person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
OPINION - Trump face aux chefs de l’armée américaine, manifestations contre le racisme (décryptage), par Dame Babou - SEYTOO.COM
save

Enregis.
share
@


Partager

Trump face aux chefs de l’armée américaine, manifestations contre le racisme (décryptage)

Opinion

C’est d’abord le général James Mattis, un homme très respecté dans la hiérarchie militaire fédérale qui décide de rompre le silence pour dénoncer son ancien patron, en le qualifiant de « président qui divise le peuple américain ».

Publié le 06 juin 2020, Dame Babou

Les dernières déclarations de Donald Trump affirmant qu’il pourrait appeler l’armée fédérale à la rescousse pour faire face à la crise et aux manifestations qui déferlent dans les rues américaines ont déclenché des réactions rarement observées dans les relations entre le pouvoir politique et l’institution militaire.

Vendredi dernier, l’Amérique a connu les manifestations violentes en protestation contre la mort de George Floyd à Minneapolis, dans l’Etat de Minnesota. Alors que malgré sa supplique, cet américain noir a été asphyxié par un policier blanc qui l’a plaqué au sol, maintenant son genou sur son cou, jusqu’à lui retirer toute possibilité de respirer, le président américain faisant peu de cas de la violence meurtrière de cet acte, s’est focalisé le lendemain, sur les débordements violents des manifestations et a annoncé sa volonté de faire appel à l’armée. Il s’agit pour lui, de « dominer » les manifestants qui ont semé un désordre total dans beaucoup grandes villes des Etats-Unis, face au laxisme des gouverneurs et maires des Etats et villes concernés. Et les réactions n’ont pas manqué.

C’est d’abord le général James Mattis, un homme très respecté dans la hiérarchie militaire fédérale qui décide de rompre le silence pour dénoncer son ancien patron, en le qualifiant de « président qui divise le peuple américain ». Allant même plus loin, James Mattis qualifie Donald Trump de menace pour la Constitution américaine. Si l’on en croit la presse, le général Mattis, ancien ministre de la défense de Trump, aurait confié à ses amis avant sa démission rendue en décembre 2018, que l’actuel chef de l’Exécutif avait une « faible habilité cognitive ». Dans un tweet, il se désole du fait que l’occupant de Bureau ovale n’essaie même pas de donner l’impression d’être un président unificateur de son pays. Les attaques du général sont à prendre très au sérieux, au regard de son statut de militaire jouissant d’une forte réputation dans l’armée.
Cette sortie a été faite mercredi 3 mai 2020, le même jour où, de manière très inhabituelle, le ministre de la Défense en fonction, Mark Esper, s’est lui aussi opposé, dans une déclaration, à ce que les militaires en activité puissent être envoyés dans la rue face à des manifestants dans les villes américaines. Selon un journaliste du quotidien The New York Times, les déclarations du chef du Pentagon, le siège du ministère de la Défense, sont le reflet de la tourmente dans laquelle se trouve le président Donald Trump face aux milieux dirigeants de l’armée.

Le quotidien Times informe que les pontes du Pentagon craignent qu’une implication des militaires dans la gestion des manifestations puisse donner l’impression que leurs dirigeants cautionnent une démarche qui pourrait mener à une loi martiale. Une nouvelle information « fuitée » (à dessein ?) semble confirmer les difficultés du Commandant-en-Chef avec ces troupes. C’est le chef d’Etat-Major des Armées, Mark Milley, en personne, qui envoie un mémo aux membres de son staff pour leur rappeler que leur serment est de protéger la Constitution, dont le premier Amendement assure le droit à l’expression et la manifestation aux citoyens américains.

A signaler que la situation de l’armée américaine est particulière dans cette société. Pour des raisons liées à l’histoire, elle est une des rares institutions, si ce n’est la seule, à compter dans ses rangs environ 40% de non blancs. Ce fait impose une situation délicate quand il s’agit de questions liées à la race aux Etats-Unis. Ces considérations peuvent-elles avoir une grande influence sur le mode de gestion de Donald Trump ? Difficile de le croire. Ce dernier a la réputation de ne se préoccuper que de sa réélection au mois de novembre prochain.

Et dans sa stratégie en direction de cette compétition électorale, tout est basé sur la maitrise totale de sa base politique, laquelle est constituée des éléments les plus radicaux de la droite, essentiellement de pauvres vivant dans les campagnes et dans les Etats du sud des Etats-Unis. Et pour elle, il n’est pas concevable qu’un leader politique montre des signes de faiblesse. Cela pourrait expliquer que l’actuel président soit à la fois, surpris par les événements et outré par le fait de n’être pas à même de les contrôler. On peut dire que l’élément déclencheur de la colère de Trump est l’assaut tenté par les manifestants contre les grilles de la Maison blanche, vendredi 28 mai 2020. Ce jour-là, la foule massée devant le siège de présidence américaine, est même arrivée à allumer des feux qui ont failli atteindre des bâtiments de cette auguste maison. Le lendemain, samedi, Trump a versé de l’huile sur le feu allumé par ses déclarations de la veille.

Pendant que des milliers de manifestants étaient pacifiquement rassemblés dans le jardin qui fait face à sa résidence, le président a, à la surprise générale, décidé de faire disperser la foule avec des grandes lacrymogènes (chose rare en ces lieux). Et ceci, pour lui permettre d’aller prier, ou plus exactement se prendre en photo, bible à la main, devant « l’église des Présidents », située à quelques dizaines de mètres de son bureau. Cette scène à choqué plus d’un dans l’ensemble du pays, dont le pasteur (une femme) de l’église anglicane, et même au-delà. Jusqu’au Pape François qui a marqué son étonnement face à l’utilisation très peu acceptable que Donald Trump a faite de la Bible à cette occasion.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.