person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Coup de gueule : y en a marre du manque de discrétion du personnel d’accueil ! - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Coup de gueule : y en a marre du manque de discrétion du personnel d’accueil !

Société et vie personnelle

Une personne qui vous reçoit à l’accueil et qui manque de se faire discrète sur l’objet de votre présence, fait ainsi de vous une lettre ouverte que tout le monde peut lire.

Mis à jour le 20 octobre 2020, Miss Epicée
Coup de gueule : y en a marre du manque de discrétion du personnel d’accueil !

Un jour, je me suis rendu dans une pharmacie pour y acheter des préservatifs. J’arrive, je fais la queue comme tout le monde, et puis arrive mon tour d’être servi. Je dis à la dame que je voudrais un paquet de préservatifs. La dame se dirige alors vers le rayon concerné en me demandant à très haute voix : « VOUS VOULEZ QUEL GENRE DE PRÉSERVATIF MONSIEUR ? Y’EN A A LA FRAISE, A LA MENTHE, A LA BANANE… ». Non pas que j’ai eu honte, loin s’en faut ! Mais j’ai quand même été choqué par la tonitruance avec laquelle la dame s’est exprimée devant tout le monde, si bien que j’ai eu envie de lui dire ironiquement : « Plus fort, plus fort Madame, je ne vous entends pas assez, criez encore plus fort ! ». Cela peut prêter à sourire, et pourtant ce manque de discrétion se banalise dans les commerces et les services.

Que se soit à la banque, à la poste, ou à l’hôpital, le personnel d’accueil s’illustre souvent par un spectaculaire manque de discrétion. Il est arrivé à presque tout le monde d’en être soit victime, soit témoin.

Présentez-vous au guichet d’une banque, et la donzelle qui vous accueille ne se fera pas prier pour hurler comme une chienne en chaleur : « AH DONC VOUS VOULEZ RETIRER 2000 EUROS EN ESPÈCE C’EST BIEN CA » ? Elle vous le dira à si haute voix que c’est avec la peur au ventre que vous sortirez de la banque. L’indiscrétion de la connasse ayant informé la planète entière que vous venez de retirer une somme importante, comment dès lors ne pas avoir la crainte de vous voir pointer une arme contre la tempe à votre sortie de l’agence ?

La même indélicatesse peut souvent être humiliante, surtout pour les femmes. C’est le cas lorsque vous entrez dans un magasin de vêtement et que vous interpellez la vendeuse pour être renseignée. C’est là qu’elle vous répond à haute et plus qu’intelligible voix devant tout le monde : « AH NON MADAME, ON NE VEND PAS CETTE TAILLE, Y’A PAS DE XXL ICI ».

Les secrétaires médicales ne sont pas en reste. Voilà une profession discréditée par des feignasses qui ignorent trop souvent le sens du mot discrétion. Dans une salle d’attente, il arrive ainsi d’entendre des phrases du style : »C’EST AU TOUR DU MONSIEUR QUI A DES HEMOROIDES »… Simple maladresse de langage ou envie d’humilier autrui ? On se pose la question.

Quoi qu’il en soit, de telles indiscrétions sont inacceptables ! Et rien, pas même l’inadvertance ne saurait justifier les écarts de comportement de ces bureaucraties déjà lentes, incompétentes, paperassières et budgétivores qui prennent un mesquin plaisir à vous affichez devant tout le monde. Une personne qui vous reçoit à l’accueil et qui manque de se faire discrète sur l’objet de votre présence, fait ainsi de vous une lettre ouverte que tout le monde peut lire.

La bienséance astreint pourtant au respect de deux choses : le seuil de discrétion et le sens de la discrétion. Le seuil de discrétion est généralement matérialisé par une bande ou une pancarte située à quelques encablures du guichet, et qui marque l’entrée dans la zone de discrétion. Ainsi toute personne qui y pénètre quand la personne qui précède ne l’a pas encore quittée, manque de discrétion. Le sens de la discrétion quant à lui, consiste à garder une certaine confidentialité dans les paroles et les échanges pour que la personne servie ne se sente pas espionnée par des tiers ni violée dans son intimité. Le manquement à l’obligation de discrétion, en plus d’être une faute professionnelle, est aussi l’illustration d’un manque de civisme, or la grandeur d’un personnel d’accueil réside dans le respect de l’usager et le soin mis au service de ce dernier. Les ignares qui ne l’ont pas encore compris ont tout intérêt à aller faire la queue au guichet du savoir-vivre.


Du même contributeur, Miss Epicée


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Vie
Réussite
Regardez
Seytoo.Africa
Actualités
Vous



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.