Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Ce pouvoir qui transforme l’homme.
×
menu
EN
shopping_cart

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Club

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Société et style de vie

Ce pouvoir qui transforme l’homme

14 octobre 2021, Seytoo
Ce pouvoir qui transforme l’homme

D’autres études ont fait le même constat dans les domaines militaire et politique. Ou zoologique: un spécialiste des chimpanzés a récemment montré que ce ne sont pas forcément les mâles les plus imposants qui domineront leur groupe.

L’étude d’un professeur conclut que la puissance peut faire perdre la réalité aux personnes qui la détiennent.

Contrairement à une idée reçue, ce sont souvent les «gentils» qui parviennent au faîte du pouvoir dans les entreprises. Les «nice guys» parmi les jeunes espoirs des meilleurs campus américains attirent la sympathie et l’adhésion de leurs pairs. «Les gens accordent de l’autorité à ceux qu’ils apprécient», note le professeur Keltner de l’Université de Californie à Berkeley, qui a mené une étude sur les ressorts du leadership. L’aisance dans les relations et la diplomatie jouent un rôle déterminant dans la capacité d’un individu à se faire reconnaître comme chef.

D’autres études ont fait le même constat dans les domaines militaire et politique. Ou zoologique: un spécialiste des chimpanzés a récemment montré que ce ne sont pas forcément les mâles les plus imposants qui domineront leur groupe.

Ces observations vont à l’encontre des idées défendues par Machiavel au XVIe siècle. Le célèbre auteur du Prince, un traité sur l’art de la politique, estimait que les chefs préfèrent être craints qu’être aimés.

La mauvaise nouvelle est que le pouvoir émousse considérablement les bons sentiments, du moins l’empathie. Le professeur Keltner n’hésite pas à pousser plus loin, arguant que les gens dotés de pouvoir «finissent par agir comme des malades mentaux». L’autorité pousse ses détenteurs à être moins réceptifs aux émotions et aux soucis des autres, explique-t-il. Celui qui détient un pouvoir important est davantage porté à se fier aux stéréotypes et aux généralisations pour juger son entourage. De surcroît, il n’éprouve plus le besoin d’en référer aux autres.

D’où l’abîme possible des abus de pouvoir ou conduites contraires à l’éthique. Si ces fâcheux réflexes vous semblent déjà connus, ils sont enfin officiellement confirmés par plusieurs études américaines.

Is
Isaac

C'est pour cette raison que nous avons beaucoup de cas d'abus de pouvoir en Afrique. Le pouvoir en effet peut faire perdre la raison.

▼ Nous vous recommandons