, dans la région de Kédougou. C'est à la veille de la korité que mon mari m'a possédée pour la première fois. J'étais vierge. Comme il vient au village rarement, notre dernier rapport sexuel date de longtemps.

Actuellement, je suis enceinte des œuvres du nommé Bangaly Camara, un enseignant. Je l'ai connu lors des fêtes de pâques, alors que je me trouvais chez moi à Samécouta. Il est venu me déclarer son amour que j'ai refusé. Comme je fréquentais le Cem (Collège d'enseignement moyen) de Saraya, il a persisté en venant les week-ends à Saraya. Je logeais chez Ngoundo Diaby. C'est à cause de ses harcèlements que mon mari a demandé mon transfert au Cem de Nafadji. Mais Bangaly n'a pas cessé de me suivre. Il m'a acculée et un jour, il a déclaré que si je n'acceptais pas d'avoir des rapports sexuels avec lui, je n'aurais jamais d'enfants.

Quelque temps après, j'ai compris qu'il m'a maraboutée. J'ai finalement, je ne sais comment, accédé à sa demande. Sans que je l'aime, j'ai commencé à le fréquenter. Nous avons eu notre premier rapport sexuel dans la maison d'Ansoumane Camara. D'ailleurs, ce jour-là, le nommé Diouma Kallé Kanouté nous a surpris à Samécouta Dantilla. C'était le 13 mars, aux environs de 14 heures. Le 11 mars dernier, Aly Coura Danfakha, le frère de mon mari, nous a surpris en pleins ébats dans le logement de Bangaly, à l'école de Nafadji. Ma soumission à tous les désirs de Bangaly n'est pas le fruit du hasard. Il m'a envoûtée.

Il avait mon numéro de téléphone et pouvait me joindre à n'importe quelle heure. Malgré les interdictions de mes parents et de mon mari, je ne pouvais rien lui refuser. Il me faisait faire ce qu'il il voulait. J'ai dû abandonner mes études pour me tirer des griffes de Bangaly Camara. Il m'a fait des choses que je ne pourrais jamais raconter. Je l'ai suivi partout comme un mouton, sans réfléchir. J'aime toujours mon mari Saiba Danfakha, lui et mes parents doivent m'aider. Je ne pourrais jamais m’en tirer seule. Je ne peux compter le nombre de rapports sexuels que j'ai eus avec Bangaly. Il a fini par m'engrosser.

La première fois que je suis allée en consultation au district sanitaire de Saraya, on m'a dit que j'étais en état de grossesse de deux mois et demi. J'ai refait la visite le 15 septembre et actuellement je suis à 5 mois de grossesse. Je veux rester avec mon mari, s'il accepte. L'instituteur m'a fait trop de mal. Cela n'a pas de sens que j'accepte ses avances, sachant que je suis dans les liens du mariage. Cela veut tout simplement dire qu'il n'a pas utilisé d'armes conventionnelles. (L'enseignant a finalement été arrêté par la gendarmerie de Kédougou et condamné à deux ans ferme... ».


Du même contributeur, Annonyme


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.