person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
La société sénégalaise produit-elle des homosexuels ? - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

La société sénégalaise produit-elle des homosexuels ?

Société et style de vie

« Goorjigeen » (homosexuel), une production de la société sénégalaise ?

Mis à jour le 01 décembre 2020, M. Ndour
La société sénégalaise produit-elle des homosexuels ?

La notion de goorjigeen semble quelque peu ambiguë : le GOORJIGEEN signifie dans un premier sens efféminé et dans un second un homme qui joue à être femme. Il est de toute manière un homme dont les attitudes et comportements rappellent la femme. Le premier sens est dans nos traditions, l’autre différentié qui à la fois est l’anti-modèle pour le jeune garçon, celui à qui il ne doit pas s’identifier. Celui-ci n’aurait pas choisi cette attitude et doit apprendre à s’en libéré. Le second sens a connu une évolution ou variation sémantique au cours de l’hitoire du Sénégal. A ce propos je prendrai quelques exemples. Au cours des guerres mondiales, pour éviter d’être recrutés parmi les tirailleurs, jouait-on au goorjigeen dans certaines localités. Dans les années 80 et 90, le goorjigeen était comme toléré; c’était un homme qui faisait la théâtralisation de la femme avec un grand travail de maniérisme. Il provoque le rire; il est objet d’art. Il ne heurtait pas la conscience morale, car invite souvent les femmes à prendre conscience de leurs actes et gestes.

Mais cette théâtralisation de la femme a souvent servi de moyen de pression aux agresseurs qui soit, jouaient aux femmes, aux prostituées pour abuser leurs victimes, soit faisaient l’homosexuel au sens occidental du terme ( l’attirance sexuel qu’un individu a pour les autres du même sexe) pour faire chanter leurs victimes puisque la société sénégalaise ne tolère pas une telle pratique L’homosexualité, un homme qui se fait un femme ou fait d’un autre une femme, heurte la conscience morale . La société sénégalaise considère qu’elle est une inversion, une attitude contre nature à étouffer. C’est pourquoi la visibilité de ses actes depuis quelques années est sévérement réprimée par les sénégalais. L’extrémistes religieux qui semble s’installer progressivement renforce ces idéaux et, par un renfort de théologie, encourage l’intolérence vis-à-vis des ces comportements. On comprend dès lors la réation souvent musclée, le lynchage, les formes d’injure, de marginalité dont les homosexuels sont victimes. Pour la société sénégalaise ils n’ont pas droit à l’existence, à l’expression encore moins à la compréhension, à l’affection, au respect. La société est-elle peut être excessive, est-elle peut être allée trop loin. Dans un replie narcissique, elle récuse la différence et partant, peut-être sans le savoir, secrète des marginaux, comme les homosexuels. L’homosexuel est comme un baromètre, celui qui me rappelle le normal et l’anormal. Il est non seulement l’antimodèle mais aussi celui qui me rappelle sans cesse la possibilité de la perte de mon hétérosexualité, de ma normalité sociale.

C’est dire que l’homosexualité peut être une forme de révolte contre la société, une forme de communication gestuelle, (faire l’indûment faisable) qui rend compte de l’échec de la communication verbale. Partant, elle est rejet d’une situation, de valeurs, d’attitudes que la société admet voire favorise. L’adolescent qui, dans la formation de sa personnalité, cesse de s’identifier à son père pour s’orienter vers une star, un artiste, une personnalité dont les actes et paroles sont extérieurs au référentiel de l’environnement familial et social exprime un conflit. Que dire alors si ce modèle est homosexuel. Il est peut-être incompris et n’aura peut-être jamais la chance d’être compris puis que dans nos sociétés la parole du jeune est mise entre parenthèse ou mise en poubelle dès son surgissement. Malheureusement ou fort heureusement les N.T.I.C nous offrent des références qui ne sont pas seulement sénégalaises.

D’où la question: la société ne produirait-elle pas alors ces marginaux, ses homosexuels ?


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.