Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Etre gentil, ce n’est pas être stupide.
×
menu
EN

Société
Afrique
Vidéos
Chroniques
Actualités

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.



Comm.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Société et style de vie

Etre gentil, ce n’est pas être stupide !

23 septembre 2021, Seytoo
Etre gentil, ce n’est pas être stupide !

Serions-nous devenus individualiste pour ne plus diffuser autour de nous de la gentillesse.

La gentillesse ne serait-elle pas la clé du bonheur. Nous en avons tous besoin, nous la diffusons et nous la recevons de différentes manières, par la douceur des mots, la caresse d’un regard, l’indulgence vers autrui, l’attention aux autres, la chaleur d’un réconfort, la compréhension d’une situation, par la tendresse d’un geste… Malheureusement la plupart du temps “la gentillesse” est souvent incomprise et considérée comme étant “naïve, bête, fourbe, faible, malveillante, inutile, sournoise, intéressée…”.

Serions-nous devenus individualiste pour ne plus diffuser autour de nous de la gentillesse. Cette aptitude dans bien des cas permet de résoudre bien des maux. Une personne seule ou malade, si elle a le soutien d’une ou plusieurs personnes attentionnées à son égard, à moins de risque de tomber dans un état d’anxiété ou de déprime par la bonté et la générosité des uns et des autres.

Aujourd’hui par le biais des progrès technologiques on ne communique plus qu’avec des @, facilité ou paresse…..Les échanges ne sont plus physiques mais virtuels, nous arrivons à un cloisonnement en réduisant l’écoute et les échanges. Être attentif aux autres faits partis de la gentillesse, une certaine façon de traiter son égal avec prévenance et courtoisie.

La gentillesse est un acte généreux et surtout gratuit alors pourquoi ne pas l’intégrer plus souvent dans notre quotidien.

Déclarer de quelqu’un qu’il est gentil le fait bien souvent passer pour une personne bête et naïve. Ce glissement de langage commence très tôt : dès la maternelle, les parents veulent que leurs enfants soient forts, compétitifs, en un mot, les meilleurs ! Mais pour ce faire, douceur et altruisme sont bannis : « Tu vas te faire marcher sur les pieds !», « On va profiter de toi », serinent-ils. Et les enfants de se replier sur eux-mêmes, de perdre leur spontanéité à aller vers les autres, de donner en attendant un retour, en bref, de cesser d’être gentils !

Pourtant la gentillesse non feinte, et sans rien attendre en retour, constitue une vertu des plus nobles.

Etre gentil, c’est dépasser les petites frontières de son ego, s’agrandir de toutes les personnes à l’égard de qui on est bon et devenir fort du bien que l’on a fait.
▼ Nous vous recommandons