person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Excision, « fermez les yeux et imaginez… » - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Excision, « fermez les yeux et imaginez… »

Société et vie personnelle

Si l’excision n’est pas une obligation religieuse, pourquoi y accorder autant d’importance ?

Mis à jour le 28 octobre 2020, Diallo Mariam
Excision, « fermez les yeux et imaginez… »

Fermez les yeux et imaginez un beau jardin avec des fleurs de toutes les couleurs. Imaginez dans ce jardin une petite fille joyeuse, belle, innocente fragile, sensible et douce en train de courir et de jouer dans tous les sens. Imaginez-la dans toute sa beauté en train de rêver des belles choses du monde, et qu’on vienne la réveiller un beau matin en lui disant de porter ses plus beaux vêtements car on va au cinéma ou on va dans l’endroit qu´elle aime le plus. Croyant à ce mensonge fabriqué par sa propre mère ou par cette belle tante au beau sourire, elle se lève et s’habille. Elle prend le chemin avec cet être auquel elle fait si confiance.

La petite fille se retrouve, par la suite, toute seule dans cette forêt ou dans cet hôpital avec une femme inconnue tenant en main un ciseau ou une machette. Tremblante de peur elle se retourne et recherche sa maman qui lui fait un signe de la main sur la bouche lui disant de se taire. Fragile et sans pouvoir ni force elle obéit. Elle s’allonge, elle pleure encore et encore de peur qu’on lui fasse du mal. Elle pleure sans même savoir que le mal qu’elle imagine n’est qu’une petite goute dans cet océan de mal qu’elle doit ressentir à l’ instant ou T=0.

Elle ferme les yeux et se concentre. Puis cette femme sans cœur vient lui coupé le clitoris avec cette machette qui est non désinfecté dans certaines sociétés et plusieurs villages… On lui déchire jusqu’au plus profond de son être. Elle pleure à en mourir elle pleure à en crevé, elle pleure à en haïr. Elle fixe sa maman et l’appel au secours en agitant les bras. Elle regarde sa maman qui pleure aussi, même si elle est toute joyeuse car dans toute sa forte croyance en cette coutume inhumaine elle pense avoir fait ce qui est bien. La fille, elle, pense à son père. Elle cri son nom mais malheureusement sans réponse. Ce dernier aussi pleure en silence malgré lui... Il n’y peut rien car il est aveuglé par cette maudite tradition.

Depuis ce jour la fille devient une « vrai fille » comme ils le disent. On dirait que cela est écrit sur son front. Elle a surement eu la chance.

Mais fermez les yeux et imaginez ce que peut être « la forme de mutilation génitale féminine la plus extrême qui soit, nommée infibulation ou circoncision pharaonique. Elle consiste à l’ablation totale du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres à l’entrée du vagin. De plus, l’entrée de ce dernier est cousue jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une fine ouverture servant aux écoulements menstruels. ».

La fille devra grandir avec cette douleur qui ne l’a quittera jamais de sa vie... Et chaque fois qu’elle y pense elle pleure a en haïr celle qui lui a fait cela. Lorsqu’elle grandit, elle est confrontée ainsi à la mainmise du groupe social sur la sexualité des individus, à la perte du plaisir sexuel chez la femme, aux risques encourus par la petite fille lors de l’excision dans des conditions d’hygiène insuffisantes (pouvant aller jusqu’à la mort suite à une infection), de même qu'à la douleur liée à l'opération, souvent faite sans anesthésie. On peut ajouter aussi les risques de maladies sexuellement transmissibles, d’infections plus ou moins graves comme les kystes, les abcès, les infections de l’urètre, la rétention urinaire, etc.

Il y’a aussi les complications, soit directes soit indirectes, que cela entraîne lors de la miction, l’apparition des règles, en plus des risques de mortalité accrus lors d'un accouchement aux handicaps sexuels (plaisir sexuel fortement limité ou impossible, relations sexuelles douloureuses).
La perturbation de l'identité féminine, la signification de la sexualité chez la femme excisée (une expérience sexuelle dégradée) sont aussi des conséquences de l’excision... »

Moi je rejoins Le chirurgien Pierre Foldes, qui a mis au point une technique chirurgicale de reconstruction qui décrit l'excision comme « un crime multiple fait de viol collectif, d’inceste, de mutilations et d’ignorance12. »

Je m’adresse aujourd’hui à toutes les mères, à tous les pères, à toutes mes amies et à moi-même étant future maman et ayant connue la douleur de l’excision, de laisser les petites filles vivre heureuses et de leur éviter tout ces maux auxquels elles seront confrontées plus tard.

Si l’excision n’est pas une obligation religieuse, pourquoi y accorder autant d’importance ?


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.