person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
OPINION - « Ici, c’est le Sénégal ! » (Coup de gueule), par Ajax, Tak - SEYTOO.COM
save

Enregis.
share
@


Partager

« Ici, c’est le Sénégal ! » (Coup de gueule)

Opinion

Ahuri, il se lève et tire sur son boubou. Il commence à m'invectiver en wolof. Des gens s'approchent. Je décide de rentrer dans ma voiture et de partir rapidement.

Publié le 25 mai 2020, Ajax, Tak

Depuis quelques années, je vis en grande partie au Sénégal. J'ai vécu des incivilités, des incompétences, des arnaques, ainsi que des comportements xénophobes ou discriminatoires, voire racistes qui ont fini par m'insupporter. La téranga de façade disparait vite dès qu'un problème surgit entre un Sénégalais et un toubab. Ceci est du souvent à leur grande susceptibilité. Lorsque de l'argent est en jeu et qu'on ne se laisse pas faire, (antiquaire, commerçant...), il arrive que l'agressivité surgisse avec son cortège d'insultes : "Alors quoi tu es raciste ? Tu es revenu nous coloniser ?". C'est encore pire lorsque l'on est en situation de demande ou de soumission envers une personne qui détient une parcelle de pouvoir, en particulier dans les administrations. Et une réponse a été souvent donnée à moi-même et à d'autres, en cas d'incivilité ou de non-droit : "ici, c'est Sénégal".

Ca fait longtemps que j'annonce en boutade que je vais écrire un livre. Un livre sur ce que vivent et subissent les résidents, investisseurs, expatriés et autres candidats à une vie de rêve au pays de la téranga. Evidemment, certains vont dire : "ce n'est pas vrai" ou "c'est un raciste". Je m'en fous: maintenant, je suis blindé après ce que j'ai vécu sur un site précédent qui avait comme slogan "un toubab averti en vaut au moins deux".

On va dire aussi : "Mais c'est partout pareil dans les pays sous-développés". Non. Moi qui ai connu quelques pays africains (et des témoignages me le confirment), je peux dire que le Sénégal est un cas à part, hormis pour la corruption où il est dépassé par le Cameroun.

Je vais vider mon sac et rédiger des anecdotes au fur et à mesure de mon temps libre. Bien évidemment, ce que vous allez lire ne doit pas être généralisé, et n'enlève rien aux qualités naturelles des Sénégalais. J'ai aussi quelques très bons amis.

Voici la première anecdote qui explique le choix du nom de ce livre en devenir.

Le non respect des affaires d'autrui.

Je vais en voiture à Mbour et je me gare dans une des rues non loin du marché. Lorsque je reviens, je vois un enfant en train de consciencieusement dessiner avec un caillou sur mon capot. Je lui crie d'arrêter en précipitant le pas, et il s'enfuit. Les rayures sont profondes et ineffaçables. Non loin, quelques adultes assis sur des chaises discutent en observant la scène. Un peu amer, je leur dis : "Vous auriez pu dire à l'enfant de ne pas abîmer la peinture et l'empêcher de faire des rayures. Regardez mon capot". Ils se parlent en wolof. L'un d'eux me dit : "Oui c'est dommage". Un autre m'attaque verbalement : "Ici, les enfants font ce qu'ils veulent. Ici, c'est Sénégal. C'est pas ton pays". Je m'approche furieux de lui, je sors un bic et je saisi son boubou. Je lui dis : "Ici, c'est Sénégal, donc je peux écrire sur ton boubou, comme cet enfant a écrit sur ma voiture ?". Ahuri, il se lève et tire sur son boubou. Il commence à m'invectiver en wolof. Des gens s'approchent. Je décide de rentrer dans ma voiture et de partir rapidement.

Se servir de ma voiture comme d'un tableau noir, poser un cageot plein de clous sur mon coffre, puis le tirer en rayant tout, s'asseoir sur le capot et le bosseler, donner un coup de caillou dans la portière parce que j'ai refusé de la faire laver, toutes ces "libertés sénégalaises" ont eu raison du soin que j'apportais à ma voiture au début.

Faut-il parler de ma lunette arrière qu'on a essayé de me voler en coupant le caoutchouc périphérique, de ma radio et de mes haut-parleurs disparus après un séjour chez un mécano sénégalais ? Ou même mieux : immobilisée pendant quatre jours chez un garagiste pour une réparation de radiateur, on m'a rendu la voiture avec le train avant, les cardans, la crémaillère de direction remplacées par de vieux machins usés et abîmés. Le remplacement de tout ce qui m'a été volé m'a coûté 170.000 francs. Je crois que là, je ferais une rubrique à part

Mais dans le sujet "non respect des affaires d'autrui", je peux signaler l'état dans lequel on m'a rendu des affaires ou outils que j'ai prêté...


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.