person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Devons nous parler de la sexualité en famille ? - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Devons nous parler de la sexualité en famille ?

Couple et famille

Vers 18 mois, l’enfant désigne sous un nom générique fille et garçon, nom qui servira aussi à le désigner – « bébé » – par exemple.

Mis à jour le 20 octobre 2020, Seytoo
Devons nous parler de la sexualité en famille ?

La sexualité occupe une place bien particulière, à l’opposé de fonctions tout aussi essentielles que sont l’alimentation, la respiration, l’excrétion….

Pourquoi cette place où s’enchevêtrent pêle-mêle non-dits, tabous, préceptes éducatifs et religieux ?

La sexualité, présente dès la conception de l’individu dans son code génétique, représente la clé de la perpétuation de l’espèce. Elle se divise en fonctions organiques femelles et mâles spécifiques (appareils génitaux, caractères sexuels secondaires, systèmes hormonaux…) et en fonctions beaucoup plus subtiles et élaborées que sont le plaisir, l’attirance mutuelle et la complémentarité garantes de la cohésion du couple.

Le petit enfant dès sa naissance ressent la notion de plaisir, déplaisir ; nous éprouvons du plaisir à le toucher, à lui faire plaisir, à le tenir dans les bras, à le bercer, à le sentir et nous serons gratifiés du constat d’une réciprocité de sa part. Ce contact physique, si précieux pour la mère et l’enfant, conditionnera la qualité du départ de son cheminement vers l’âge adulte. Il prendra peu à peu conscience de ce qui est lui et de ce qui n’est pas lui, en gravissant les différentes étapes de maturation allant du stade oral au stade génital.

L’on notera l’évolution de ses intérêts sexuels portant sur la différenciation sexuelle personnelle ou celle d’autrui ; je les résumerai en quelques étapes à visée simplement indicative, étant entendu que la maturation mettant en jeu un nombre considérable de variables, il serait illusoire de tout vouloir résumer à un « bornage » sans souplesse :

Vers 18 mois, l’enfant désigne sous un nom générique fille et garçon, nom qui servira aussi à le désigner – « bébé » – par exemple.

A deux ans il distinguera la fille du garçon par son vêtement, sa coiffure ; ses organes génitaux seront désignés par leur fonction : le pipi, le robinet ….

Vers deux ans et demi, il distinguera le garçon de la fille, de même qu’il rapprochera la fille de maman et le garçon de papa.

A trois ans il explorera son corps en manifestant autant de curiosité pour le bout de son pied, ses parties génitales ou l’intérieur de sa bouche. Il manifestera de l’intérêt pour les différences physiologiques entre les deux sexes, les différentes postures pour uriner ; par exemple, la fillette tentera d’uriner debout comme son frère. Plus généralement, l’enfant cherchera à mieux cerner les comportements et les caractères sexuels secondaires de ses parents.

A quatre ans, une période exhibitionniste cèdera rapidement pour le conduire vers cinq ans aux questionnements relatifs à son propre physique, à l’absence de pénis chez les filles ou à l’absence de sein chez le père.

A six ans, autant chez la fille que chez le garçon, se posent les questions relatives à la procréation, à l’accouchement. Les antiques réponses, faisant naître les filles dans des roses et les garçons dans des choux, ont constitué un prude rideau de fumée masquant la simple réalité. Les différences des sexes seront mieux appréhendées par comparaison mutuelle, par les conversations entre enfants et ne l’oublions pas, par la lucarne sur la vie que constitue la télévision.

A sept ans, l’enfant scolarisé pourra ressentir ses premiers troubles amoureux au sein de sa micro-société scolaire. Un tel sera l’amoureux d’une-telle de manière plus investie que les fiancés éphémères de la maternelle.

A huit ans, intégrés, l’une dans le groupe des filles, l’autre dans le groupe des garçons, ils feront entrer « le sexe » dans leurs propos, sans toujours en saisir le sens. Les insultes auront un contenu sexuel, les moqueries et les rivalités graviteront autour du même thème.

A neuf, dix ans, l’enfant s’intéressera à la fonction de ses organes sexuels ; des expériences entre enfants de sexe opposé ou de même sexe pourront être observées sur un mode exploratoire de découverte. S’il s’agit d’enfants de même sexe, l’on ne pourra pas parler de prédispositions homosexuelles mais le plus souvent de choix « par commodité ». L’enfant réclamera une intimité, il se montrera réticent à se montrer nu devant ses parents ou à accepter leur propre nudité, alors qu’auparavant il semblait très à l’aise.

L’étape suivante, l’étape de la puberté, concernera le pré-adolescent puis l’adolescent avec un potentiel de procréation bien réel dans une personnalité en voie de construction et de maturation.

L’éducation sexuelle, intégrée dans le cursus scolaire, a sans doute permis de clarifier dans la tête de l’enfant des données fragmentaires recueillies auprès des uns et des autres. De la reproduction de la grenouille aux jeux sexuels de l’être humain, il y a un fossé important qu’il faudra combler en répondant aux questions naturelles de l’enfant. L’information se devra d’être adaptée au degré de compréhension de l’interrogateur et, surtout, elle se devra d’être exacte.

Combien d’explications confuses de naissances par le nombril, les reins… n’ont-elles pas clos les demandes d’enfants sur le « comment » de leur naissance ? Des réponses au contenu médicalisé semblent moins embarrassantes pour certains parents ; pour d’autres, tout sera bon pour différer l’explication ou tourner en dérision la curiosité légitime de l’enfant.

Il faudra donc envisager, un jour ou l’autre, de parler de la sexualité à la maison, en s’aidant pourquoi pas de livres explicatifs, afin d’informer l’enfant sur la fonction importante de procréation qu’il détiendra et sur les moyens que la nature mettra à sa disposition pour y parvenir.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Regardez
Seytoo.Africa
Actualités
Vous



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.