menu
search
EN
Life
Réussite
Africa
Vidéos
Chroniques
News

Opinion

J’aime Obama, mais...

Publié le 03 octobre 2020, Abdou Khadre Gaye
comment

Comment.


Partager
save

Enregis.
keyboard_arrow_left

Précéd.
J’aime Obama, mais...

Oui, menons nos combats en dignes héritiers de nos braves pères et mères et assumons nos succès et nos revers en étant toujours fiers.

J’aime Obama et j’ai applaudi et prié pour lui comme beaucoup de personnes à travers le monde lorsqu’il fut porté à la tête de la présidence des Etats Unis d’Amérique. J’aime Obama tout comme le Révérant Jessy Jackson et tant d’autres dont les larmes à la cérémonie de son intronisation m’ont ému et aidé à comprendre le mystère de son aura. J’ai alors pensé à ces centaines de millions d’esclaves arrachés à la terre africaine.

J’ai pensé aux brimades et à la souffrance des noirs en terre américaine. J’ai pensé à Marcus Garvey, Malcom X, Martin Luther King, les Présidents Abraham Lincoln, Jonh F. Kennedy et à tous les combattants de la liberté qui ont risqué et/ou offert leur vie. J’ai pensé au long et rude chemin parcouru depuis les cales des caravelles jusqu’à la maison blanche en passant par les champs de coton, de canne à sucre et le far west. Et j’ai compris alors qu’aux hommes patients dans la quête, toutes les conquêtes étaient possibles.

J’aime Obama, mais je n’aime pas la fascination malsaine qu’il exerce sur mon peuple. Je n’aime pas voir les Sénégalaises et les Sénégalais, oubliant leurs âmes, se prosterner devant lui dans l’attente d’un miracle. Je n’aime pas voir nos ministres se glorifier à qui mieux-mieux de sa poignée de main prodiguée comme une offrande ou du clin d’œil ou de la tape au dos qu’il leur aurait accordée comme une grâce. Je n’aime pas entendre dire que les pieds de Barack Obama font honneur à la terre Sénégalaise en la foulant ni penser que sa baraka surpasse celle de la sueur de nos fronts, celle de nos Cheikh et de nos érudits.

J’aime Obama, tout comme j’aime le pragmatisme, le goût de l’effort et l’amour de la science du peuple américain. Mais je n’aime pas quand l’Amérique toise le monde, piétine et humilie les dirigeants insoumis à sa volonté et rêve de mettre les peuples au pas. Je n’aime pas quand, grande oreille et œil de Caïn, l’Amérique espionne l’humanité tel «Big Brother» ni quand elle s’autoproclame «gendarme du monde», use du bâton et de la carotte selon ses intérêts propres. Je n’aime pas cette Amérique qui veut récolter la paix là où elle a semé l’injustice, insufflant ainsi la rancœur et la haine dans les cœurs de beaucoup d’hommes et de peuples.

J’aime Obama parce qu’il est l’aboutissement d’un très long combat, le symbole d’une grande victoire. Alors, africains, sénégalais, guinéens, congolais, éthiopiens, parcourrons notre part de route jusqu’à son terme sans rien oublier de notre belle et triste histoire, de nos joies et de nos souffrances. Oui, menons nos combats en dignes héritiers de nos braves pères et mères et assumons nos succès et nos revers en étant toujours fiers.

Soyons le pays de la Téranga, la patrie des hommes intègres, le Grand Soudan tant chanté par les chroniqueurs historiques. Soyons les dignes héritiers de Soundiata, Samory, Alboury, Nkrumah, Cheikh Anta, Madiba, et tant d’autres. Soyons la terre des baobabs, des rôniers, des lions, des éléphants… Et travaillons à la réalisation des Etats Unis d’Afrique.

Vous allez apprécier ceci !


commentRejoignez le Débat

▼ Rejoignez le Débat


Close



▼ Lisez plus sur Opinion

▼ Nous vous recommandons


▼ S'instruire & S'épanour, par email !





À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2021, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.



Facebook

LinkedIn

Twitter

WhatsApp

Pinterest

Email

×